H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'HISTOIRE DU ROI ARTHUR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: L'HISTOIRE DU ROI ARTHUR   Lun 27 Oct - 12:29

L'HISTOIRE DU ROI ARTHUR




Le jeune roi Arthur tomba un jour dans une embuscade
et fut fait prisonnier par le monarque d'un royaume voisin.
Le monarque aurait pu le tuer mais fut ému de la jeunesse et de la joie de vivre d'Arthur.
Il lui offrit la liberté contre la réponse à une question très difficile.
Arthur aurait une année pour deviner la réponse et, s'il ne pouvait la donner au bout de ce délai,
il serait tué.

La question était :
Que veulent réellement les femmes ?

Une telle question laisserait perplexes les hommes les plus savants et,
pour le jeune Arthur, cela semblait être une quête impossible.
Comme c'était quand même mieux que la mort,
il accepta la proposition du monarque de lui ramener la réponse au bout d'un an.

Il retourna dans son royaume pour interroger tout le monde :
les princesses, les prostituées, les prêtres, les sages, le fou de la cour.

Il parla à chacun, mais personne ne put lui donner une réponse satisfaisante.
Ce que la plupart des gens lui dirent fut d'aller consulter la vieille sorcière
qui était la seule à pouvoir connaître la réponse.
Le prix en serait élevé, car la sorcière était connue dans tout le royaume
pour les prix exorbitants qu'elle demandait.

Le dernier jour de l'année arriva et Arthur n'avait pas d'autre choix que d'aller parler à la sorcière.
Elle accepta de répondre à sa question mais il devait d'abord accepter son prix.
La vieille sorcière voulait épouser Gauvain,
le plus noble des Chevaliers de la Table Ronde et le plus cher ami d'Arthur.

Le jeune Arthur fut horrifié :
la vieille sorcière était bossue et terriblement laide, n'avait qu'une dent,
sentait comme l'eau des égouts, faisait souvent des bruits obscènes.
Il n'avait jamais rencontré de créature aussi répugnante.
Il refusait de forcer son ami à l'épouser et à endurer un tel fardeau.

Gauvain, en entendant la proposition, parla à Arthur.
Il lui dit que ce n'était pas un si terrible sacrifice pour sauver la vie d'Arthur
et préserver la Table Ronde.

Ainsi le mariage eut lieu et la sorcière répondit à la question.

"Ce qu'une femme veut vraiment c'est de pouvoir décider de sa propre vie".

Chacun sut à l'instant que la sorcière venait de dire une grande vérité
et que la vie d'Arthur serait épargnée. Et ce fut le cas.
Le monarque voisin épargna la vie d'Arthur et lui garantit une totale liberté.

Quel mariage ! Arthur était tenaillé entre le soulagement et l'angoisse.
Gauvain se montrait agréable comme toujours, charmant et courtois.
La vieille sorcière montra ses plus mauvaises manières.
Elle mangea avec les doigts, rota et péta et mis tout le monde mal à l'aise.

La nuit de noce approchait.

Gauvain, se préparant psychologiquement pour la nuit de noces, entra dans la chambre mais quelle ne fut pas sa surprise :
la plus belle femme qu'il ait jamais vue se tenait devant lui !
Gauvain était éberlué et demanda ce qui se passait.
La beauté répondit que, comme il avait été gentil avec elle quand elle était la sorcière, elle serait la moitié du temps horrible et déformée et l'autre moitié une magnifique jeune fille.
Quelle forme voulait-il qu'elle prenne le jour et la nuit.
Quelle question cruelle.

Gauvain commença à réfléchir à ce problème :
pendant la journée une belle femme à montrer à ses amis mais, la nuit, dans l'intimité, une vieille et sinistre sorcière ?
Ou bien dans la journée, une hideuse sorcière mais, la nuit, une belle femme pour jouir des moments intimes...?

Que feriez-vous ?

Ce que choisit Gauvain est écrit plus bas mais ne lisez pas avant d'avoir fait votre propre choix.

REPONSE

Spoiler:
 


Dernière édition par Nine le Dim 3 Jan - 12:49, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HISTOIRE DU ROI ARTHUR   Mer 2 Déc - 17:13

ARTHUR LA LEGENDE





fils d'Uter Pendragon, roi de Bretagne,
et d'Ygerne,épouse du duc de Cornouailles
est né par l'intervention de la magie de Merlin.
Il devient roi de Bretagne à 16 ans en arrachant
de son socle de pierre l'épée Excalibur.
Arthur épousera Guenièvre
et créera la Table Ronde autour de laquelle
il réunira les meilleurs
chevaliers de son Royaume.
Ensemble, ils se lanceront dans la quête
mystique du Saint Graal qui doit apporter à celui qui le trouve
tous les bienfaits du monde.


Il fut conçu en dehors des liens du mariage et fut élevé, loin de ses parents, par Merlin l'enchanteur. L'ingénieux magicien avait conçu pour Uther Pendragon une magnifique forteresse où figurait
la célèbre Table Ronde , à laquelle cent cinquante chevaliers pouvaient s'asseoir.

A la mort d'Uther Pendragon, les Chevaliers de la Table Ronde furent incapables de désigner
un successeur et résolurent de demander conseil à Merlin.
Le magicien leur répondit que leur prochain roi serait celui qui parviendrait
à tirer l'épée magique enfoncée dans le roc, apparue mystérieusement à Londres .
De Nombreux chevaliers s'y essayèrent en vain.

Des Années plus tard, Arthur se rendit à Londres pour assister à son premier tournoi.
Un chevalier désigné par Merlin pour veiller sur le jeune garçon y participait,
mais s'apercevant qu'il n'avait pas son épée, il chargea Arthur de lui en trouver une.
Sans connaître la signification de l'épée dans le roc,
Arthur s'en saisit et la remit au chevalier ébahi.
C'est ainsi que fut désigné l'héritier d' Uther Pendragon.

Dès le début de son règne , il comprit à quel point il dépendait de la magie.
En dressant son épée sans raison contre l'un de ses chevaliers,
le jeune homme fut consterné de voir la lame volée en éclats.
Désarmé, il fut sauvé par Merlin qui endormit le chevalier.
Arthur errait, abattu, aux abords d'un lac lorsqu'à sa stupéfaction,
il vit surgir de l'eau une main et un bras portant une nouvelle épée magique.
Il s'agissait de Excalibur, comme le lui expliqua la Dame du lac qui la lui remit.

Fort de sa nouvelle arme, Arthur devint un grand roi.
Il vainquit les Anglo-Saxons, aida le roi d'Ecosse Leodegraunce dans sa guerre
qui l'opposait aux Irlandais .
Pour le récompenser de son soutien Leodegraunce lui donna sa fille Guenièvre en mariage.



Dans un premier temps, Merlin s'opposa à leur union,
car il connaissait bien l'amour que portait Guenièvre pour Lancelot,
le plus beau des Chevaliers de la Table Ronde.
Il finit cependant par bénir le mariage et ce fut à cette occasion
qu'il offrit la Table Ronde à Arthur. Néanmoins, Lancelot et la reine devinrent bientôt amants
et lorsque Arthur découvrit l'infidélité de son épouse, le chevalier s'enfuit en Bretagne.
Arthur le poursuivit et l'assaillit jusque dans sa forteresse bretonne.
Il dut cependant lever le siège lorsqu'il apprit que son neveu Modred s'était emparé de Camelot,
allant jusqu'à forcer la reine à l'épouser,
après avoir fait courir le bruit que le roi était mort en campagne.

De retour en Angleterre, Arthur rassembla ses chevaliers pour livrer bataille contre les rebelles.
Mais avant d'entamer les combats, le roi et Modred acceptèrent de se rencontrer
pour tenter de faire la paix.

Comme aucun d'eux n'avait confiance en l'autre ,
ils ordonnèrent à leur armées respectives d'attaquer au moindre mouvement d'épée.
Lorsqu'un chevalier dégaina son arme pour tuer un serpent,
les deux armées se lancèrent dans une terrible bataille.
Seuls deux chevaliers d'Arthur survécurent et emportèrent leur roi
grièvement blessé loin du champ de bataille jonché de cadavres et de mourants.
Sentant sa fin approcher, il demanda à ce qu'on jetât Excalibur dans un lac,
où une main vint promptement s'en emparer.

Puis Arthur monta à bord d'un bateau magique et disparut.
Les derniers mots qu'il prononça furent pour dire qu'il se rendait à Avalon
( autre nom pour désigner l'autre monde Gallois Annwynn,
et qui suggère qu'il s'agissait d'une île remplie de pommiers)
afin d'y soigner ses blessures pour pouvoir revenir un jour et régner de nouveau sur son peuple.




Dernière édition par Nine le Jeu 3 Déc - 3:02, édité 21 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HISTOIRE DU ROI ARTHUR   Jeu 3 Déc - 1:25

LA RECHERCHE HISTORIQUE



Le roi Arthur, ou Arthur Pendragon, est un personnage important de la myhologie britannique
Il est le personnage central des légendes arthuriennes .

Il n'est pas sûr qu'il ait réellement existé quoi qu'il en soit légende
ou pas l'histoire se perpétue.
De plus, les textes médiévaux en gallois ne lui donnent jamais le titre de roi,
mais l'appellent amerauder (empereur).

Le nom lui-même viendrait de la racine celtique Arz signifiant "ours" ,
symbole de force, de stabilité et de protection, caractères bien présents dans sa légende :
c'était un homme réputé fort, posé, et en tant que roi, garant de la sécurité de ses sujets.
Dans la civilisation celtique , l'ours est avant tout l'animal emblématique de la royauté.
On le trouve aussi sous les graphies suivantes : Arzur, Arthus ou Artus.
Le terme "Pendragon" lui vient de son père Uther Pendragon .


Le roi Arthur dans l'histoire


Watch Arthur, Roi des Bretons in Ã�ducatif et instruction  |  View More Free Videos Online at Veoh.com



Certains pensent qu'il aurait vécu au VI siècle et serait originaire du pays de Galles
ou de l'ouest de l'Angleterre , mais l'emplacement exact de sa cour reste un mystère.
Il aurait combattu les Saxons .
Il est parfois assimilé à un chef nommé Ambrosius Aurelianus, "Roi de la bretagne".
Malheureusement, on ne connais que peu de choses de ce chef,
et les spécialistes ne savent pas si les « Brettones » étaient des britannique ou des bretons.
Il est néanmoins assez probable que le terme désigne les Insulaires,
la Bretagne actuelle étant alors appelée Armorique.

Les historiens anglophones parlent de britto romains,
qui dénominent l'ensemble des populations celtiques romanisées de grande bretagne ,
à l'exception des Scots , et des Pictes de Calédonie (actuel peuple d'Ecosse).

Concernant Arthur lui-même, une thèse intéressante,
formulée par Baptiste Legeron de l'Université d'Aix-en-Provence,
en ferait un grand propriétaire terrien romanisé ayant constitué,
comme c'était alors courant, sa propre troupe de buccelaires
(mercenaires à la solde d'un grand et payés en nourriture d'où leur nom
[buccelus = biscuit) et ayant prêté main-forte aux rois brittons contre les Saxons.
En effet, la chronique de Nennius (IX éme siécle) le désigne comme un dux bellorum
(chef de guerre) combattant "avec les rois bretons".
En outre, dès le IV siècle , les corps de buccelaires sont constitués en majorité de cavaliers.
La légende d'un corps de cavaliers d'élites servant Arthur n'est pas loin…

D'autres pensent qu'Arthur serait un demi-dieu celte ,
incarné, tel que le dieu de la mer Lir (supposé incarné par leRoi lear ),
ou même un personnage fictif comme Beowulf
( poème épique majeur de la littérature anglo saxone datant des VII et VII siècle) .
Cette théorie serait renforcée par le fait que d'autres Britanniques de cette période,
comme par exemple Ambrosius Aurelianus ,
ont combattu les saxons à la bataille de Mons Badonicus .

Il faut noter enfin que ce nom pouvait être courant à l'époque celtique
et aurait pu désigner plusieurs chefs, dont les vies auraient servi à constituer
celle du personnage mythologique.
Le patronyme Arthur pourrait alors correspondre à un statut de chef de guerre
pouvant être porté par divers personnages en même temps.
Il est intéressant de constater que ce nom connait une vogue très importante
dans l'aristocratie celtique dans les années qui suivent la Bataille de Camlann,
vers 540, où serait mort Arthur.

En1191 , des moines de l'abbaye de Glastonbury
annoncèrent avoir découvert la tombe d'Arthur et de Guenièvre.
Ces tombes furent visitées par beaucoup de personnes,
et déplacées vers une nouvelle tombe en 1278 .
La tombe fut détruite pendant la réforme protestante du XVI siècle.
L'antiquaire John Leland rapporte qu'il en a trouvé la croix parmi les débris,
et traduit son inscription :

" Hic jacet sepultus inclutvs rex arturius in insula avalonia,
Ici est enterré le célèbre roi Arthur sur l'île d'Avalon. "

Ces histoires devinrent populaires à partir du XII siècle .
Dans ces histoires, Arthur rassembla les chevaliers de la table ronde
(en particulier Lancelot ,Gauvain et Galaad) .
Cette assemblée était en général située à Camelot dans les derniers récits.
Le magicien Merlin alias « l'Enchanteur », y participait de temps en temps.
Ces Chevaliers participèrent à des quêtes mythiques, comme celle du Saint Graal .

D'autres histoires du monde celtique s'associèrent à la légende d'Arthur,
telle que la légende de Tristant et Iseut .
Dans les dernières légendes, la romance entre le champion d'Arthur,
Lancelot, et la reine Guenièvre devint la cause principale de la chute du monde arthurien.


Dernière édition par Nine le Jeu 3 Déc - 3:32, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HISTOIRE DU ROI ARTHUR   Jeu 3 Déc - 2:21

Camelot



La ville-château du roi Arthur, attirait de partout des chevaliers désireux
de se joindre à la Table Ronde , inspirés par un idéal mystique de courage et d'honneur.
De Camelot, les chevaliers partaient à la découverte d'aventures, cherchant la gloire,
vengeant les offenses et conquérant les femmes et la renommée.
La quête des chevaliers devint un symbole de recherche de l'absolu..
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HISTOIRE DU ROI ARTHUR   Jeu 3 Déc - 2:33

LE ROI ARTHUR ET EXCALIBUR





L'épée, symbole du pouvoir, recèle en elle une histoire.
Certaines sont réelles, d'autres mythiques ou oeuvre d'un roman.
Certaines sont magiques, d'autres forgées par un artisan d'exeption.
Elles sont toutes uniques et particulières.
L'épée, l'arme noble par excellence, on lui reconnait une âme on lui donne un nom.

une mystérieuse pierre flottante apparut avec une épée plantée en son centre.
Cette pierre portait une inscription en lettres d'or:
"Seul le meilleur chevalier du monde pourra oter cette épée de cette pierre"

Dans les légendes celtiques, Excalibur est une épée magique, fille des anciens Dieux,
et qui leur permit d'accéder enfin au repos.
Cette épée avait en outre la réputation d'être incassable et de trancher toute matière.

En ces temps là, le roi Uther Pendragon était mort sans héritier,
et les deux Bretagne divisées sombraient dans le chaos.
Des joutes furent organisées afin de lui trouver un successeur,
le vainqueur serait proclamé roi.

C’est alors qu’apparu, fichée dans une stèle de granit,
une épée à la garde ornée de dragons.
Excalibur, « l’épée dans le roc » portait une inscription
comme quoi elle ne serait brandie que par le futur roi des bretons.
Tous les barons tentèrent leur chance en vain, puis les chevaliers sans aucun succès.
Finalement, suite à un concours de circonstances,
c’est un page nommé Arthur qui réussit à la retirer de son socle, et devint donc le roi de Bretagne.

Plus tard, Merlin l’Enchanteur révéla qu’Arthur était le digne fils d'Uther Pendragon,
asseyant ainsi sa légitimité sur le trône.
Avec Excalibur à ses côtés, le roi Arthur réuni et pacifia les deux Bretagne ;
avant de créer la confrérie des Chevaliers de la Table Ronde,
qui lui permettra de rallier à lui les derniers opposants.
Cela correspond en fait à la naissance mythique de l’Angleterre moderne.
A la mort d’Arthur, Excalibur fut jetée dans un lac magique, puis disparut.
Probablement la plus célèbre des épées de légendes.
C'est l'épée magique du roi Arthur dans l'épopée de la Table Ronde.

* Excalibur est une déformation de Caledfoulch ou Kaledfoulc'h ou kaletfwlch
qui signifierait "dur éclair" ou "dure foudre"
appellation qui conviendrait parfaitement à une épée magique.

Dans le cycle arthurien, Excalibur est l'épée de souveraineté et de puissance confiée à Arthur.
Ce n'est pas l'épée fichée dans la pierre et que retire le jeune Arthur
lorsqu'on cherche un successeur à Uther Pendragon.

Mais une autre épée, venue de l'autre monde et remise à Arthur par la Dame du Lac,
la fée Viviane.
L'épée brillait du feu de trente torches, éblouissant ses ennemis.
Le fourreau précieux empêchait le sang de couler sur les champ de bataille,
mais Arthur confia imprudemment ce talisman à sa demi-soeur la fée Morgane.
Elle s'empressa d'en faire un double,
qu'elle remit à Arthur tandis qu'elle donna l'original à son amant, Accolon.
* Après la bataille de Camlann,
Arthur demanda au chevalier Girflet de lancer Excalibur dans un étang,
car elle ne doit pas tomber en n'importe quelles mains.
Or, une main sortit de l'eau, saisit l'épée, la brandit trois fois et disparaît avec elle :
l'épée magique de souveraineté a été rendue à la Dame du Lac .


Dernière édition par Nine le Sam 5 Déc - 14:04, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HISTOIRE DU ROI ARTHUR   Jeu 3 Déc - 20:26

LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE



La Table Ronde est un point essentiel des légendes arthuriennes,
elles-mêmes issues de la mythologie celtique.
Ces légendes sont basées sur une tradition orale,
historiquement transmise par les bardes, puis, répertoriées au Moyen-Âge
par un certain nombre de monastères.
C’est de cette source que nous proviennent les chansons de geste,
ainsi que des romans, comme ceux de Chrétien de Troyes.



Selon les légendes, la fameuse Table Ronde se situait au château de Camelot,
à la cour du roi Arthur, dont le royaume s’étendait alors sur les deux Bretagne.
Cette Table Ronde aurait été dressé sur les conseils de Merlin l’Enchanteur,
qui aurait convaincu Arthur de la nécessité de créer une assemblée de preux chevaliers
afin de retrouver le Graal.
Le mage Merlin institua en pays de Galles, la Table Ronde et ses compagnons.
Une grande partie d'entre eux étaient d'Armorique;
Guivret de Lamballe, Ban de Benoïc et Lancelot, fils du roi Ban.
Les chevaliers se fixèrent pour but de retrouver le Graal,
vase qui servit à Joseph d'Arimatie pour recueillir le sang du Christ sur la croix.
Cette quête se fit de part et d'autre de la Manche, en grande et petite Bretagne.
C'est dans le château du Roi Pêcheur que Galad découvrit enfin le précieux vase,
sans doute celui ci était il enfoui quelque par dans la forêt
ou sous les eaux de l'un des 14 étangs ?

Camelot attirait de partout les chevaliers désireux de se joindre à la Table Ronde :
ils partaient chercher aventure, gloire et renommée,
et, cette quête deviendra un symbole de recherche de l'absolu ...

La Table Ronde a une forme peu fréquente au Moyen-Âge où, le plus souvent,
les tables étaient faites de grandes planches rectangulaires posées sur des tréteaux
qu'on installait pour les repas.
Cette forme ronde originale devait rappeler à tous les chevaliers
qu’ils héritaient de leur place grâce à leur mérites, et qu’ils étaient à ce titre tous égaux.
Sur chaque siège, était inscrit en lettres d’or «Ici doit s’asseoir … »,
à l’exception de celui se tenant à la droite du siège du roi,
réservé au chevalier qui aurait conquis le Saint Graal.

Les différents chevaliers appelés à s'asseoir à cette Table furent vite identifiés, sauf un.
Quiconque s'asseyait dans le siège vacant sans avoir été l’élu était englouti par la terre ;
c'est pourquoi cette place était dénommée « le Siège Périlleux »
Cet ajout à la légende comme quoi seul le chevalier le plus pur pourrait prendre place,
semble être un rajout chrétien tardif.

En effet dans la légende celtique, c’est Lancelot qui découvre le Graal,
mais, d'un point de vue chrétien, sa relation adultère avec Guenièvre,
la femme du roi Arthur, le rend impur.
C'est donc Galaad, le fils de Lancelot, né d'une union illégitime mais pur en lui-même,
qui découvrira le Graal,
le rapportera à la Table Ronde et pourra donc s’asseoir dans le Siège Périlleux.
Cette arrivée du Graal à la Table Ronde symbolisera la fin des Temps Aventureux,
ainsi que la fin de la quête des chevaliers.


Le nombre et les noms des Chevaliers de la Table Ronde changent suivant les textes.
Dans certaines versions de l’histoire, cent cinquante chevaliers
pouvaient prendre place autour de cette table, dans le livre
« Les Blasons des Chevaliers de la Table Ronde », on en cite cent soixante dix....

Les principaux chevaliers sont les suivants :

Le Roi Arthur, Lancelot du Lac, Gauvain, Perceval le Gallois,
Yvain le Chevalier au Lion, Galaad le Preux,
le Sénéchal Keu, Beduier, Agravain, Gareth, Geraint, Gaheriet,
Bohort, Lionnel, Lamorat, Tristan, Sagramor, Mordred le fils d’Arthur, etc…

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HISTOIRE DU ROI ARTHUR   Ven 4 Déc - 1:39

LE SAINT GRAAL



A l'origine des légendes, il y a toujours un peu de vérité.
Pourtant, confondre légende et histoire serait une lourde erreur,
même si parfois les historiens ont pu mettre en évidence certaines preuves
étayant quelques-unes des plus fantastiques histoires.
On peut donc raisonnablement penser que les légendes
émanent de l'interprétation de faits historiques réels par les chroniqueurs.

Le Saint-Graal de la littérature médiévale européenne est l'héritier
sinon le continuateur de symboles de la religion celtique pré chrétienne
Parmi ses innombrables pouvoirs il possède, outre celui de nourrir (don de vie),
celui d'éclairer (illuminations spirituelles),
celui de rendre invincible La Quête du Saint-Graal.
Cette Quête exige des conditions de vie intérieure rarement réunies.
Les activités extérieures empêchent la contemplation qui serait nécessaire
et détournent le désir. Il est tout prés et on ne le voit pas.
C'est le drame de l'aveuglement devant les réalités spirituelles,
d'autant plus intense qu'on croit plus sincèrement les rechercher.
Mais on est plus attentif aux conditions matérielles de la recherche
qu'à ses conditions spirituelles.

La Quête du Graal inaccessible symbolise,
au plan mystique qui est essentiellement le sien,
l'aventure spirituelle et l'exigence d'intériorité,
qui seule peut ouvrir la porte de la Jérusalem céleste où resplendit le divin calice.

La perfection humaine se conquiert, non pas à coup de lance comme un trésor matériel,
mais par une transformation radicale de l'esprit et du cœur.
Il faut aller plus loin que Lancelot, plus loin que Perceval,
pour atteindre à la transparence de Galaad,
vivante image de Jésus-Christ.

D'ailleurs l'une des formes du mot dans les textes du moyen âge,
la forme " sangréal ", est significative par son ambiguïté.
Selon la césure opérée dans le mot, on peut y voir aussi bien le " Saint Graal ",
conforme à la légende de Joseph d'Arimathie,
que le " Sang Real " ( Sang Royal ),
indication d'une lignée réelle et initiatique.
Tous les textes relatifs au Graal insiste sur l'importance
d'une lignée prédestinée à la garde du Graal, c'est à dire matrilinéaire :
Perceval est le fils de la soeur du Roi Pêcheur.
Plus qu'un objet, le Graal serait le symbole de la transmission
de secrets initiatiques de génération en génération.


Dernière édition par Nine le Ven 4 Déc - 4:23, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HISTOIRE DU ROI ARTHUR   Ven 4 Déc - 1:57

L'HISTOIRE DU SAINT GRAAL



Dans la légende arthurienne, le Saint Graal est la plus grand quête qui aie été réalisée,
et c'est en grande partie pour cela que la Table Ronde fut créée:

«Arrivé à Logres avec la reine Guenièvre,
Arthur fit crier qu'il tiendrait sa cour à Carduel au temps de Noël.
C'est là que Merlin se rendit sous les apparances d'un vieillard aveugle,
d'un barde portant sa harpe;
il demanda à chanter devant la noble assemblée et le roi y consentit de bon coeur.
Il chanta d'abord les amours d'Arthur et de Guenièvre
avant d'annoncer le retour à un merveilleux âge d'or.

Quand il eut fini le roi lui demanda ce qu'il voulait pour sa récompense;
il sollicita la faveur de porter l'enseigne royale lors de la prochaine bataille où il serait.

"-Beau doux ami, reprit Arthur embarrassé,
Notre Sire vous a rendu aveugle, comment pourriez-vous nous menez à la bataille ?

-Ha! sire, le chevalier Jésus, qui est le vrai guide, saura bien me conduire."

En l'entendant ainsi répliquer le roi pensa que c'était Merlin et allait lui répondre
lorsque le vieillard se métamorphosa en un tout jeune enfant.
Alors, tous reconnurent Merlin à cet enchantement
et s'esbaudirent fort d'avoir été ainsi abusés.
Mais l'Enchanteur reprit la parole d'un ton grave qui ramena le sérieux dans l'assistance.

"-...Je vous en avertis, si vous ne vous proposez pas, désormais,
un but surnaturel vous perdrez votre esprit de chevalerie.
Vous avez entendu parler du Saint Graal, le vase précieux dont Jésus-Christ
se servit le jour de la Cène et où Joseph d'Arimathie
recueillit le sang qui coulait des plaies de Notre Seigneur crucifié.
Egaré depuis des siècles,
ce calice du Saint Graal doit être recherché et retrouvé
avant que ne passe cette génération. Telle est la volonté de Notre Sire.

Grâce aux lumières que Dieu m'a données je connais Celui qui decouvrira le Graal,
cependant je ne dois le désigner aujourd'hui qu'en l'appelant
"le meilleur chevalier du monde"
afin de laisser à chacun l'espoir du triomphe, si indigne soit-il en apparence.

Il est dit qu'au nom de la Très Sainte Trinité le roi Arthur doit établir la table
qui sera celle du Graal et qu'il en adviendra de grandes merveilles au royaume.

Cette table sera ronde pour signifier que ceux qui s'y assoieront
n'y auront nulle préséance et, à le droite du roi,
demeurera un siège vide en mémoire de Notre Seigneur;
personne ne pourra y prendre place sans risquer d'être englouti en terre,
hormis "le meilleur chevalier du monde"
qui conquerra le Saint Graal et en connaîtra le sens et la vérité."


A ces mots parut tout soudain au milieu de la salle
une table ronde autour de laquelle régnaient cent cinquante siège
portant en lettres flamboyantes les noms de ceux qui devaient les occuper,
sauf celui placé à la droite du roi qui ne portait nulle inscription.
Sa mission accomplie, Merlin songea de nouveau à la Petite Bretagne;
il prit congé du roi Arthur et de sa cour.»

Tout d'abord, qu'est-ce qu'excatement que le Saint Graal ?
Comme l'a dit Merlin, c'est une écuelle que s'est servie Jésus lors de la Cène.
Elle fut ensuite récupérer par Joseph d'Arimathie,
le premier et le plus pieux des chrétiens, pour servir à recueillir le sang du Christ
qui coulait de ses membres lorsqu'il fut crucifié.
On dit qu'elle donne la Jeunesse éternelle...
Dans le livre de Jacques Boulenger (cf bibliographie), il apparait dans un château nommé
"Le Château Aventureux":
il est recouvert d'un voile pour que personne ne puisse voir ce qu'il y a à l'intérieur,
et est porté par une pucelle; il répend un doux parfum,
une belle clarté, une joie immense...

Mais, qui est "le meilleur chevalier du monde" dont parle Merlin ?

On pourrait bien croire que ce chevalier est Lancelot du Lac,
mais en réalité ce n'est pas lui; cependant les deux personnages sont très liés,
puisque c'est son fils, Galaad qui découvrira le Saint Graal,
et qui prendra place à la droite du roi Arthur à la Table Ronde sans aucun risque.

Mais pourquoi n'est-ce pas Lancelot ?
Bien que Lancelot soit considéré comme le meilleur chevalier d'entre tous,
il ne put découvrir le Saint Graal, car il n'était pas pur de coeur:
pour cause, la reine Guenièvre et lui était épris l'un de l'autre de fol amour.

Pourtant, Galaad n'est pas né de leurs amours.
Il est le fils de la demoiselle du Château Aventureux et de Lancelot.
Cela s'est passé lorsque Lancelot était parti en quête d'aventure;
et il fut abusé par quelques tours dus à la vieille nourrice de la demoiselle
qui l'amenèrent dans le lit de la pucelle; et par cette union,
ils conçurent celui qui découvrit le Saint Graal.
Et c'est parce que Galaad resta, toute sa vie, pur de coeur et vierge de corps,
qu'il put y accèder.


Dernière édition par Nine le Jeu 10 Déc - 3:12, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HISTOIRE DU ROI ARTHUR   Ven 4 Déc - 2:13

GALAAD





Son nom, Galahad, est d'origine Galloise :
"Gwalchafed" ce qui veut dire "Faucon de l'été" et s'écrit aussi parfois "Galaad",
(il est a noté que Tolkien, dans son language elfique a utilisé le mot
"Galaad" pour designer la "lumière".)

Galahad ou Galaad était unique à la cour du roi Arthur,
car lui seul avait vu le Saint Graal dans sa totalité.
Il se peut même qu'il ait manipulé cette coupe sacrée
puisqu'une version du récit arthurien précise que
" sire Galahad prit le corps de Notre Seigneur entre ses mains "
puis mourut.

La quête du Graal fut une préoccupation importante pour les chevaliers de la table ronde.
Un siège était toujours laissé vacant , car il était réservé au chevalier qui trouverait le Graal.
Avant que Galahad n'y prit place,
aucun chevalier n'avait obtenu le droit de l'occuper sans être instantanément par la terre.

Le jeune et brave Galahad était le fils de Lancelot.
Dès le début de sa maturité, il est évident que Galahad est irréprochable.
Douze nonnes qui avaient élevée Galahad dirent à son père qu'il devait
" le faire chevalier, car il n'y a pas un homme sur terre méritant plus que lui
de faire partie de cet ordre ".

Aussitôt que Galahad eut pris la place qui lui revenait autour de la table ronde,
la présence du Graal se fit sentir à Camelot.
Une femme mystérieuse annonça alors comment la coupe sacrée allait être découvert
et nourrirait tous les chevaliers.
C'est ce qui arriva, mais aucun d'entre eux, au cours de ce repas miraculeux,
ne vit ni ne toucha le Graal.

Lorsque sire Gauvain fit le voeux de trouver le Graal par lui-même,
la plupart des chevaliers de la table ronde firent de même,
en dépit des efforts du roi Arthur pour les dissuader d'entreprendre
ce qui pouvait être leur quête finale.

Bien qu'ils partirent dans différentes directions,
Galahad était en compagnie de Perceval et de Bors lorsqu'il trouva le Graal.
Ensemble, ils avaient reçu le sacrement de Joseph d'Arimathie,
qui avait dit à Galahad de porter une lance sanglante au chateau du roi pêcheur
et de la frotter sur le corps et les membres du chef estropié.
Une fois cette tâche accomplie, et le roi ayant retrouvé la santé,
Galahad eut une vision du Graal.
Quand il fit une prière " pour quitter le monde ", une voix lui expliqua
comment son âme vivrait une autre vie avec le Christ lorsque sa prière serait exaucée.

Après cela, plusieurs miracles se produisirent
et sire Galahad fut même obligé de devenir roi, position qu'il occupa un certain temps,
tout en attendant patiemment que sa requête soit satisfaite.
Lorsque Joseph d'Arimathie finalement revint, Galahad fut autorisé à quitter le monde.
Joseph permit d'abord au pur et humble chevalier de tenir le Graal quelques instants,
puis Galahad s'agenouilla pour implorer sa délivrance,
son âme s'échappa soudain de son corps,
"et une multitude d'anges la portèrent au ciel ".



.. He just put his arm around her
and that's the way I found her
eight months later to the day.
The lines of a smile erased
the tear tracks upon her face,
a smile could linger, even stay.
Sweet Sir Galahad went down
with his gay bride of flowers,
the prince of the hours
of her lifetime. ..



Dernière édition par Nine le Jeu 10 Déc - 3:07, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HISTOIRE DU ROI ARTHUR   Ven 4 Déc - 4:07

Sir Galaad


Aquarelle, 1859
Dante Gabriel Rossetti
Birmingham,
Museums and Art Gallery


Cette lumineuse aquarelle de Rossetti reprend une illustration
que l'artiste avait composée pour le poème de Tennyson, Sir Galahad,
paru en 1857 chez Edward Moxon.

Elle représente la découverte par Galaad, au cours de sa quête du Graal,
d'un autel caché au milieu de la forêt.
L'aquarelle est plus allongée que l'illustration originale :
le peintre a élargi le paysage et ajouté un étendard,
divisant ainsi la scène en trois parties, comme un triptyque.

Galaad s'est agenouillé et boit l'eau du bénitier,
baigné dans une lumière surnaturelle qui provient de l'autel.
On aperçoit sur son manteau la croix rouge qui symbolise la quête du Graal.
Bien qu'elles ne soient pas mentionnées dans le poème,
Rossetti a ajouté sous l'autel un groupe de jeunes femmes,
pour expliquer les chants mystérieux et les tintements de cloches que Galaad entend.



Dernière édition par Nine le Ven 4 Déc - 4:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HISTOIRE DU ROI ARTHUR   Ven 4 Déc - 4:18

KING ARTHUR


King Arthur *tribute*
Réalisé par Antoine Fuqua USA
Scénario: David Franzoni
Avec: Clive Owen, Keira Knightley, Ioan Gruffudd, Stephen Dillane, Stellan Skarsgard
Musique: Hans Zimmer
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HISTOIRE DU ROI ARTHUR   Sam 5 Déc - 14:20

Le chevalier GALAAD
Le preux




Le blason de Galahad est composé d'une croix rouge sur fond blanc.
Ceci représente la croix que Joseph d'Arimathie a tracé avec le sang du Christ
receuilli dans le Saint Graal.



Dernière édition par Nine le Jeu 10 Déc - 3:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HISTOIRE DU ROI ARTHUR   Dim 6 Déc - 1:04




Point d'aboutissement historique de la mythologie celtique, chef-d'oeuvre de la littérature française,
mythe fondateur de la culture française et européenne,
la légende du roi Arthur continue de fasciner et d'intriguer,
certainement parce qu'elle éveille en nous un héritage plus ou moins conscient,
un faisceau de représentations et de schèmes qui font sens dans nos esprits d'Européens,
mais aussi parce qu'elle touche à un monde merveilleux qui nous paraît parfois singulièrement étrange.
le roi Arthur a aussi beaucoup servi pendant la Seconde Guerre mondiale chez les Britanniques
pour vitaliser les efforts de la population face au risque d’invasion de l’Allemagne nazie.

C'est l'histoire de cet univers à la fois familier et lointain, l'élaboration du récit,
des récits arthuriens, qu'évoque l'actuelle exposion de la Bibliothèque Nationale de France (BNF),
"La légende du Roi Arthur",
qui se tiendra jusqu'au 24 janvier 2010.
Elle présente avant tout le très riche fonds médiéval de la BNF relatif à l'univers de la Table Ronde,
occasion unique de voir de magnifiques pièces normalement réservées aux spécialistes

le site de la BNF à consulter pour sa belle réalisation :
http://expositions.bnf.fr/arthur/
pour les détails :
http://www.bnf.fr/PAGES/cultpubl/exposition_1139.htm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HISTOIRE DU ROI ARTHUR   Lun 21 Déc - 2:01

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'HISTOIRE DU ROI ARTHUR   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'HISTOIRE DU ROI ARTHUR
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'HISTOIRE DU ROI ARTHUR
» Histoire de la prison Bonne Nouvelle de Rouen
» Histoire des noms de nos navires
» L'histoire du Corps de Marine
» L'histoire de petit Louis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LA PLUME EST LA LANGUE DE L'AME :: ESSAIS, CONTES ET LEGENDES-
Sauter vers: