H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 MUSICOTHERAPIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9692
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: MUSICOTHERAPIE   Jeu 13 Nov - 19:24

Qu'est-ce que la musicothérapie ?



La musicothérapie est une des composantes de l'art-thérapie.


Elle consiste en une utilisation judicieuse de la musique comme outil thérapeutique de base, pour rétablir, maintenir ou améliorer la santé mentale, physique et émotionnelle d'une personne.
Elle résulte de l'interaction entre le patient, la musique et le musicothérapeute. Parler de musicothérapie, c'est parler de communication.

Le musicothérapeute qui agit dans le domaine du non verbal, cherche à atteindre la sphère émotionnelle du destinataire, à ouvrir des canaux de communications, à provoquer, à l’aide de stimuli sonores, un état émotionnel agréable, réconfortant, voire perturbant, propice à l’ouverture sur soi et sur les autres, pouvant permettre de lutter contre certaines douleurs, certains mal-être.

De nos jours, la musicothérapie fait l'objet de travaux scientifiques approfondis qui lui ont permis de prendre place dans de nombreux Centres Hospitaliers comme thérapeutique complémentaire ou à part entière.


Musicothérapie réceptive



Priorité à la musique en direct et à l’improvisation.


En musicothérapie réceptive, il est souvent utilisé de la musique enregistrée, qui a pour avantage de pouvoir être très variée, et ne demandant pas au thérapeute des compétences instrumentales longues et difficiles à acquérir. Mais la musique jouée en direct possède des atouts irremplaçables.


Du point de vue vibratoire


La musique enregistrée n’est actuellement pas capable de reproduire la totalité des harmoniques, c’est- à -dire la composante exacte du timbre de la voix ou des instruments. C’est ce qui explique que le son, même sur une très bonne chaîne stéréo, ne peut se confondre avec le son du même instrument ou du même orchestre jouant en direct dans la même pièce.


Du point de vue de la souplesse


Ne laissant aucune place à l’improvisation, la musique enregistrée ne peut en aucun cas s’adapter sur l’instant à l’état émotionnel du patient, changer de rythme, de tonalité, de nuance ou de tempo, introduire des silences...


Du point de vue de l’émotion


En direct et en acoustique, la musique est une expression de l’instant, réelle dans son rapport spatio-temporel. Elle permet la création d’une véritable intimité sensorielle entre l’acteur musicien et l’acteur auditeur.


Pourquoi la contrebasse ?


L’échelle sonore moyenne des sons fondamentaux de la contrebasse, se situe entre 41Hz et 300Hz. Ces fréquences sont ressenties par tout individu depuis sa vie fétale, par vibrations sur les os du crâne, bien avant la formation du système auditif. Associées à des modes de jeux et des tonalités précises, elles apportent au fœtus comme dans la vie extra-utérine, sensation de calme et de bien-être. Certaines de ces fréquences sont bien connues des kinésithérapeutes, qui les emploient à titre rééducatif (50Hz fréquence stimulante, 110Hz fréquence antalgique...).

Le timbre de la contrebasse, très riche en harmoniques du fait de la grande longueur des cordes, n’est jamais agressif ou perturbant.

Cet instrument permet, par ses deux modes de jeux principaux, pizzicato (avec les doigts) et arco (avec l’archet), de travailler le son dans une large palette de structures émotionnelles. En relation avec les différentes hauteurs, les rythmes et les intervalles choisis, il est aisé pour un instrumentiste de bon niveau de faire naître un mystère, d’apporter une assurance, une fiabilité fondamentale, de suggérer des directions affirmées ou évasives selon les besoins.

Musicothérapie active



Utilisation de petites percussions et instruments mélodiques spécifiques


Les petites percussions et les instruments mélodiques spécifiques utilisés en musicothérapie sont des instruments abordables par tous. Chacun permet une manipulation basique ou plus fine. Ne nécessitant pas obligatoirement une technique difficile, ils peuvent être utilisés dans l’expression, l’échange et la communication, dans un rythme commun ou complémentaire, dans des alliances de timbre et de nuances entre elles ou avec la contrebasse.


La voix


Utiliser la voix différemment que dans un chant, travail sur des intonations, des rythmes, des couleurs. Améliorer la conscience corporelle par le travail sur la respiration.



Dernière édition par Nine le Mar 18 Aoû - 2:21, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9692
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MUSICOTHERAPIE   Jeu 13 Nov - 19:29

MUSICOTHERAPIE ET PERINATALITE


La place de la musique durant la grossesse Généralités
Au-delà de l'utilisation de la musique en salle de travail, la musicothérapie entre véritablement dans la préparation à la naissance. Elle stimule les perceptions auditives de l'enfant, calme douleurs et stress chez la maman, permet d'établir une communication unique et privilégiée entre la mère et son enfant..
Les fréquences de la contrebasse
Dès 1994, lors de la Troisième Conférence Internationale pour la Perception et la Cognition Musicales à l’université de Liège, il a été mis en avant que les sons graves de la contrebasse traversent la paroi abdominale sans déformation spectaculaire, comme le prouve la comparaison des tracés enregistrés par un hydrophone placé, par anesthésie, sur la tempe du foetus et ceux enregistrés par un microphone placé à proximité de l'instrument.

Ce que l’enfant perçoit
Au début, dès la septième semaine de grossesse, le foetus peut percevoir la vibration des sons avant même la formation de l’appareil auditif, grâce aux os de son crâne, le bassin de la maman servant de résonateur. Ensuite, durant toute la grossesse, les hautes fréquences sont filtrées par les muscles et le liquide, et seules les basses fréquences viennent vibrer contre les corpuscules tactiles de la bouche et des mains du bébé, comme une ficelle à laquelle on impulserait de lentes et fortes ondulations. Renforcées par la caisse de résonance utérine, elles viennent caresser sa bouche. L’émotion est si forte que son coeur s’accélère, il s’étire, tourne la tête, suce son pouce ou gambade.De plus, le foetus réagit non seulement aux stimulations qui viennent de l'extérieur, mais aussi, par voie hormonale, aux émotions de sa maman.
Ainsi, après la naissance, l'enfant est capable de reconnaître un morceau de musique ou une voix auquel on l'aura familiarisé durant la grossesse. A son audition, il se calme ou manifeste un intérêt. Par ailleurs, les sons aux fréquences très basses facilitent l'endormissement de l'enfant dans les mois qui suivent la naissance. L’expérience a été faite en milieu hospitalier aboutissant à un bon pourcentage d’endormissement des tout-petits.
Au bénéfice de la maman
Chez la maman, l'émission régulière de ce type de sons aide à maintenir un souffle expiratoire plus long et plus aisé qu'une respiration ordinaire, ce qui développe la capacité respiratoire et l'oxygénation, capitales au moment de l'accouchement. La production de sonorités graves peut diminuer la durée du "travail" de deux à quatre heures : l'utérus, mieux oxygéné, est plus fonctionnel. La femme est détendue, l'ouverture du col de l'utérus est donc accélérée. En outre, l'expiration freinée au moment de l'expulsion permet une meilleure maîtrise de la douleur et peut éviter le recours à l'épisiotomie.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9692
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MUSICOTHERAPIE   Jeu 13 Nov - 22:35

"Le savoir occidental tente depuis 25 siècles, de voir le monde. Il n'a pas compris que le monde ne se regarde pas, il s'entend. Il ne se lit pas, il s'écoute". "Notre science a toujours voulu surveiller, compter, abstraire et castrer les sens, en oubliant que seule la vie est bruyante et que seule la mort est silencieuse: bruits du travail, bruits des hommes et bruits des bêtes. Bruits achetés, vendus ou interdits. Rien ne se passe d'essentiel où le bruit ne soit présent."
Jacques Attali, (1977) - BRUITS - Paris, Presses Universitaires de France.

« La vie sans musique n'est qu'une erreur, une besogne éreintante, un exil. »
Friedrich Nietzsche, lettre à Peter Gast, 15 janvier 1888.
* * *


« Le temps que "prend" la musique, et qu'elle nous donne lorsque nous l'exécutons ou nous l'entendons, est le seul temps libre qui nous soit accordé avant la mort. »
George Steiner





Définition de la musicothérapie.

La musicothérapie, c'est l'utilisation de la musique dans un but thérapeutique. Cette thérapie n'est pas nouvelle. Déjà des peuples anciens entrevoyaient les pouvoirs des effets sonores et musicaux sur le comportement et les émotions de l'être humain.
De nos jours, la musicothérapie fait l'objet de travaux scientifiques qui lui ont permis de prendre place dans de nombreux Centres Hospitaliers comme thérapeutique complémentaire ou à part entière.


Dernière édition par Nine le Mar 18 Aoû - 1:10, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9692
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MUSICOTHERAPIE   Ven 14 Nov - 1:57

BREF HISTORIQUE DE LA MUSICOTHERAPIE



"Au commencement était le son… le souffle… le verbe ...la lumière"

Pour décrire la création de l'univers la Science parle du "Big-bang", surtout ici au CERN.
Cette petite page qui a été écrite dans ce même Laboratoire, ne prétend pas d’être exhaustive pour un sujet tellement vaste.
Tout simplement elle aimerait donner au lecteur une idée de caractère général sur les vertus curatives de la musique et sur sa capacité d’influencer les états psychiques et physiques des êtres humains: ce qui est connu depuis l’antiquité.
Ce que les chercheurs français Jost (1958) et Lecourt (1970) ont démontré scientifiquement.

L’histoire de l’humanité attribue au son des qualités créatrices ou destructrices : selon les Egyptiens, le monde naît du cri du dieu Thot ;
dans l'Ancien Testament, le son des trompettes détruit Jéricho.
Chez les Grecs la musique, reposant sur les lois numériques était intégrée aux mathématiques. Pythagore, et puis Platon, avaient centré leurs études sur l'harmonie comme équilibre de proportions simples.
A cette époque-là il existait déjà des musico thérapeutes qui, en utilisant des instruments divers, des rythmes et sons influençaient l'humeur et les humeurs.
Selon les cas en employant le jeu doux, harmonieux et émouvant de la lyre ou celui extatique de l’aulos (instrument à vent à forme de tube en bois avec l’embouchure en bulbe allongé).

Au IVème siècle, Saint Augustin dans le traité "De Musica" écrit que la musique reste un bruit insignifiant jusqu'à ce que l'esprit en soit touché.


En Orient Confucius montre que les philosophes chinois pensaient à peu près la même chose: "Jouis de la musique, c'est la formation de l'harmonie intérieure".

Plusieurs techniques de méditation tibétaine et indienne s’appuient sur la musique et le chant de mantras.

Rappelons que dans la culture africaine traditionnelle, le rythme sonore et la musique sont utilisés, non seulement pour la fête, mais aussi pour générer des états de conscience modifiés.

En ce qui concerne l’utilisation thérapeutique de la musique dans notre culture il faut revenir à la fin du 1800 quand la psychologie cesse d’être une branche de la philosophie
consacrée à l’ « âme » et, petit à petit elle acquiert une identité propre.
Dans l’histoire de la psychologie moderne et contemporaine les orientations de recherche se sont diversifiées en donnant lieu à autant de models psychothérapeutiques :

1. cognitif-comportamental : le Comportamentisme de Watson, le Cognitivisme de Neisser, la pragmatique de la communication de l’école de Palo Alto, la Programmation Neuro Linguistique (PNL), l’approche linguistique de Chomsky

2. psychodynamique : la Psychanalyse de Freud avec ses héritiers A. Freud, M. Klein, W. Bion et les courants de Adler, Jung et Reich

3. humaniste de Rogers et puis la psychosynthése de Assaggioli, la psychologie trans-personelle, la psychologie phénoménologique-existentielle de Jaspers, Bingswanger, Minkowsky

La musicothérapie s’inspire à ces modèles psychothérapeutiques mais au contraire de ceux-là elle se fonde sur la communication non-verbale et adopte comme cellule l’élément sonore.

Nous avons donc des modèles de musicothérapie à orientation :

1. cognitif-comportamental :en Italie Mauro Scardovelli inspiré à la PNL

2. psychodinamique : en Argentine Rolando Benenzon, en France Edith Lecourt, en Angleterre Mary Priestley

3. humaniste : en Angleterre Nordoff-Robbins, Juliette Alvin, Leslie Bunt ; en Italie Giacomo Gaggero

Dans les temps modernes l’étude de la musicothérapie débuta après la Grande Guerre quand la communauté scientifique – surtout celle-là anglo-saxonne – constata que sur les survivants au conflit la musique, et surtout le chant en cœur, avaient un effet fort bénéfique.

Des chercheurs tels que Frances, Jost, Pratt, Simon et Werbick s’interrogèrent sur les problèmes des signifiés musicaux et certains d’entre eux élaborèrent un système théorique. Frances (1958) et Edith Lecourt (1970), des vrais pionniers de la musicothérapie, ont réussi à prouver statistiquement la fidélité et la validité de la modification de l'état affectif des individus qui écoutent une oeuvre musicale: la signification attribuée à une oeuvre musicale peut déboucher sur des mesures statistiques dont une moyenne représentative pour la population.

Cinquante ans de travail et recherche en musicothérapie ont bien contribué à amplifier et approfondir la connaissance de cette discipline qui s’occupe de communication non verbale.

A Boston, USA, en 2002 s’est déroulé le IX congrès mondial de musicothérapie qui a réuni des chercheurs du monde entier. Parmi eux, en ce qui concerne l’importance que chaque auteur donne à la dimension proprement musicale, il existe une distinction.

Pour certains (Alvin, Bunt et Gaggero) la musicothérapie est en même temps science et art, en elle la musique communique quelque chose qu’on ne peut pas réduire face au model psychologique de référence.

Teresa Pasqua


Dernière édition par Nine le Mar 18 Aoû - 2:58, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9692
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MUSICOTHERAPIE   Ven 14 Nov - 2:33

C'est prouvé : le rap, le punk ou le hard rock relaxent !

BIEN-ÊTRE Le classique a perdu le monopole de la musique qui soigne les douleurs

MÉLANIE BLANC
16 avril 2005



Les pharmacies vendant des tubes de Marilyn Manson ou d'Avril Lavigne, c'est peut-être pour bientôt. On savait depuis longtemps que la musique classique avait des vertus relaxantes. On vient de découvrir qu'écouter un CD de hard rock ou de rap peut avoir le même effet curatif.

Deux psychologues anglais viennent en effet d'en apporter la preuve. Ecouter la musique que l'on aime aide à surmonter la douleur et diminue le degré d'anxiété. Comment sont-ils arrivés à cette conclusion? Les Drs Laura Mitchell et Raymond MacDonald ont convoqué quarante-quatre personnes à une «séance de torture» (plonger la main dans un bac d'eau glacée) dans un laboratoire de la Glasgow Caledonian University.

Mais ces cobayes ne sont pas arrivés les mains vides. Comme susucre, les psychologues leur avaient demandé d'apporter le morceau de musique de leur choix pour égayer le supplice. En vrac, les cobayes ont choisi Avril Lavigne, the Verve, Norah Jones, Nirvana, Francis Cabrel, Vivaldi, Dido, St Germain, Eminem, Enrique Iglesias.

Et le résultat a été concluant, puisque cet environnement sonore leur a permis d'endurer la douleur beaucoup plus longtemps que les cobayes soumis à d'autres distractions, telles que regarder des sketches à la télévision ou faire du calcul mental.

Prodigy plus efficace que Vivaldi

«Le choix le plus surprenant était un morceau du groupe Prodigy. Ce n'est pas la musique qui vient immédiatement à l'esprit quand on pense à se relaxer, accorde le Dr Mitchell. Pourtant la personne qui écoutait ce morceau a gardé sa main dans l'eau glacée cinq fois plus longtemps que les autres.»

La raison de l'efficacité de la musique n'est pas déterminée. Il se pourrait que l'effet soit dû au fait que la musique ne passe pas par le mental. «Quand un morceau captive quelqu'un, il aide à mieux supporter la douleur parce que l'esprit s'évade et qu'il ne pense plus à sa souffrance», explique Serge Ventura, directeur de l'Ecole romande de musicothérapie.

Cet étonnant résultat ne surprend pourtant pas Antoinette Martin, musicothérapeute genevoise. «Pour aider une personne momentanément inquiète ou qui souffre physiquement, on lui propose la musique qui lui est chère. Le résultat est immédiatement positif. Mais il s'agit dans ce cas d'une situation ponctuelle. Par exemple, avant des soins dentaires ou lors d'angoisse durant un vol d'avion. En revanche, pour traiter un trouble anxieux chronique ou récurrent, cette méthode ne suffira pas.»

Cela explique sûrement pourquoi les accros du fitness ont souvent un baladeur vissé sur les oreilles. Ecouter de la bonne musique permet de faire quelques kilomètres de plus sur l'instrument de torture qu'est le vélo ou le tapis de course...

Nolwenn a la voix qui guérit

Ajoutons enfin, pour convaincre les derniers sceptiques, que les chercheurs écossais ne sont pas les seuls à vanter les vertus curatives de la musique pop.

Frederick Carrick, spécialiste américain en neurochirurgie, avait déjà prôné les effets bénéfiques de la voix de Nolween Leroy sur ses patients. A tel point que, lors de ses séances de musicothérapie, il a remplacé Mozart par la gagnante de la deuxième édition de la «Star Academy».

Il lui aurait d'ailleurs fait une telle pub, à la fin de l'année dernière, que des centaines de praticiens utiliseraient le même moyen pour des thérapies de lésions cérébrales. Et, grâce à cela, la notoriété de Nolwenn a explosé aux Etats-Unis. Les ventes de son album ont décollé sur le site Amazon.com.
© Le Matin Online
http://www.lematin.ch/nwmatinhome/nwmatinheadactu/actu_suisse/c_est_prouve__le_rap,.html

MERCI LILANE ⭐
Pour la recherche de cet article interessant


Dernière édition par Nine le Mar 18 Aoû - 1:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13171
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: MUSICOTHERAPIE   Sam 22 Nov - 21:09

Peu de temps après la sortie du premier album éponyme de Nolwenn Leroy, une étude scientifique a été réalisée par un neurologue américain et son équipe, sur justement cette "fameuse fréquence" de la voix.

La chanson qui a servi de base à cette étude :


MusicPlaylist
Music Playlist at MixPod.com



LA VOIX DE LA CHANTEUSE FRANCAISE NOLWENN LEROY SERT A PREVENIR LES CHUTES, D'APRES UNE ETUDE AMERICAINE


04-11-2005 15:00

ORLANDO, Floride, November 4 /PRNewswire/ --

Une communication scientifique, qui a été évaluée par un comité de pairs et qui s'intitule Modifications posturographiques et prévention des chutes, associées à la thérapie par la musique : l'effet Nolwenn (identifiant USA ClinicalTrials.gov: NCT00121693) sera présentée à la septième conférence annuelle de l'Association Américaine de la Thérapie par la Musique à Orlando en Floride, du 15 au 20 novembre 2005. Cette grande conférence attire des participants du monde entier.

Les chutes constituent un risque grave pour la santé et sont la principale cause de décès chez les personnes âgées ; c'est aussi une cause principale de morbidité et de mortalité chez les enfants et une cause fréquente de blessures graves chez les tout-petits, qui sont toutes communément associées à des syndromes neurologiques.

Les docteurs Elena Ogerro, Guido Pagnacco et Frederick Carrick sont les chercheurs de cette étude effectuée sur un an, dans laquelle ils se sont servis diverses musiques de Mozart et de chanteurs populaires, tout en enregistrant les modifications de la stabilité posturale et du risque de chute dans une étude clinique de grande envergure multi-aveugle contrôlée s'intéressant au cerveau.

Selon le Dr Pagnacco : << La prévention des chutes permet de sauver des vies et l'utilisation de la musique, en particulier celle de Nolwenn Leroy, améliore la stabilité chez l'homme. >>

Le Dr Elena Ogerro déclare que : << Les études ont été engagées après avoir observé des améliorations dans le comportement et la posture d'un jeune garçon autistique qui écoutait de la musique de la chanteuse française Nolwenn Leroy. Ces modifications s'arrêtaient à l'écoute d'autres musiques et ne se manifestaient qu'en présence des chansons de Nolwenn Leroy. >>



La musique sert dans un certain nombre d'applications neurologiques. Le professeur Carrick l'explique ainsi : << Lorsque des malades qui souffrent de démence grave écoutent de la musique de fond ou les chansons de leur aide-soignant, il se produit de fortes influences au niveau corporel et sensoriel, qui se traduisent par une posture plus droite, des mouvements mieux marqués et plus symétriques et une sensibilisation plus grande envers eux-mêmes et leur environnement. En écoutant de la musique, on note une activité au niveau des structures motrices du cerveau, en particulier dans les zones motrices latérales, les zones motrices supplémentaires et les zones somato-motrices. >>

Les modifications importantes au niveau statistique observées sur le groupe Nolwenn Leroy les ont amenés à penser que cet effet pouvait être dû à l'écoute de chanteurs français, mais cette hypothèse s'est révélée inexacte. Une amélioration des notes de stabilité a été constatée pour tous les chanteurs français et américains visés dans l'étude, mais pas dans le groupe témoin. Ils en ont ainsi conclu que le processus d'écoute quotidienne de musique a un effet positif quel que soit l'artiste, mais que certaines musiques (celles de Mozart et de Nolwenn Leroy) donne de meilleurs résultats.

Seules, les conditions Mozart et Nolwenn Leroy ont amené un pourcentage notable de sujets à la fourchette normale de stabilité. Le taux de réussite des conditions de traitement Nolwenn Leroy était supérieur à celui de Mozart et à toutes les autres musiques, avec 71,8 %, plus ou moins 10,7 %. Avec des échantillonnages répétés tirés de la population, le taux de succès envisagé pour les conditions de traitement Nolwenn Leroy tomberait à entre 61,1 % et 82,5 % pour 95 % de ces échantillons.

Il est intéressant de noter que les docteurs ont constaté que des centaines de sujets dénués de symptômes de déséquilibre ou de vertige courent un risque grave de chute, selon des tests réalisés au moyen de posturographie informatisée dynamique. La détection précoce de probabilité de chute peut amener à un traitement avant que la chute ne survienne.

Les chercheurs ont donné le nom d'effet Nolwenn à l'effet de modifications posturales à l'écoute de musique. Ils déclarent que l'utilisation de la musique appliquée à la stabilité de l'homme et à la prévention des chutes est un outil peu coûteux qui pourrait contribuer à modifier l'exercice clinique en neurologie et dans la vie en général.
http://www.itnews.it/risorse/EuroNews,Zj0xMjg5Njgy


Dernière édition par liliane le Mar 9 Mar - 17:55, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13171
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: MUSICOTHERAPIE   Sam 22 Nov - 21:32

La musique adoucit les coeurs
par Definitely Maybe



Avez-vous déjà un jour ressenti de douces palpitations cardiaques en écoutant votre chanson chouchou ? Cette sensation de bien-être, qui vous remonte le moral aussi efficacement qu'une une tablette de chocolat aux amandes ou qu'un épisode de Grey's Anatomy à la téloche ? Ne riez pas, tout ceci est très sérieux. Et prouvé scientifiquement.

La musique fait du bien (quoique), tout le monde le sait. Elle nous rend romantique, "grave vénère", elle nous donne envie de gambader nus dans les fjords (trop écouté Sigur Ros moi)... C'est la conclusion d'une étude amércaine, dont les résultats ont été publiés mardi. Les chercheurs de l'Université du Maryland ont en effet prouvé qu'une dilatation des vaisseaux sanguins se produisait à l'écoute d'une musique que l'on affectionne particulièrement. "Nous avions déjà démontré que des émotions positives, comme le rire, étaient bonnes pour la santé vasculaire. Donc, la question logique était de savoir si d'autres émotions, suscitées par la musique par exemple, avaient le même effet", a indiqué Michael Miller, directeur de la prévention en cardiologie au centre médical de l'Université américaine.

Ce même docteur Miller a pris une dizaine de cobayes pour vérifier les effets de la musique sur le système vasculaire. Et ça n'a pas loupé : quand le sujet écoute une chanson qu'il aime, le diamètre de ses veines augmente de 26%. Au contraire, lorsqu'il écoute un son stressant (une "chanson" d'Autechre par exemple ?), la veine se rabougrit de 6%. Chose étonnante, le rire fait moins dilater les vaisseaux qu'une bonne musique !
Conclusion : rien ne vaut une bonne cure musicale, puisque c'est bon pour la santé. Mamie Jeannine avec ses cures thermales à Bagnères-de-Luchon peut se rhabiller direct... Le remède du XXIe à l'infarctus est tout trouvé !

http://musique.fluctuat.net/blog/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9692
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MUSICOTHERAPIE   Jeu 27 Nov - 13:14

Pourquoi les femmes n'arrivent pas à se faire entendre des hommes ?


Scanner à l'appui, des chercheurs britanniques apportent une explication.
Tout réside dans les ondes.

Si les hommes n'écoutent pas les femmes, ce n'est pas par mauvaise volonté, mais parce que leur cerveau a plus de mal à comprendre les voix féminines.

Telle est la conclusion de chercheurs de l'université britannique de Sheffield.

Les chercheurs ont étudié par scanner l'activité du cerveau de douze hommes, auxquels ils ont fait écouter des voix féminines et masculines, selon cette étude publiée dans la revue spécialisée britannique NeuroImage.

Ils ont constaté que les voix activent différentes parties du cerveau, selon qu'elles soient masculines ou féminines. Les voix de femmes, plus aiguës et musicales, émettent une plus vaste gamme d'ondes sonores, et sont donc plus difficiles à "décoder". Cela nécessite une plus grande activité du cerveau, expliquant une certaine fatigue au bout d'un moment, ont conclu les chercheurs dirigés par le professeur Michael Hunter.

Selon eux, cela peut aussi expliquer pourquoi les gens qui ont des hallucinations auditives entendent généralement des voix d'hommes, plus faciles à inventer pour le cerveau.


source LCI


Dernière édition par Nine le Mer 19 Aoû - 1:46, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9692
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MUSICOTHERAPIE   Mar 9 Déc - 17:30

Les femmes aiment les voix graves…




Les femmes seraient plus séduites par les voix graves.

C’est ce que révèle une étude réalisée par une scientifique de l’Université de Leiden, aux Pays-bas. La chercheuse a enregistré la voix de 39 hommes, dont elle a également noté certaines caractéristiques physiques (poids, taille…).

Elle a ensuite fait écouter ces voix à plusieurs femmes, puis les a interrogées sur l’aspect du propriétaire. Résultats : les voix graves sont jugées comme les plus séduisantes. Les demoiselles interrogées imaginent ces barytons plus grands, plus lourds, plus musclés… et avec plus de poils sur le torse ! Mais le problème, c’est qu’elles se trompent du tout au tout !

Car, sur le faible échantillon d’hommes réunis par la chercheuse, il n’y avait aucune corrélation entre la stature, la musculature ou la pilosité et le timbre de voix ! Cette préférence pour les sons graves semble donc plutôt aléatoire… Alors, si vous recherchez des hommes au torse velu, il faudra trouver un autre indice…

Source : Animal Behaviour, Vol. 60, No. 6, Dec 2000, pp. 773-780

Les hommes à la voix grave ont plus de testostérone et plus d'enfants.

Quel est le meilleur atout séduction d’un homme ?
Son corps musclé ?
Ses traits réguliers ?
Son compte en banque bien alimenté ?
Vous n’y êtes pas du tout.

Le plus important pour séduire une femme, c’est une belle voix grave. Si, si, c’est scientifiquement prouvé.

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs se sont rendus au fin fond de la Tanzanie. David Feinberg et ses collègues du département psychologie, neurosciences et comportement de l’université McMaster sont allés à la rencontre des Hadza, une tribu ayant conservé un mode de vie ancestral.

Pour répondre à la question existentielle « qu’est-ce qui attire les femmes ? », les chercheurs ont interrogé 49 hommes de la tribu en leur demandant notamment combien ils avaient d’enfants. Par ailleurs les chercheurs ont pris le soin d’enregistrer ces interviews pour analyser la voix des hommes interrogés.

Résultat : les hommes qui ont la voix la plus grave sont ceux qui ont le plus d’enfants, ce qui, par extrapolation scientifique, signifie qu’ils sont aussi ceux qui plaisent le plus à ces dames. Ainsi l’homme possédant la voix la plus profonde de la tribu avaient 10 enfants, alors que le représentant masculin à la voix la plus haut perchée n’avaient fait « que » 3 enfants.

Comment l’expliquer ?
Probablement parce que les hommes à la voix grave sont ceux qui ont le plus de testostérone
suggèrent les auteurs. Ce qui bien sûr décuple leur potentiel de séduction.

Au fait, ils ont eu des enfants les Bee Gees ?

5 pour Barry Gibb, 3 pour Robin et 2 pour son frère jumeau Maurice…
Une bonne étude scientifique nous montrerait certainement que le pantalon patte d’eph’ peut remplacer avantageusement une grosse voix grave et virile…

Aline Périault nouvel obs


Dernière édition par Nine le Mar 18 Aoû - 2:37, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9692
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MUSICOTHERAPIE   Mar 9 Déc - 18:51

Pourquoi les hommes ont-ils la voix plus grave
que les femmes et les enfants ?





Parce que leurs cordes vocales sont plus longues et plus épaisses. Les sons vocaux sont produits par la vibration des cordes vocales, et le ton de la voix dépend de la fréquence à laquelle vibrent ces cordes. La fréquence moyenne est de 125 Hz chez les hommes, 210 Hz chez les femmes, et plus de 300 Hz chez les enfants (remarque : le hertz est le nombre d’oscillations par seconde).

Quand les cordes vocales sont congestionnées (par exemple lors d’une laryngite), elles vibrent plus difficilement et la voix devient alors basse et rauque.


L'être humain est décidemment un drôle d'animal... Selon une récente étude, les hommes à voix grave seraient plus "aptes" à faire des enfants que les hommes ayant une voix allant de aigüe, à standard...

C’est la conclusion d’un étude réalisée par le département d’anthropologie d’Harvard après avoir observé les Hadza, une ethnie vivant en Tanzanie. Cette ethnie a été choisie car les critères de monogamie, de contrôle des naissances n'y ont pas cours... La nature y reprend donc tous ses droits, toutes ses préférences ! Les scientifiques ont donc pu constater que les hommes ayant une voix basse attiraient davantage les femmes de leur groupe.

"Les tonalités basses sont synonymes d’un haut niveau de testostérones, ce qui pour les femmes veut dire meilleur chasseur", précisent les chercheurs d'Harvard, avant d'ajouter que "une voix grave pourrait signifier une capacité à faire des enfants plus tôt.» Hypothèse à vérifier.

Darwin nous réserve-t-il une disparition progressive des voix aigües ? Fort possible vu la fertilité des hommes ayant une voix grave. La sélection naturelle qui veut que les femmes choisissent ces hommes là pour se reproduire tend à corroborer cette hypothèse de détérioration, puis de disparition du gène dominant qui donne la voix aigüe.

Quant aux hommes, cette même étude démontre qu'ils n'accordent que peu -voire pas du tout- d'importance à la tonalité de la voix de leur compagne sexuelle potentielle. Aucun lien n'a pu être fait, dans ce sens là, avec le taux de reproduction.

Arnaud de Vaubicourt


Dernière édition par Nine le Mar 18 Aoû - 2:35, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9692
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MUSICOTHERAPIE   Ven 30 Jan - 10:11

Qui n'a jamais éprouvé de frisson, de bonheur ou d'horreur, en entendant une voix ?
Qui n'a jamais été séduit par la voix grave d'un chanteur comme Leonard Cohen, par exemple ?



Si vous n'avez jamais entendu cette voix grave, zen dans sa « mâlitude », il faut au moins une fois dans votre vie accorder ce plaisir à votre oreille.
Mais attention ! ce n'est pas sans conséquence :

cette voix s'infiltre dans votre âme et l'envoûtement croît avec l'usage.


Benjamin Biolay a son grain de sel dans les "graves".


Dernière édition par Nine le Mar 18 Aoû - 2:47, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9692
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MUSICOTHERAPIE   Mar 18 Aoû - 0:50

DES VOIX APAISANTES

LIBERA



SALVA ME
Domine deus miserere mei

Carry me away
From the dark I fear
When the storm is near
From the endless night
From my blinded sight
To a sky of light

Free me to fly away
Salva me

Carry me away
From the things that harm
On a sea of calm
From the endless night
From my blinded sight
To a sky of light



Dernière édition par Nine le Mer 19 Aoû - 1:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9692
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MUSICOTHERAPIE   Mar 18 Aoû - 1:25

LA VOIX SEDUCTION



La voix séduction peut être la voix érotique, soufflée, avec des consonances graves et des dissonances aiguës. La voix peut également hypnotiser, enjôler, troubler l’autre.

"Sa sensualité repose souvent sur des irrégularités vibratoires’’…

Dr Jean Abitbol
L’odyssée de la voix. Robert Laffont 2005.

Je crois être capable d’écrire 23 volumes de format encyclopédique sur le rapport entre la voix et la séduction. Dans le jeu de Go-no go, la voix est une pièce maîtresse :
irrésistible ou rédhibitoire. Si la vôtre est agréable, elle vous sera un incommensurable plus, mais si elle est désagréable, elle fera de vous une remise de jardin, pleine de pelles et de râteaux.

Que dit cet ouvrage passionnant :

Pour comprendre la voix, il faut survoler quatre milliards et demi d’années, depuis l’apparition de l’ADN sur notre planète. Ce voyage va nous conduire de la cellule au larynx, de notre cerveau au langage, de notre écoute à la voix.
C’est le processus de l’évolution. La voix véhicule la pensée, les rêves ; elle est la source de la créativité de l’homme.

Voilà environ cinq millions d’années, l’Homo vocalis est né.

L’approche de la galaxie cérébrale nous permet de répondre à cette question fondamentale :

la voix est-elle innée ou acquise ? Comment la voix qui mue à l’adolescence peut-elle se tromper de chemin ?
Pourquoi devient-elle enrouée ?
Existe-t-il une voix normale ?
Comment les chanteurs, les comédiens, les avocats, les enseignants, les hommes politiques, les imitateurs et les ventriloques utilisent-ils leur voix ?

Notre voix révèle les cicatrices de notre vie. Elle exprime notre moi intime. Elle est sexuée.

Comment exerce-t-elle son pouvoir de séduction ?

Sommes-nous toujours ses complices ?
Cette merveilleuse machine mécanique et émotionnelle est-elle arrivée au bout de son parcours
Jean Abitbol est ancien chef de clinique à la faculté de médecine de Paris, oto-rhino-laryngologiste, phoniatre et chirurgien, il soigne le larynx et la voix, c’est-à-dire tout ce qui rend possible la communication vocale, parlée ou chantée.

Voici un exemple parmi 100 :

Les insomniaques connaissent tous la voix grave, sûre, dominatrice, étrange, féline, attirante de Macha Béranger, l’ex speakerine de la nuit sur France Inter. Voix magique qui convainquit des centaines de milliers d’auditeurs durant 29 années, de venir s’épancher au micro, soir après soir.

Il y a plus fort encore :

voix de Carmen Del Monte (ou Carmen Alonso), célébrissime speakerine de Radio Andorre des années 60, qui répétait des centaines de fois par jour :
Aqui Radio Andorra.
Pour sa voix de femme-enfant, elle recevait chaque année une moyenne de 500 demandes en mariage d’hommes qui … ne l’avaient jamais vue ! Voici la photo de cette Carmencita qui, ni vilaine ni sosie de Jennifer Lopez, est devenue un fantasme masculin à elle toute seule grâce à sa voix !

Greta Garbo

Elle faisait fondre en disant simplement ”bonjour”, mais elle, même en se taisant … Merveilleuse transition vers Lady Day.

Billie Holyday

Chanteuse de jazz qui a mis le monde entier à genoux, avec une voix couvrant 1 octave à peine. A titre de comparaison, celle de La Callas en couvrait aisément…3 et ½ …
Mais quand Billie chante ”My man” avec son octave unique, on … frissonne également !
Ecoutez à nouveau Billie H.



Irène Papas

Sans même parler de son hyper sulfureux ‘’666’’ (facile à trouver sur la toile) …
elle est capable de faire fondre un iceberg en parlant.



Colette Magny

Chanteuse de jazz inconnue du grand public, elle avait une voix de folie, par exemple dans le sacro-saint ‘’Saint James Infirmary’’, introuvable en vidéo, mais si quelqu’un pouvait trouver et nous offrir sa ”Rose de Rilke’’ … quel cadeau ce serait !



Fanny Ardant

qui ne ferme jamais complètement la bouche car elle a tout compris de la question.
Il lui arrive de chanter. Voilà ce que çà donne… enfant elle avait des problèmes d'élocution, d'ou son phrasé trés particulier.



La série est ouverte : j’intègrerai avec plaisir toute nouvelle voix de ce calibre, mais attention, nous ne parlons pas de performance musicale, ni rien de semblable, nous essayons d’accoler voix et séduction…

Et les hommes ? Anthony Quinn, Barry White etc., Léonard Cohen, Paolo Conte etc ...


R. Charles et M. Bolton "GEORGIA"
c’est le chant d’un aveugle et d’un sourd, tous deux ayant des voix éraillées qui seraient désagréables si le Bon Dieu n’y avait mis … son grain de ciel…

… à suivre …


Dernière édition par Nine le Mer 23 Juin - 2:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9692
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MUSICOTHERAPIE   Mer 19 Aoû - 2:25

LE CHARME DE LA VOIX PAR LA PAROLE



Parce qu'elle met tous les sens en éveil, parce qu'elle émeut par son rythme, parce qu'elle nous rappelle d'autres accents et d'autres moments doux, la voix est un des piliers de la séduction.

Elle est le premier lien entre des inconnus, les premières paroles échangées qui vous ont révélé cette intonation sont inoubliables.

Si un jour vous entendez une voix proche de celle-là, tous vos souvenirs vous reviendront d'un coup et vous croirez au retour de l'être aimé.

Une voix chaude et hypnotique

Une voix est aussi ce qui réveille vos sentiments pour l'être aimé, ou qu'il se trouve. Dès lors vous partez à la recherche de cette musique de l'âme capable de vous faire vibrer à l'unisson.
(La voix est aussi un souvenir)

C'est du domaine de l'envoûtement, une hypnose dont on se prend à rêver qu'elle dure toujours. Il n'est pas besoin de tendre l'oreille vers une Maria Callas ou un Pavarotti pour être sous le charme, de résonances et de douceurs, gutturales et mélodieuses.

Chaude, suave, sévère, enfantine, grave, aiguë, rauque, blanche, caverneuse, sensuelle ne sont que quelques exemples de qualificatifs pour décrire ce gazouillement.
On en décrit l'étoffe pour sa richesse, le timbre pour sa capacité vibratoire, la force pour son caractère persuasif et magistral ;

la voix c'est le miroir de l'esprit, le souffle du cœur.


Dernière édition par Nine le Mer 23 Juin - 2:27, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9692
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MUSICOTHERAPIE   Mer 19 Aoû - 2:46

LA VOIX VEHICULE DE L'EMOTION

Romy Schneider & Michel Piccoli
chanson du film les choses de la vie Claude Sautet

LA CHANSON D'HELENE

tout passe dans le ton de la voix, ce n'est pas la performance du chant, mais celle de l'émotion.
Une voix qui vient de la nuit de toutes les misères et qui transforme, dans son intensité comme dans son abandon, par instants fulgurants, cette nuit en lumière. Une voix qui induit une émotion universelle,
plus forte que le temps car touchant au coeur de la condition humaine :
force et fragilité intimement liées.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9692
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MUSICOTHERAPIE   Mer 19 Aoû - 3:11

LES VOIX BRUTES SANS ARTIFICES :
TOM WAITS




La douleur faite voix, fumée, vapeurs d'alcool, une belle et authentique plainte.
C'est aussi du charme.
Un chagrin qui chante.
Une âme faite de bleus et de bosses.
Sur la même fréquence que Tom Waits, je pense à un chanteur Francophone Belge
ARNO


Dernière édition par Nine le Dim 11 Oct - 3:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9692
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MUSICOTHERAPIE   Jeu 20 Aoû - 17:24

Un bel essai sur la voix :

ÉCRIRE LA VOIX



MILES DAVIS SUMMERTIME
**********************

La voix, il lui a fallu un long temps pour mourir. J’avais en tête le mot mûrir, et je m’aperçois que je viens d’écrire mourir. J’accueille donc ce mot qui s’est subrepticement glissé sous ma plume, et j’écris en toute connaissance de cause : ma voix, il lui a fallu un long temps pour mourir. Cette voix silencieuse qui se confond avec les mots que depuis quelque trente ans, jour après jour, je trace à grand-peine avec un stylo sur des feuilles de papier, un long temps lui a été nécessaire pour mourir aux mots, notions, préoccupations diverses..., qui participaient à son obscur travail et l’alimentaient, mais ne lui appartenaient pas.

Au début, écrire n’était même pas possible. Un trop-plein obstruait la source. La profusion tumultueuse de ce qu’il y avait à dire entraînait un tel bouillonnement, qu’il y avait suffocation, et par voie de conséquence, mutisme.

Puis dans la souffrance, dans une tension de tout l’être, des mots, des bribes de phrases ou de poèmes ont été balbutiés. Par la suite, ces mots se sont faits plus nombreux, et ils ont fini par composer une continuité, par s’articuler, par former une parole cohérente et intelligible.

Durant ces premières années de bredouillante parole, les mots que j’utilisais ne montaient pas de mon propre fonds. Je parle des mots, mais aussi, de ce dont ils sont le support. Aussi, à la faveur des métamorphoses survenues, la voix n’a-t-elle cessé de muer, d’abandonner ses peaux mortes.

Les mots qu’il me fallait employer mais que je n’avais pas eu le temps de porter dans mon sang, de faire miens, étaient vécus comme des corps étrangers, qui altéraient la voix.

Pour que j’aie la sensation de quasiment me confondre avec les mots que j’emploie, il importe qu’ils dorment longuement en moi, se mêlent à ma substance, se nourrissent de mon humus. Ce n’est qu’à cette condition qu’ils peuvent se charger de ce qu’ils auront à porter au jour.

Ces mots que je ne peux aimer, qui me paraissent morts et n’appartiendront jamais à mon vocabulaire. A l’inverse, ces mots que j’affectionne tout particulièrement, qui ont tendance à revenir plus souvent que d’autres sous ma plume, et que j’appelle des mots-pivots. (En botanique, on appelle pivot la racine principale qui s’enfonce verticalement dans le sol). Ce sont eux qui me servent à pénétrer en des points cruciaux mon sol et mon sous-sol.

Une voix, c’est un mixte de sons-mots-souffle-rythme, à quoi s’ajoute un certain quelque chose propre à chacun. Écrire, ce fut dès l’origine tenter de retrouver le timbre et le rythme de la voix du corps avec les mots que formait la plume.

Pour restituer ce que je perçois de ce qui fermente et bruit dans mes limbes, la voix qui se fait entendre au long de mes mots doit être lente, grave, sourde. Seule une telle voix peut donner à ressentir ce que j’éprouve lorsque, enfoui au plus intime de moi-même, j’ai une conscience aiguë de la beauté et du tragique de la vie.

Écrire, c’est me laisser scander par un rythme. Un rythme qui m’est imposé par celui du souffle. Il est des écritures sans rythme et qui me paraissent physiologiquement fausses.

Bonheur, maintenant, d’être accordé au rythme. D’éprouver que cette voix qui parle-écrit est mienne.

Écrire la voix, c’est simplement transcrire les mots de cette voix qui ne cesse de murmurer dans le silence de ma nuit.

C’est pour se mettre à l’écoute de cette voix que l’écrivain a besoin de se retirer dans la solitude et le silence.

Quand je me désaccorde, ma voix se disjoint. Elle se place plus haut qu’à l’ordinaire, et bizarrement, j’ai l’impression de parler au-dessus de ma voix. Au contraire, lorsque je suis bien centré, ma voix est basse, étouffée, toute veloutée de silence, et je sens alors qu’elle traduit avec assez d’exactitude ce qui s’enchevêtre en moi : la ténèbre et la lumière, l’élan et le retrait, l’exultation et la plainte...

On a pu prétendre que le regard est le miroir de l’âme. D’une manière semblable, ne pourrait-on dire que la voix pourrait s’entendre comme la musique de l’âme ?

Souvenir d’avoir lu il y a déjà pas mal d’années la remarquable interview d’une femme qui “répare” les voix, notamment celles des chanteurs et comédiens qui ont des problèmes avec un organe excessivement sollicité.

À plusieurs reprises, quand il m’est arrivé de lire le texte d’une personne qui n’avait que peu écrit et demeurait à la périphérie d’elle-même, j’ai eu l’impression d’écouter une voix coupée de ce qui aurait dû être sa source. Une voix qui ne parvenait pas à s’imposer parce qu’elle manquait de corps.

Ces êtres qui chantent faux. N’est-ce pas parce que règne la discorde en amont de leur voix ?

Mon extrême sensibilité aux voix :

— les voix trop légères, pépiantes, inhabitées

— les voix lentes, graves, laissant affleurer tout un arrière-pays

— les voix fraîches, franches, limpides

— les voix mal posées, discordantes, pleines de fêlures

— les voix précieuses, affétées, grimacières

— les voix nouées, avares, qui ne délivrent souffle et mots qu’avec parcimonie

— les voix trop graves, pierreuses, monolithiques

— les voix exténuées, exsangues, écrasées par la fatigue de vivre

— les voix souples, fluides, enchanteresses, et qui n’ont nul besoin d’entonner le chant des sirènes pour vous tirer au fond des gouffres

— les voix éraillées et rauques des chanteurs de flamenco

— les voix de tête, haut perchées, auxquelles il manque précisément d’être enracinées dans un corps

— les voix sèches, agressives, qui vous jettent et vous roulent dans des ronces et des épines

— la voix noire, lasse, bouleversante d’une chanteuse de blues psalmodiant son désespoir et en laquelle chatoient la drogue, les nuits blanches, la longue souffrance de sa race, une formidable passion de la vie

— les voix puissantes et emphatiques, imbues d’elles-mêmes et théâtrales

— les voix onctueuses, anxieuses de plaire, et qui ne suscitent que défiance

— les voix meurtries, à peine audibles, mais riches d’expérience, disant beaucoup avec peu de mots

— les voix dominatrices, métalliques, qui crachent les mots par salves comme autant de projectiles

— les voix tâtonnantes, ombreuses, qui vous font voyager en vous-même

— les voix humiliées, rongées par une souffrance qui n’aura pas de fin

— les voix chaudes, pulpeuses, pétries d’entrailles et de sexe, et qui vous brassent le sang

— la voix qui implore, commande, chantonne, prie, s’esclaffe, jure, gémit, insulte, enlace, tonne, éructe la haine, susurre la confidence...

— la murmurante voix de la mère qui continue d’apaiser cet enfant qui vit en moi

Tant et tant de voix... Et à chaque voix nouvelle, ce besoin de remonter là où elle prend source. De déchiffrer ce qu’elle nous livre de l’être qui nous parle.

Charles Juliet, texte paru dans La Bartavelle n° 1 [série dirigée par Pierre Perrin, décembre 1994]


Dernière édition par Nine le Ven 28 Aoû - 12:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9692
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MUSICOTHERAPIE   Lun 24 Aoû - 16:20

SACREES VOIX

Elle met l’homme en vibration directe avec le divin et l’univers. Moyen de communication sonore et verbal,
elle permet à l’homme d’exprimer, à travers une riche palette de timbres, les divers états de son âme et les subtilités de son être.


AVE VERUM Mozart sous la direction de Léonard Bernstein.

...On ne parle à Jéhovah,
A Jupiter, à Bouddha
Qu'en chantant...

Profane ou sacré, le chant a une dimension spirituelle.

Qu’il soit choisi dans le répertoire sacré ou dans le répertoire profane, le chant nécessite une démarche spirituelle. Elle correspond au besoin qu’a son interprète de transmettre tout ce qu’il est., de témoigner d’une vérité qui l’habite ou de sa recherche d’un idéal de beauté.

Ainsi s’exprime Dominique Vellard, directeur artistique des Rencontres du Thoronnet (Var), rejoignant dans ce témoignage, de nombreux chanteurs.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9692
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MUSICOTHERAPIE   Ven 28 Aoû - 12:14

VOIX DE L INTIME
PIAF




Robe noire gommant le corps, mais libérant la lumière du visage et des mains, elle s’avance face à la salle plongée dans l’obscurité.

Pas de décor. Pas de choriste. Elle est seule.

Elle est indécise, immobile, encore gauche, bras ballants, avant le saut. Musique. Elle ferme les yeux avant l’implosion de la voix.
Entre ventre et poitrine, profondeurs viscérales et battements de cœur, elle occupe le volume de son drame vocal.
Elle s’absente au public et au monde.



La fille de joie est seule
Au fond de la rue là-bas
Les filles leur font la gueule
Les hommes n’en veulent pas
Et tant pis si elle crève
Son homme ne r’viendra plus
Adieu tous les beaux rêves
Sa vie elle est foutue

Pourtant ses jambes tristes
L’amènent au boui-boui
Où y’a un autre artiste
Qui joue toute la nuit
Elle écoute la java /…
Elle entend la java /…//
Elle a fermé les yeux /…/
Arrêtez /…/ Arrêtez la musique.

Edith Piaf sort du chant, avec ses yeux noyés.
La dernière note de « l’accordéoniste » a tranché dans le vif. Elle a levé les bras, elle s’est voilée la face, elle s’est soudainement tue. On la retrouve étourdie, saluant le public, le corps crispé.
Elle revient « de loin », en singulière funambule ; elle s’est comme provisoirement retirée de toute vision extérieure.

Etrange abîme oui, que celui où, pour atteindre l’autre avec la plus haute portée émotionnelle, il faut s’abstraire de sa présence, n’entendre que l’énergie et l’être de sa propre voix.

La voix chantée développe alors, dans l’espace, un véritable territoire intérieur. Damia parlera de dédoublement.
La scène est envahie par la voix qui devient une île entourée d’auditeurs invisibles.
Toutefois ces enchantements insulaires de la voix ne renvoient pas qu’au simple imaginaire auditif, ils furent aussi guidés par la mise en scène de la lumière.

L’avènement sonore du sujet dans ce répertoire – via ses interprètes – passe par tout un lyrisme visuel « donnant à voir » le nouveau langage de la voix. Ambiance des éclairages, sobriété de l’habit, code des couleurs et des gestes.

Et c’est sur un registre polysensoriel de l’intime, que sera accueilli le toucher vocal de ces timbres et de ces souffles ténébreux.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9692
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MUSICOTHERAPIE   Ven 28 Aoû - 12:25

MON DIEU



Chanson- éclat brusque et menacé du sentiment, chanson prise dans les tissus de l’être … bouleversé, chanson tendue entre peau et âme, chagrin sublimé par la voix de PIAF…
une prière universelle.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9692
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MUSICOTHERAPIE   Dim 11 Oct - 2:38

UNE FREQUENCE A FENDRE L'AME



RICHARD HAWLEY

Un ensemble parfait qui donne une belle émotion,
une vraie empreinte vocale, des doux arpèges sur des cordes caressantes.
La quintessence du Crooner comme on n'en fait plus !
à découvrir :
http://www.artmony.biz/blues-and-folk-f38/richard-hawley-t2778.htm#15589



La voix humaine est un des outils les plus puissants et les plus fins qui existent pour guérir le corps et l’âme.
Ce savoir est inné, bien que la plupart d’entre nous aient besoin de réapprendre son utilisation. Plusieurs cultures indigènes utilisent encore cette connaissance venue du fond des temps.

je me suis arrêté sur sa voix à lui. Elle est très belle. Mais plus que ça,elle me touche. C'est exactement la voix que je voudrais entendre tout les jours s'enquérir de mes nouvelles, me demander le sel, ou bien l'endroit où se trouve le bouquin entamé la veille.

C'est une voix profonde, confiante, rassurante. La voix de quelqu'un de bien.

Est-ce que je suis influencée par le titre ? Je ne pense pas.

La vie c'est ressentir, intercepter des messages et les interpréter avec les moyens dont on dispose.
La communication et la vie ne sont que la même chose. Avoir une bonne interaction, entendre correctement les autres, c'est simplement vivre heureux.
La voix est chargée d'émotions, de vécu, tous les signaux du comportement, des sentiments intérieurs s'y retrouvent. La voix ne peut trahir il parait. Je n'en sais rien, je l'espère.

Disons que je crois ce que j'entends. Pas les paroles, mais l'intonation, la modulation de la voix.
J'ai parfois des côtés encore très naïfs. Ainsi j'ai tendance à penser que la gentillesse ne peut continuellement être feinte, et surtout, il s'agit de la découvrir non pas à la surface des notes vocales, mais enfouies derrières des hésitations, des murmures, des soupirs.

Connaît-on jamais quelqu'un vraiment ?

Non, mais on passe sa vie à le deviner, à l'interpréter. Il y a les mots que l'on entend, ce que dit la voix,
et finalement seul compte ce qu'entend le cœur.


Que met-on derrière le vocable de l'amour ?

Une attirance physique et intellectuelle, portée par le charme de la voix :
cette mélodie qui chante à nos oreilles l'histoire merveilleuse de l'emportement des cœurs.

Ecoute la voix qui te parle à l'oreille le soir, entends-là et fais lui confiance. L'endroit où elle veut te mener est certes nouveau, et cela peut te paraître un risque, mais pourquoi vivre alors ?

Ecoute la profondeur de ses intonations, la chaleur de ses mots. Quelle promesse entends-tu ?
Celle du bonheur calme et de la passion réunis ensemble, enfin.

La voix ne peut mentir, cette voix qui te parle et s'est offerte complètement à toi,
plus que ne le ferait un corps à la première rencontre.
Un vrai don.
LA COULEUR D'UNE AME !

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9692
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MUSICOTHERAPIE   Lun 23 Nov - 14:44

LA VOIX UN DON, UNE GRACE

La chanson de Solveig, extrait de l'opéra Peer Gynt de Grieg
un chant d'une mélodie absolue, relaxant et chargé d'émotion ...
une des plus belles pages d'Opéra.

Marita Solberg et le Philarmonique de Berlin.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9692
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MUSICOTHERAPIE   Lun 22 Fév - 14:37

MYSTIQUE ET AERIENNE
SONG OF JERUSALEM

SINEAD O'CONNOR


Dans la dimension mystique du chant, la voix est en liaison avec l'âme,
elle semble dire aussi :
"Je veux que mon langage devienne tout l’être de ce qui,
en moi,
n’avait droit qu’au silence".

la notion de "don" prend toute sa dimension.
Nin@rtmony
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9692
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MUSICOTHERAPIE   Jeu 1 Avr - 3:05

Une voix de satin noir
sombre et brillante
"on reste Dieu merci
à la merci d'une étincelle"



Benjamin Biolay - Laisse Aboyer les Chiens

Car s'il est une chose qu'on ne peut reprocher à Benjamin Biolay
c'est de tomber dans la facilité, les dérives mercantiles, ou la romance mièvre
de la variété sans saveur.
Ce qui amplifie l'intensité et l'authenticité du texte et de la mélodie.
Il y a des douleurs chantées salvatrices pour l'auditeur,
celle ci en est une.

Nin@rtmony
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9692
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MUSICOTHERAPIE   Mer 23 Juin - 1:21

UN GRAIN DE PEYROUX

la musique porte en elle des forces qui se reflètent dans les couleurs de la voix,
et le chant est comme le prolongement de la parole,
la force expressive par des mots colore spontanément la voix
et cela se reflète sur le visage.
Le visage reflète cette clarté ou cette profondeur de la voix...
le secret de toute vraie chanteuse :
créer sa propre langue, un idiome musical jailli d'une source parfois
mystérieuse et qui touche au cœur des gens.
Nin@rtmony



Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MUSICOTHERAPIE   

Revenir en haut Aller en bas
 
MUSICOTHERAPIE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LA MUSIQUE ADOUCIT LES MOEURS :: LES MYSTERES DE LA VOIX :: LA MUSICOTHERAPIE-
Sauter vers: