H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 BENJAMIN BIOLAY BIOGRAPHIE ET ACTUALITES

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10481
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: BENJAMIN BIOLAY BIOGRAPHIE ET ACTUALITES   Ven 17 Oct - 13:41

BENJAMIN BIOLAY



Eternel jeune premier de la chanson française dont il un des plus dignes héritiers, Benjamin Biolay sait jouer de ses multiples talents d’auteur-compositeur et arrangeur pour son propre compte ou en maître-façonnier, émule de Gainsbourg, dont la gamme va de Henri Salvador à Elodie Frégé.

L'histoire d'un garçon

Benjamin Biolay, né à Villefranche-sur-Saône le 20 janvier 1973, développe très tôt un goût prononcé pour la musique, initié par son père clarinettiste amateur. Les premiers instruments qu’il pratique au conservatoire municipal sont le tuba et le violon, dont l’apprentissage est agrémenté de quelques concerts en formation symphonique.

A l’adolescence, il se tourne vers le rock, et forme le groupe Wind avec un cousin, sans pour autant abandonner l’enseignement musical classique dispensé au Conservatoire de Lyon où il passe au trombone, devenant lauréat dans deux disciplines en 1990. Malgré ces récompenses, Benjamin Biolay opte pour la guitare et compose ses premières chansons qu’il place sur des maquettes. L’une d’entre elles est remarquée par Philippe Viennet, auteur attitré de Liane Foly, mais ne trouve pas de suite. Il lui faut attendre 1994 pour avoir l’opportunité d’enregistrer un CD Live au Barbar avec son groupe, Mateo Gallion.

La major EMI, rendue curieuse par de bons échos, lui propose un contrat d’artiste solo en octobre 1996, concrétisé par le 45-tours « La Révolution » (1997). Parrainné par Hubert Mounier, le chanteur du groupe lyonnais L’Affaire Louis Trio, le jeune musicien participe au nouvel album du groupe, avant d’être incorporé pour un concert des jeunes talents de la maison de disques au Casino de Paris. Son deuxième simple, « Le Jour viendra » (1998) ne rencontre pas plus d’attention que le premier.

Titres à crédit


Une rencontre avec la chanteuse néerlandaise Keren Ann Zeidel va déboucher sur une suite de collaborations plus fructueuses. Avec Karen Brunon (alias Karen April), ils forment le trio Shelby, responsable d’un titre « 1+1 » (1999) qui tourne régulièrement sur les radios rock. Mais le groupe se sépare rapidement, laissant place à la carrière de Keren Ann dont le premier album La Biographie de Luka Philipsen (2000) est co-écrit et réalisé par Benjamin Biolay (qui fait un duo sur « Décrocher les étoiles »). L’album comprend notamment le titre « Jardin d’hiver », une ballade bossa nova qu’intéresse grandement Henri Salvador pour son album Chambre Avec Vue, tout comme les talents du jeune auteur-compositeur qui signe quatre titres du disque sans récolter les fruits escomptés de ce grand succès.

Benjamin Biolay est alors occupé à d’autres missions avec l’album de la chanteuse québecoise Isabelle Boulay, Mieux Qu’ici Bas (disque de diamant), celui du jeune chanteur franco-camérounais Ol (coup de cœur de Françoise Hardy), et le premier Hubert Mounier en solo, Le Grand Huit.

A la demande de Bambou, dernière compagne de son idole Serge Gainsbourg, il officie en réalisateur du titre « Ne dis rien » (2001) rendant hommage au génie disparu dix ans auparavant.


.../...


Dernière édition par Nine le Jeu 27 Aoû - 4:52, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10481
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: BENJAMIN BIOLAY BIOGRAPHIE ET ACTUALITES   Ven 17 Oct - 13:43

BIOGRAPHIE (suite)




Kennedy

Il est alors temps pour Biolay de faire ses preuves par lui-même. C’est largement le cas avec son premier album, le très réussi Rose Kennedy (mai 2001), se signalant par une richesse mélodique et des arrangements soignés, de « Les Cerfs-volants » à « Los Angeles ». Les treize titres du disque font référence à la saga du « clan Kennedy » par le biais de vignettes nostalgiques. A l’automne, il donne ses premiers concerts avec Hubert Mounier, dont un Olympia lors du festival des Inrockuptibles le 12 novembre. Parallèlement, Benjamin Biolay joue de nouveau l’éminence grise se cachant derrière l’album de Coralie Clément, qui n’est autre que sa sœur cadette, Salle des Pas Perdus (novembre 2001).

L’expérience de la scène se renouvelle au printemps avec la première partie du spectacle d’Alain Souchon du 25 au 30 mars 2002 et le mois suivant au Casino de Paris. Outre son mariage avec l’actrice Chiara Mastroianni – fille de Catherine Deneuve et Marcello Mastroianni – le 11 mai 2002, l’année est consacrée à de nouvelles collaborations pour Keren Ann (La Disparition), Jeff Bodart (Ca Ne Me Suffit Plus), et à l’écriture d’un deuxième album. Sa signature apparaît d’abord sur l’album du retour de Valérie Lagrange, Fleuve Congo (2003), qu’il réalise, puis sur Studio de Julien Clerc, adaptant un standard de jazz (« Dancing in the Dark / Le Bal des adieux »), et le disque sans fard de Juliette Gréco (Aimez-vous les Uns les Autres ou Bien Disparaissez) – tous trois autrefois interprètes de Gainsbourg !

Pygmalion

Son album Négatif sort en avril 2003, et obtient un joli succès de révélation avec 80.000 exemplaires vendus. Si la grande sophistication, marque de fabrique de son auteur, est au rendez-vous, le disque contient quelques touches électro dans ses principaux titres, le mini-hit surréaliste « Chaise à Tokyo » et « Little darlin’ ». Loin de laisser indifférent, Benjamin Biolay est alors perçu comme un dandy digne héritier de Gainsbourg dont il partage le murmure talk over, ou un faiseur opportuniste et vain selon ses détracteurs. Fidèle à Keren Ann, il écrit, compose et réalise Not Going Anywhere, fait un duo « Let’s Talk About Love » sur l’album Storm d’Heather Nova, accompagne la jeune Dorval sur son album Les Choses de la Vie, et produit le disque suivant d’Isabelle Boulay (Tout un Jour).

Le Pygmalion de la « nouvelle chanson française », un brin provocateur, s’autorise la composition d’un disque chanté en duo avec sa femme Chiara Mastroianni : la bande originale fictive intitulée Home (juillet 2004), album de folk intimiste, est boudé par la critique.

Le disque constitue une curieuse parenthèse dans sa discographie, non dénuée de charme. La même année, Benjamin Biolay écrit une vraie bande originale pour le film Clara et moi (Arnaud Viard), plus anecdotique.

.../...


Dernière édition par Nine le Jeu 27 Aoû - 4:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10481
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: BENJAMIN BIOLAY BIOGRAPHIE ET ACTUALITES   Ven 17 Oct - 13:45


BIOGRAPHIE (suite et fin)



Album sombre : A l'Origine


L’année 2005 est un cru plus important pour Benjamin Biolay, dont chaque album est attendu au tournant comme un chef-d’œuvre promis. En avril, c’est au tour de A L’Origine, un album de 14 titres composé et arrangé par lui, d’essuyer le feu de la critique qu’il ne manque pas de surprendre par sa tonalité sombre voire désespéré, du morceau-titre à « Cours ! » en passant par « Ground zero bar » évoquant les attentats du 11 septembre 2001, et le single autobiographique « L’histoire d’un garçon ». Au milieu de cette œuvre plus rock que d’ordinaire mais toujours mélodiquement maîtrisée (« Mon amour m’a baisé »), Françoise Hardy participe au duo « Adieu triste amour ». La « marraine » qui avait fait appel à ses services pour Tant de Belles Choses en 2003 (« L’ombre de la lune ») réédite l’expérience en 2005 (« Des lendemains qui chantent » sur Parenthèses).

Le New York Times du 27 mars 2005 lui consacre un article sous le titre « Le Pop Star » et les revues spécialisées anglo-saxonnes voient en lui le plus grand musicien français actuel. Lors de la tournée qui suit la parution de A L’Origine, le chanteur invite Daphné en première partie, se réconcilie avec Vincent Delerm sur scène – sa nouvelle tête de Turc devenant Bénabar – et fait la promotion du nouvel album d’Hubert Mounier. Inlassablement, l’intéressé poursuit ses réalisations pour Coralie Clément (Bye Bye Beauté en 2004), Mounier, ex chanteur de l'Affaire Louis Trio (Voyager Léger) et Daphné (L’Emeraude).

En 2006, Benjamin Biolay se lance dans une nouvelle expérience, le cinéma, jouant un second rôle dans Didine de Vincent Dietschy (sur les écrans au printemps 2008) ") et en octobre devant celle de Sylvie Verheyde ("Sang froid") avec Laura Smet et le rappeur Stomy Bugsy.

Côté musique, Benjamin Biolay écrit deux titres pour Dick Rivers : "Tout se consume" et "La Nuit", parus sur l'album "Dick Rivers" en mars 2006. Puis il habille complètement l’album de l’ex-star académicienne Elodie Frégé, Le Jeu des 7 Erreurs (avec un duo sur le morceau-titre), et quelques titres de Tainted Love : Mating Calls and Fight Songs d’Ambrosia Parsley (2007). Vincent Delerm l’invite un soir chanter son titre « Les Cerfs-volants », présent dans Favourite Songs.

2007

Le 27 mars 2007, il reçoit le Grand prix de l'Union nationale des auteurs compositeurs pour le titre "La Ceinture". En septembre, il sort son quatrième album, "Trash yéyé". La photo de la pochette, prise en noir et blanc par le photographe américain Bruce Weber, le montre en train de siroter négligemment une boisson, l'œil dans le vague. Elle donne le ton d'un opus sombre empli de spleen et de mots qui disent les vertiges de l'amour. "Dans la Merco Benz", "Bien avant", "la Garçonnière", "Douloureux dedans", "Cactus concerto"… autant de compositions arrangées de façon tantôt crues, tantôt soyeuses, pour coller à l'image de romantique d'un Benjamin Biolay toujours aussi torturé.

Le 13 septembre, le public le retrouve à Paris à La Cigale. S'ensuit un tournée de plusieurs dates en France, en Belgique et en Espagne.

En 2008, on le retrouve sur la compilation "Tombés pour Daho" avec une reprise de la chanson "les Bords de Seine" en compagnie d'Elli Medeiros.

En 2008 et début 2009, Benjamin Biolay œuvre pour d’autres : il coproduit l’album de Julien Clerc "Où s’en vont les avions ?", écrit et réalise le nouveau disque de Coralie Clément "Toystore" et arrange les cordes du "Comme si de rien n’était" de Carla Bruni.

En mai 2009, Benjamin Biolay est nominé aux Césars dans la catégorie du "Meilleur acteur dans un second rôle" pour le film "Stella" de Sylvie Verheyde, sorti en 2008.

2009 : "La Superbe"

Ayant quitté sa maison de disques Virgin Music, il débute l'enregistrement de nouvelles chansons en payant lui-même ses séances de studio. Sans aucune pression, l'artiste se sent nettement plus libre dans sa création. C’est chez Naïve que sort finalement le 19 octobre 2009 son nouvel opus, "La Superbe". Un double disque d’où jaillissent vingt-deux titres profondément personnels relatant l’amour, ses fêlures et ses petits bonheurs. Jeanne Cherhal l’accompagne en duo sur le titre "Brandt Rhapsody", l’histoire d’amour d’un homme et d’une femme à travers les post-it qu’ils se laissent sur le Frigo.

Le talent de compositeur de Benjamin Biolay saute aux oreilles : il s’y montre capable d’explorer tous les styles, de la pop anglaise au rap, en passant par des arrangements jazzy et électro. Plus lumineux, plus optimiste, plus posé dans les médias, le trentenaire redore son blason avec cet album véritablement encensé par la critique.


©Music Story
Loïc Picaud

SITE OFFICIEL BENJAMIN BIOLAY
http://www.benjaminbiolay.com/

SON MYSPACE
http://www.myspace.com/benjaminbiolay


Dernière édition par Nine le Jeu 27 Aoû - 4:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10481
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: BENJAMIN BIOLAY BIOGRAPHIE ET ACTUALITES   Ven 17 Oct - 18:27

INITIALES B.B.
INTERVIEW DE BENJAMIN BIOLAY

LA MERCO BENZ CLIP VIDEO

Benjamin Biolay Dans la merco benz
envoyé par infra-pink. - Regardez plus de clips, en HD !
Célèbre et célébré pour ses collaborations diverses (Julien Clerc, Henri Salvador, Juliette Gréco, Elodie Frégé), Benjamin Biolay livre ce mois-ci 'Trash Yéyé', son quatrième album. Porté par le tube 'Dans la Merco Benz', ce disque s’annonce, à n’en point douter, comme un des succès de la rentrée.

Nous rencontrons un Benjamin Biolay nonchalant, affable et cordial. Disert quand il s'agit d'évoquer sa vision de l'engagement ou sa passion du cinéma, le chanteur-compositeur se fait plus timide pour parler de son travail. Entrevue avec une plume et une voix qui comptent, avec un artiste qui n’a pas rangé sa langue dans sa poche.


"Quand un artiste peint une toile, il ne passe pas trois semaines à parcourir le monde pour commenter son oeuvre devant les médias", a dit Robert De Niro. Comment vivez-vous la promotion de votre album ?

⭐ C'est une obligation, par moments ça va être une discussion plaisante, donc il faut le prendre comme tel. Evidemment il faut éviter de dire des conneries, ce qui n'est pas vraiment ma spécialité… Ça permet aussi de faire des rencontres et puis ça fait un emploi du temps, on a l'impression d'avoir un vrai travail !


Comment s'est déroulée la phase de composition de ‘Trash Yéyé’ : accouchement difficile ou plus facile que les précédents ?


⭐ J'ai du mal à parler de "difficulté". Même si c'est un travail de longue haleine avec des moments de doute horribles, c'est quand même tellement génial de pouvoir continuer à faire ses chansons, suivre sa passion d'adolescent quand on est adulte. J'ai donc très sincèrement du mal à parler de "difficulté". Là, c'était plus morcelé que d'habitude… mais j'ai un peu oublié. Tout ce que je sais, c'est que ce n'était pas douloureux. En tout cas, les moments de studio étaient très chouettes.


Quelle est la spécificité de cet album par rapport aux autres ?

⭐ C'est la continuité du précédent que j'ai toujours vu comme une sorte de “diptyque”, même si c'est un terme un peu ampoulé... Pour moi c'est un peu le tome 2 de 'A l'origine' : il y a une légère cohérence par rapport au précédent. Sinon, chaque album est une aventure unique, même si ça ne s'entend pas forcément… Les gens ont parfois l'impression d'une continuité, mais c'est quand même un état d'esprit différent. Après, on est toujours la même personne, la même voix et on a toujours la même façon de voir les choses.

Lire la critique de l’album ‘Trash Yéyé’

Vous composez d'abord et écrivez ensuite, ou le contraire ?

⭐ Je compose d'abord. J'ai toujours travaillé de cette façon-là, mais je le déplore parce que c'est plus facile d'écrire un texte d'abord, et se laisser ensuite aller par la narration. La chanson, c'est quand même une forme assez compliquée. J'ai beaucoup écouté de musique anglo-saxonne et il se trouve que je travaille comme la plupart des Anglo-Saxons qui, contrairement à ce qu'on croit, chantonnent d'abord un yaourt tout pourri avant de vraiment faire un texte en anglais. Moi aussi, j'ai un peu ces techniques-là. Souvent j'ai juste une idée de titre, ou même de "scénario" si on peut employer ce mot.


Un petit mot sur deux de vos anciens titres : ‘Los Angeles’ et ‘Rose Kennedy’. Traduisent-ils votre fascination pour les Etats-Unis ?

⭐ C'est vraiment motivé par des raisons artistiques. Pas seulement littéraires mais aussi musicales, cinématographiques, picturales... Je suis un grand fan d'Hopper par exemple. Je me rappelle, petit, avoir eu des flashes en voyant le président Kennedy, Mohammed Ali, Elvis, Brando, Hemingway… J'ai une fascination pour cette Amérique très européenne. En même temps, j'ai une grande passion pour la culture afro-américaine. Donc cet intérêt est aussi esthétique, j'aime beaucoup les richesses naturelles qu'offre ce pays : le Grand Canyon, les chutes du Niagara, c'est un truc de dingue. C'est un pays qui me fascine et me dérange à la fois, voire me dégoûte, et ce n’est pas près de passer. Même si, en ce moment, ma cote d'amour est faible comparativement à ma cote de haine, je reste très intéressé par ce pays et j'y vais de temps en temps…

Un autre de vos titres : ‘Négatif’. Cela correspond-il à votre vision de la vie ?

⭐ Ca correspond à ma vision de la vie deux minutes par jour ou par semaine, comme tout le monde. Je suis même plutôt optimiste. J'ai écrit cette chanson à un moment où j'étais complètement acculé. Mais même si ça a duré peut-être plus de cinq minutes, je ne m'en souviens pas. Mais bon, je ne “positive” pas à tout bout de champ non plus !

"Trash Yéyé", c’est un style que vous souhaitez créer ?

⭐ Pour moi, ça existe depuis longtemps : je n’ai pas inventé ce style, c'est Morrissey, le chanteur de The Smiths. Historiquement il adorait Sandie Shaw, qui est quand même une chanteuse yéyé ou bien je ne m'y connais pas en yéyé ! Les Smiths, ça a toujours été des titres assez rythmés, une ambiance assez sucrée, et même des riffs assez dansants. Une voix très lyrique qui balançait des sentences abominables, définitives, lapidaires, insoumises, très antisociales, parfois anticléricales. C'est lui le dieu du “trash yéyé” !

"Dans la Merco Benz", c’est un hommage à NTM ?

⭐ J'aime beaucoup NTM, j'aime bien 'Ma Benz', même si ce n'est pas ce que je préfère dans NTM. Sinon, en fait, j'ai moi-même une Merco Benz. Ce n’est pas plus compliqué que ça !

Vous travaillez pour des artistes très variés. Est-ce que le processus de création diffère de celui de vos albums ? Les chansons que vous composez pour les autres, pourraient-elles avoir leur place sur vos albums ?

Non, pas du tout, ce n'est pas la même façon de penser. Sans décider "A 16h30 je vais composer une chanson pour untel", car ça ne marche pas comme ça. Je peux me dire grosso modo "Je vais écrire une chanson pour telle personne", mais je ne peux pas me dire "Tiens je vais m'en faire une petite". Je ne peux pas me projeter de manière aussi concrète. Quand c’est pour moi, c'est plus empirique, des petits bouts de trucs que j'écris, que je compose, que je recolle : c'est un grand bordel, mes albums ! Ils sont souvent plus expérimentaux que ce que je fais avec les autres. On m'appelle plus souvent pour des chansons et pour un son que pour un grand voyage musical.

Avez-vous des artistes "coup de coeur" parmi les artistes français ?

⭐ Quand il y en a, je les sors d'un contexte : pour moi ce n’est pas un problème de génération. Diam's par exemple ce n’est pas "une femme qui fait du hip-hop", mais elle fait du hip-hop, c'est tout. Camille, ce n’est pas de la "nouvelle chanson française", elle fait des disques, c'est tout. Emilie Simon ce n’est pas "la fée de l'électro", c'est Emilie Simon, elle a ses chansons. J'aime bien les gens qui ont un parcours personnel très… personnel. Une indépendance d'esprit, surtout, ceux qui sont purs dans leur façon d'aborder leur création. Par exemple les trois filles que j'ai citées sont complètement intègres dans leur façon de travailler. Ce qui fait qu’elles me touchent. Quand on m’interroge sur un truc aussi rébarbatif que ce que les gens de Télérama appellent la "nouvelle scène française", ça me casse les c... C'est comme le poker, je n’aime pas ça, mais je ne dis pas que c'est de la merde.

Vous vous revendiquez socialiste, comment on vit ça sous l'ère Sarkozy ?

Il n'y a pas grand-chose à dire… Et puis ce ne serait pas en tant que socialiste mais en tant que citoyen. Pour l'instant c'est l'ébauche, ils font la maquette et on attend le disque, mais il ne va pas être terrible…

Et l'engagement, comment l’envisagez-vous ?

⭐ Comme une réalité de tous les jours, l'engagement n'est pas simplement dans le fait d'être “carté” ou de voter. C'est dans le fait d'être réactif sans être émotif, dans le fait de prendre dix minutes par jour pour se rendre compte que ce qu'on voit au JT, ce ne sont que des conneries : tout est réducteur, tout est simplifié. Mais il n'y a pas d'engagement concret possible dans une période comme celle-ci où tout le monde a la trouille. Donc Sarkozy… Les gens ont besoin d'un papa, même s'il est un peu jeune et boiteux. Ils se sont jetés dans ses bras parce qu'ils ont peur : parce qu'il y a une rupture Nord / Sud, parce qu'il y a une séparation entre l'Orient et l'Occident, parce qu'il y a une vraie guerre de Religion qui n'est même plus larvée entre le catholicisme et l'islam, etc. Les gens ont les foies, ils ne font pas de projets sur le long terme. La “droite bling bling”, ça les rassure un peu : il y a des yachts, il y a de la chemise blanche, il y a un côté Eddie Barclay, "keep cool"... Pour l'instant, il ne s'est rien passé, il n'y a pas de vraies réformes qui soient passées. Il faut voir les choses en face, il y a eu beaucoup d'agitation, beaucoup de nécrologie, mais il ne s'est rien passé.

Et l'engagement en tant qu'artiste…

⭐ Ça n'existe pas, l'engagement en tant qu'artiste. On peut être moral, mais on ne peut pas être politique, c'est trop complexe, c'est trop vaste, on tombe immédiatement dans le manichéisme primaire. Surtout dans une forme d'art ou d'artisanat comme la chanson qui est quand même très formatée : on ne peut pas faire de la politique en trois minutes avec des contraintes rythmiques, mélodiques…

Vous êtes en train de vous lancer dans le cinéma en tant qu'acteur : c'est le hasard des rencontres ou une envie qui mûrissait depuis longtemps ?

⭐ J'ai toujours adoré le cinéma et, si j'avais demandé, ç'aurait été plus comme scénariste ou réalisateur. Mais là, c'est le hasard des rencontres et les vertus du travail : au début je n'étais pas partant parce que je pensais que je n’en étais pas capable mais on a beaucoup travaillé, beaucoup répété et du coup ça me plaît énormément. Je découvre un truc, faire l'acteur. Je veux le faire bien...


Propos recueillis par Rémy Pellissier et Mathieu Durand pour Evene.fr


Dernière édition par Nine le Dim 14 Fév - 17:47, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10481
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: BENJAMIN BIOLAY BIOGRAPHIE ET ACTUALITES   Mar 4 Nov - 19:15

Benjamin Biolay & Friends en concert à Paris

]

Vendredi 31 octobre 2008

Pas de tournée de Benjamin Biolay dans les semaines à venir mais une date unique prévue le 28 novembre 2008 au Théâtre Marigny, dans le 8e à Paris.

Benjamin Biolay sera sur scène en compagnie de ses amis, soit plus de 10 artistes français avec lesquels il entretient une complicité artistique.

On ignore exactement qui sera présent mais rappelons que l'artiste a récemment participé au nouvel album de Julien Clerc, Où s'en vont les avions ? (double disque d'or), et de Coralie Clément, Toystore.

Ce touche-à-tout a également écrit récemment des chansons pour Isabelle Boulay et Élodie Frégé. En tant qu'arrangeur, il était en charge des cordes sur le dernier album de Carla Bruni, Comme si de rien n'était. Il a aussi écrit et composé des titres pour Françoise Hardy.

Enfin, il a participé à de nombreux duos, notamment avec Vincent Delerm sur Les Cerfs-volants et Elli Medeiros sur la reprise de Les Bords de Seine, dans le cadre d'un hommage à Étienne Daho. Il y a donc fort à parier que l'on retrouvera au Théâtre Marigny certains de ces artistes.

Dans un autre registre, Benjamin Biolay sera à l'affiche du nouveau film de Sylvie Verheyde, Stella, en salles le 12 novembre.

Côté discographie personnelle, Benjamin Biolay a livré son dernier album en date, Trash Yéyé, en septembre 2007.


Dernière édition par Nine le Jeu 27 Aoû - 5:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10481
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: BENJAMIN BIOLAY BIOGRAPHIE ET ACTUALITES   Mar 25 Nov - 21:20

Benjamin Biolay ne s'attend à rien



Alain Brunet
La Presse

Dans ce vieux studio d'enregistrement du Quartier Latin, il est assis paisiblement dans un coin.
On lui serra la pince et l'on constate que les augures sont favorables :
il se montre ouvert à une longue conversation.

Avant même que j'aie eu du succès, on a dit que j'avais une attitude... Je ne suis pas arriviste mais je suis très ambitieux. Par rapport à moi-même, par rapport à la musique», résume le principal intéressé.

Benjamin Biolay pourrait être ce Français assuré (vieux cliché) que le Québécois inhibé (autre cliché) redoute de face et méprise de dos. Le ton péremptoire de certaines répliques, ces épaules toujours prêtes à être haussées, cette moue d'enfant terrible, tous ces traits de personnalité peuvent produire quelque désagrément. Or, il y a aussi le haut niveau de sa culture musicale, son humour acéré, son talent inéluctable. Benjamin Biolay est un fantasque digne d'intérêt, de surcroît doué, très intelligent... et même attachant.

Chose certaine, il sait dans quoi il s'embarque en se produisant une première fois aux Francos montréalaises: «Je suis super pas connu au Québec. Donc, je ne m'attends à rien. Mais je suis super content d'y aller tout en sachant que je n'ai absolument pas le profil du musicien français populaire.»

Il annonce qu'il viendra à trois. «Cette formule est très vivante; je peux passer de la guitare aux claviers ou encore au piano, et je suis très connecté aux autres musiciens. Il y a aussi des séquences préenregistrées, mais surtout, des moments de toute liberté, des moments de composition en direct. Si on se laisse aller, c'est cool, car on peut se permettre des digressions futuristes. Rien à voir avec la dynamique des enregistrements. Une fois qu'on a chanté ce que les gens veulent entendre, pourquoi ne pas aller ailleurs et créer une version inédite ?»

Poser la question...

Benjamin Biolay n'a jamais chanté au Québec, une peur de l'avion (éradiquée depuis) aurait ralenti ses transports. Au tournant de cette décennie, cependant, il est venu travailler à Montréal afin d'y réaliser un album d'Isabelle Boulay, Mieux qu'ici bas ?
ce qu'il a refait pour la chanteuse en 2004, cette fois pour l'album Tout un jour.

«Je l'adore, elle est exceptionnelle. Et elle a toujours écouté de la bonne musique. Elle a toujours fait la part des choses: ce qu'elle devait faire pour son travail de chanteuse de variété et ses propres goûts... Et si on écoute ses deux derniers albums, elle nous montre où elle a vraiment envie d'aller.»

Excellent compositeur, arrangeur chevronné, maître des références pop, Biolay est toujours sollicité en tant que réalisateur d'albums.

«Je viens de le faire pour le prochain album de Julien Clerc, un grand musicien. Harmoniquement, il est rare qu'on ait la chance de travailler avec des chanteurs qui ont une telle connaissance la musique.
Il est l'artiste le plus impressionnant avec qui j'ai travaillé, enfin au même titre qu'Hubert Mounier, autrefois de l'Affaire Louis Trio. J'ai réalisé les deux albums solo d'Hubert... qui sont un peu sortis dans l'indifférence. C'est toujours dur de quitter un groupe et d'arriver à la carrière solo. Mais il faut s'accrocher.»


Avec Biolay, on parlera de toutes les musiques. De jazz, de rock, de musique classique, de country, on en passe. On constatera qu'il s'intéresse à tous les genres. En France, quelles sont ses références?

Benjamin Biolay admire Alain Bashung dont il croit aux chances de guérison.

«Se sortir d'un cancer du poumon? Ça peut arriver. Surtout lorsqu'il s'agit d'un soldat comme Bashung. Attention! Ce qu'il a réussi à imposer, ça n'arrive pas à la suite d'un consensus. Ça se produit à la suite d'une bataille avec le milieu, avec le public, avec tout le monde. Il a beau être panthéonisé, on ne se rend pas compte que ce qu'il a accompli résulte de longs et douloureux combats.»


Le modèle de Biolay? Non, ce n'est ni Bashung ni Gainsbourg à qui on l'associe encore. C'est Aznavour:
«Il peut jouer en Argentine devant 20 000 personnes! Il a compris qu'il avait quelque chose de différent. On nous saoule toujours avec Brel, Brassens, Ferré. Mais on oublie Trenet et Aznavour. Sans Trenet, il n'y a personne après. Personnellement, j'essaie de suivre le modèle opiniâtre d'Aznavour en jouant dans plusieurs pays. Je fais des salles pleines en Allemagne, en Espagne, au Chili, au Brésil, 5000 personnes à Buenos Aires.»

Associé d'abord à la relance de feu Henri Salvador pour son travail (avec Keren Ann) dans le superbe album Chambre avec vue, Benjamin Biolay avait vécu une vraie lune de miel avec le monde de la pop française. On avait vite reconnu son talent de songwriter, d'arrangeur, de multi-instrumentiste et de réalisateur, on avait loué sa maîtrise des genres.

Puis on a su qu'il s'était marié à Chiara Mastroianni, qui se passe de présentation et avec qui il a eu un enfant. Et de qui il a divorcé par la suite. D'aucuns ont d'ailleurs associé ses déboires conjugaux à la noirceur de ses derniers enregistrements (notamment dans l'album Trash yéyé).

L'été dernier, par ailleurs, il n'était certes pas au meilleur de sa forme lorsqu'il a déversé son fiel dans un numéro du magazine Technikart, sur certains protagonistes de la «nouvelle chanson française» tels Bénabar et Zazie, sans oublier de tirer à boulets rouges sur Henri Salvador - qui l'avait renié confusément, on en convient.
Propos que Biolay dit avoir regrettés par la suite...

Sans établir de lien direct avec sa vie privée, il reconnaît avoir emprunté un long tunnel. «L'avant-dernier album était remarquablement sombre, mais le dernier était plutôt solaire, musicalement à tout le moins.
Les textes de Trash Yéyé n'étaient pas noirs, c'est vrai qu'ils étaient parfois mélancoliques. Un peu de gris, aussi un peu de rouge...»


En 2008, en tout cas, ça a plutôt l'air de bien aller pour l'animal, puisqu'il prévoit même enregistrer des duos avec son ex. «Nous sommes en très bons termes. C'est pas grave, on est juste divorcés. Ça arrive...»

On sent aussi que l'artiste de 35 ans, dont les graves susurrements ne sont pas sans rappeler Gainsbarre, est beaucoup moins référentiel qu'il ne le fut. On lui passe la remarque, il accepte le compliment.

«Moi-même je ne sais plus qui j'écoute, qui j'aime. Bien sûr, j'aime beaucoup la musique anglo-saxonne, et j'essaie de faire de la chanson française avec mes grosses références. On m'a déjà dit que j'aimais Voulzy, j'ai alors rétorqué que je n'avais pas un seul disque de Voulzy... mais que j'aimais McCartney comme lui. Et, à un moment je me suis retrouvé sur le même petit sentier que tous les artistes français: Trenet, Ferré, Bécaud, Aznavour, etc.»

Issu d'un milieu modeste de la région lyonnaise, Biolay n'est pas le jet-setter que certains imaginent encore.

«Je suis correct financièrement, résume-t-il. Si je peux être très riche un jour, ce sera tant mieux mais puisque ça n'arrive que très rarement... Je ne fais pas une vie de prince, même si j'ai un peu flambé au début de ma carrière. Ce qui compte, c'est nourrir ma famille, me loger, faire de la musique.»

Voilà qui est rassurant pour la vision qu'on peut avoir de Biolay, les moteurs de son existence étant la famille et la création: «Dans la mesure où j'ai toujours eu envie de faire de la musique, ça a toujours été exaltant pour moi d'entrer en studio. Bien sûr, j'ai un peu levé le pied par rapport aux débuts de ma carrière. J'ai une petite fille de cinq ans, c'est bien plus important que le reste.»

Quant à la musique et la chanson, le désir d'indépendance l'emporte clairement sur toute autre considération:
«Je sais que la musique reste un combat. Qu'il faut parfois lancer un pavé dans la mare. Moi, je veux qu'on me foute la paix. Qu'on me donne le budget pour aller en studio et qu'on ne m'emmerde plus pendant que j'y suis. Après, je suis prêt à aller faire le beau à la télévision...
Mais dans ce moment privilégié qu'est celui de la création, je veux la paix.»



Dernière édition par Nine le Jeu 27 Aoû - 6:44, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 14291
Age : 68
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: BENJAMIN BIOLAY BIOGRAPHIE ET ACTUALITES   Sam 29 Nov - 12:11

CR de fans :

Au final, les invités auront été : Elodie Fregé (La Ceinture), Gesa Hansen (Un titre en...allemand !), Julien Clerc (La jupe en laine), Hubert Mounier (Jardin d'hiver et Mobilis in mobile), Coralie Clément (Chaise à Tokyo), Jeanne Cherhal (Cours !).

Le reste du spectacle a ressemblé beaucoup aux concerts de la dernière tournée, si ce n'est l'ajout de cordes.

Très bon concert, mais j'ai regretté que Biolay soit resté quand même dans la routine.

Etoile Etoile Etoile Etoile

J'ai passé un moment hors du temps..

Pourtant ça partait mal puisque je n'avais pas de place, après quelques péripéties j'en ai trouvé 2 à l'orchestre : le rêve.

Moi je trouve que le lieu a ajouté quelque chose, il donnait un côté "récital" à la prestation.

J'ai trouvé élodie Frégé un peu absente. elle semblait vouloir cacher sa timidité derrière sa frange. Hubert Mounier était terrible (Mobilis), Jeanne Cherhal aussi (la chanson aidait : Cours !)

J'attendais beaucoup des cordes, quand on connaît BB on sait leur importance, cependant elle manquait peut-être un peu de volume (dB), un peu dommage même si c'était quand même la grande classe...

Le son était globalement excellent, la voix de BB était parfaite (quand je me souviens de son passage à l'Olympia il y a quelques années, la différence est dantesque), les musiciens faisaient comme à leur habitude dans la dentelle, et BB arborait son polo Fred Perry habituel.

Bref on était en famille et on célébrait l'enfant prodigue..

Je serai bien resté à l'after show, mais en tant que fan de base je n'avais pas de pass et j'ai préféré rester sur mon nuage plutôt que me faire refouler. Si quelqu'un peut en dire 2 mots ça serait sympa..

En résumé : de la french pop 5 étoiles comme je l'aime, pour moi rien ne vaut Biolay..

[center] Etoile Etoile Etoile Etoile


Dernière édition par liliane le Ven 30 Oct - 1:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 14291
Age : 68
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: BENJAMIN BIOLAY BIOGRAPHIE ET ACTUALITES   Mar 9 Déc - 2:19

Quelques videos du Concert au Marigny

Avec Elodie Frégé - La ceinture :