H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 C R PRIMES - MORCEAUX CHOISIS

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13815
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: C R PRIMES - MORCEAUX CHOISIS   Sam 20 Sep - 16:19

http://fr.tv.yahoo.com/blog/article/11362/





Dernière édition par liliane le Sam 27 Sep - 11:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Margitza-yeah

avatar

Nombre de messages : 275
Age : 35
Date d'inscription : 20/05/2008

MessageSujet: Re: C R PRIMES - MORCEAUX CHOISIS   Sam 20 Sep - 18:05

Kevin Moulback a recommencé en pleine forme, il va avoir dur de faire de meilleurs papiers tant celui-ci est juste excellent. rires
Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2490
Age : 66
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: C R PRIMES - MORCEAUX CHOISIS   Sam 20 Sep - 20:17

.
Joie ineffable ! Kevin Moulback est de retour mort de rire

Quel humour , là au moins , ça vaut le coup de lire les commentaires sur le net !
Revenir en haut Aller en bas
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13815
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: C R PRIMES - MORCEAUX CHOISIS   Sam 20 Sep - 21:00

Il est vrai que bien souvent je ne regardais les primes jusqu'au bout que pour lire ses commentaires rires
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13815
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: C R PRIMES - MORCEAUX CHOISIS   Sam 27 Sep - 13:32

http://fr.tv.yahoo.com/blog/article/11684/




Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13815
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: C R PRIMES - MORCEAUX CHOISIS   Sam 4 Oct - 12:07

Troisième prime :
élimination de Gaëtan
ven oct 03 23:30 Par Kevin Moulback



Si le premier prime n'a pas fait recette, le deuxième a carrément fait naufrage. Il a été suivi par seulement 4,4 millions de téléspectateurs, soit 22,4 % de part de marché, la plus faible audience enregistrée par la Star Academy depuis sa création. Le même soir, le premier épisode de NCIS, la série militaro-policière de M6, caracolait loin devant avec presque 7 millions de téléspectateurs.
On s'interrogeait vendredi dernier sur les causes de cette soudaine désaffection du public. L'explication semble maintenant de plus en plus évidente : TF1 a le mauvais œil. Et il est facile de discerner derrière le sort qui s'acharne contre la chaîne la main d'un homme : Patrick Poivre d'Arvor. Ces vieux sages bretons ont de grands pouvoirs. Cela remonte à l'époque où ils cueillaient encore le gui sur les chênes avec une serpe d'or. Songez que PPDA est parvenu à faire repousser ses cheveux par la seule force de la pensée. Cet homme est capable de tout et TF1 était bien téméraire d'encourir son terrible courroux.

Maintenant, il est trop tard pour laver l'affront fait au mage celte. Il ne reste qu'à colmater au mieux les brèches béantes dans la coque du navire Star Academy qui fait eau de toute part. À cette fin, la production de l'émission a donc rameuté une foule d'artistes - huit au total -, histoire d'être parée au cas complètement hypothétique où l'un d'entre eux décidait subitement de rester dans sa chambre d'hôtel plutôt que de venir. Mais non, pas de défection ce soir et il faut donc que tout ce petit monde chante. Résultat : les titres s'enchaînent à un train d'enfer. Pour les artistes de moindre envergure, on est donc un peu dans le registre "chante et casse-toi". Pas de temps à perdre en palabres inutiles.

L'invité d'honneur n'est autre que Florent Pagny. Quelle joie de le revoir ! J'avais presque oublié son visage. Après tout, il n'est passé que trois fois à la Starac l'année dernière... Nikos nous informe que Florent a interrompu l'enregistrement de son album à Miami pour venir "partager son savoir-faire avec les élèves" ; il repart demain matin. C'est bizarre : à le voir ce soir, vêtu et botté de cuir noir, avec son crâne rasé et son bouc, on a plutôt l'impression qu'il est venu participer à une soirée SM au Glove, un établissement de haute tenue qui se trouve justement - le monde est petit - rue Charlot, à quelques mètres de l'hôtel de Brossier où réside la Starac.

La sensibilité SM de Florent se confirme d'ailleurs quelques minutes plus tard quand il commence à nous torturer méchamment en interprétant "Amsterdam", la fameuse chanson de Jacques Brel sur les marins qui boivent et qui pissent, avec Quentin (tout de cuir vêtu lui aussi, y compris la cravate). L'arrangement retenu, à base d'accordéon plaintif et de piano poussif, est le plus vieillot qu'on puisse imaginer. On se croirait sur le plateau de la Chance aux chansons. Devant ce spectacle d'un autre âge, des millions de téléspectateurs ont probablement pensé la même chose au même moment : "Tiens, je me demande ce qui se passe dans NCIS".

Si l'objectif est de retenir le chaland, il est donc assez contradictoire de commencer avec ça. J'aurais plutôt choisi les Pussycat Dolls, qui ont clairement des attraits que Florent Pagny n'a pas. Seulement voilà, ce soir, les poupées félines passaient aussi au Grand journal de Canal + et, quand le prime a commencé, elles devaient être en train de faire la bise à Michel Denisot avant de partir pour les studios de La Plaine-Saint-Denis. Il a donc fallu se rabattre sur Florent Pagny pour faire du remplissage en attendant leur arrivée explosive.

À ceux qui ont le courage de rester sur TF1 malgré ce pénible démarrage (ou bien qui ne retrouvent plus leur télécommande), Florent explique que "c'est facile de bien chanter pour nous quand on a des bonnes chansons comme ça et qu'on a de bons musiciens comme ça qui jouent en vrai". Nikos approuve et rend "un coup de chapeau aux musiciens quoi qu'il advienne", une de ces phrases au sens incertain dont il a le secret. Parmi les bons musiciens en question se trouve Yvan Cassar, de sinistre mémoire puisqu'il appartenait au jury de la Starac 7. Celui que, parait-il, on surnomme Mozart dans le métier, est sans doute responsable de l'odieux arrangement mentionné précédemment et, du coup, la raison pour laquelle on le surnomme Mozart devient vraiment très mystérieuse.

Après ce démarrage laborieux, c'est au tour de Joanna de nous surprendre en chantant "I Will Always Love You". Comme c'est original ! Voilà une chanson qu'on n'a jamais entendue auparavant à la Starac et surtout pas chantée par Jenifer en 2001, Nolwenn en 2002 ou Cynthia en 2006. Ce titre n'a qu'un objectif, permettre à son interprète "d'envoyer", c'est-à-dire de faire la démonstration emphatique de sa puissance vocale. Un peu crispée et chevrotante au début, Joanna se débrouille quand même bien sur la fin, quand il faut "envoyer" à donf. On l'a cependant un peu aidée en abrégeant la chanson pour ménager son souffle. Les professeurs applaudissent debout (pour que le public sache bien que c'était beau, presque aussi beau que Céline Dion) et, avec une moyenne de 17,5 - la note la plus haute de la soirée - Joanna s'impose plus que jamais comme la favorite de cette huitième saison. Si la tradition staraquienne est respectée, elle devrait donc se faire éjecter en demi-finale. Le public a horreur des premiers de la classe.

À noter que Kamel Ouali, le plus grand chorégraphique de France, jamais à court d'idées, a fait de son mieux pour rendre Joanna ridicule. C'est donc engoncée dans une sorte de robe de mariée et juchée sur un cygne géant et duveteux qu'elle a dû délivrer sa chanson tandis que des danseurs costumés de blanc virevoltaient frénétiquement autour d'elle en tentant d'éviter d'autres cygnes géants et poilus, ce qui n'est pas une mince affaire, la scène étant petite cette année.

Après cette démonstration vocale mirobolante, c'est Solène qui s'empare de la scène pour un pénible concours de bêlements avec Sheryfa Luna sur "Il avait les mots". En écoutant, on pourrait croire à une intention comique mais en voyant les grimaces de douleur sur le visage de Solène tout au long de la chanson, on se dit que cette dernière recèle peut-être une intensité dramatique insoupçonnée... Dans tous les cas, ça fait du bien quand ça s'arrête, d'autant plus que le morceau de résistance vient juste après.

Il s'agit du duo de Lenny Kravitz avec Mickels sur "Are You Gonna Go My Way?". Ce numéro tant attendu est précédé d'une petite introduction biographique de Lenny détaillant tous ses exploits musicaux des origines à nos jours. Vu la longueur du reportage, la production a dû craindre que la ménagère ne se rappelle plus très bien qui est Lenny Kravitz et se dise en le voyant "Tiens, je ne savais pas que Jimi Hendrix était encore vivant" ou pire "Mais qui est ce type ?".

Comme avec Laurent Voulzy la semaine dernière, un sagouin en régie envoie la bande-son sans prévenir et prend Lenny et ses musiciens au dépourvu. Or, des guitaristes qui produisent des sons sans bouger les bras, on y croit assez moyennement. Lenny est quand même bien présent et secoue le plateau de son énergie. À ses côtés, Mickels est bien présent aussi. Faute de guitare, il ne sait pas trop quoi faire de ses bras mais il affiche sans complexe la rock attitude (ce que Nikos, à l'aise dans toutes les langues, appelle le rock behavior). Mickels a aussi l'air content d'être là, ce qui n'est pas le cas de tous les élèves. De toute façon, je l'aime beaucoup parce qu'il parle assez peu. C'est une grande qualité dans cette promotion, dont les membres ouvrent souvent la bouche, en particulier les garçons, et souvent pour déverser des inepties à haut débit (voir la démonstration plus bas).

Je vous épargnerai le duo de la jeune Pauline avec Maryline. Je vous en dirai simplement que ce titre-là au moins, on peut être sûr qu'il n'a pas été chanté en playback.

Vient ensuite l'autre grande attraction de la soirée : les Pussycat Dolls, qui chantent et dansent avec Joanna, apparemment leur plus grande fan. Les Pussycat Dolls sont cinq mais j'ai la vague impression que, d'un point de vue musical, quatre d'entre elles ne servent pas à grand chose, un peu comme s'il y avait quatre Victoria Beckham dans les Spice Girls. Visuellement, en revanche, rien à dire : elles font toutes le show et mettent littéralement le feu au plateau. Vêtue d'un bustier et d'un mini-short noir, Joanna fait de son mieux pour suivre la cadence mais il n'est pas facile d'exister sur scène à côté de la plantureuse Nicole Scherzinger qui la domine d'une tête.

Après ces six minutes de spectacle à haute énergie, le reste du prime paraît bien fade. J'en retiendrai quand même le duo de Florent Pagny et Gautier sur "Et un jour une femme", qui est accompagné d'une chute de neige du plus bel effet (pas assez puissante pour les ensevelir cependant). Difficile également d'oublier le numéro de danse de Rafaël Amargo, le professeur d'expression corporelle, sur "(Un, Dos, Tres) María" de Ricky Martin. Un peu trop lâche pour des mouvements de flamenco enfiévrés, son pantalon noir descend un peu trop bas, laissant émerger un slip blanc qui nuit considérablement à l'élégance de sa danse.

Bien entendu, un prime ne serait pas complet sans une rébellion grotesque d'Yvane. La semaine dernière, il avait refusé de voter en faveur de l'un des salariés nominés, "une décision qui a incontestablement créé la polémique" selon Nikos. Aujourd'hui, il commence par chanter le premier couplet de "Bouge de là" de MC Solaar avant d'enchaîner sur une composition de son cru, c'est-à-dire dire un nouvel arrangement de rimes de mirliton et de cabotinage macho sur un rythme ragga. Il achève son tour de piste par un petit bain de foule. La plupart des professeurs stigmatisent ce manque de respect, notamment Armande Altaï qui gratifie Yvane d'un petit 7. Anne Ducros, le professeur de chant, considère néanmoins que "derrière toute cette prise de pouvoir, il y a un artiste". Il faut vraiment bien chercher. Après avoir arpenté un peu la scène à la manière d'un gorille en colère, Yvane croit bon de conclure son numéro d'auto-promotion par quelques harangues supplémentaires "pour le public, pour les gens qui sont là".

Je ne sais pas si "les gens qui sont là" ont apprécié ce flot déferlant de testostérone mais, vu de son poste de télévision, ce n'était guère plaisant. Je ne sais pas non plus si ces facéties sont préméditées et destinées à réveiller un prime un peu trop somnolent, voire à créer une polémique artificielle pour animer la quotidienne une semaine entière. Personnellement, j'ai juste trouvé ça pénible.

Il est temps de conclure. Vous vous demandez sans doute lequel des trois nominés à été éliminé. Moi non plus mais je vais vous le dire quand même. Alice a été sauvée par le public avec 48 % des suffrages contre 32,1 % à Édouard et 29,9 % à Gaëtan. Édouard a ensuite été sauvé par les élèves par neuf voix contre deux. Gaëtan avait demandé à ses camarades d'abréger leurs explications sur le thème "Je t'aime mais..." ; ils l'ont fait. Durant son ultime prestation sur "La Boulette" de Diam's, Gaëtan a cru bon de faire un doigt d'honneur à l'intention de Marine Le Pen, un geste d'une telle audace que j'ai failli en tomber à la renverse. Nikos résume le sort de de l'élève en une phrase : "Gaëtan, plein de talent, mais pas suffisamment". Pas suffisamment en effet : sans doute l'euphémisme du siècle.

À la semaine prochaine (si les dieux de l'audience sont cléments avec la Starac).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13815
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: C R PRIMES - MORCEAUX CHOISIS   Sam 11 Oct - 16:57

Quatrième prime :
élimination d'Ana
ven oct 10 23:50 Par Kevin Moulback


Le dernier prime de la Starac a réuni 4,7 millions de téléspectateurs. C'est certes 340 000 de plus que la semaine précédente mais la part de marché continue néanmoins à rétrécir - 22,2 % contre 22,4 % vendredi dernier - parce que, de son côté, NCIS, la série navalo-criminelle de M6, dépasse maintenant largement les 7 millions de fidèles en début de soirée. TF1 n'a pu sauver l'honneur que grâce au soutien inespéré de Christophe Hondelatte, dont le nouveau magazine culturel Tandem, sur France 2, a sombré corps et biens avec moins de 2 millions de téléspectateurs.
La débâcle de la huitième saison semble donc se poursuivre inexorablement. Et pourtant, ce soir, il se passe quelque chose d'inattendu sur le plateau 217 de la Plaine-Saint-Denis, quelque chose d'extraordinaire, d'exceptionnel, comme dirait Nikos. Ce soir, c'est vraiment bien.

De prime abord, on pouvait s'attendre au pire. L'invitée d'honneur n'est autre que la sempiternelle Jenifer, habituée des primes s'il en est. Elle est à la fois la première gagnante de la Starac, sa plus belle réussite commerciale, mais aussi le douloureux rappel d'une époque où l'émission faisait beaucoup plus d'audience et vendait beaucoup plus de disques. Six chansons de Jenifer figurent au programme : on n'est donc pas loin du pénible record encore détenu par Florent Pagny, avec sept titres durant une même soirée.

Le prime s'ouvre sur une interprétation de groupe d'un medley des plus grands succès de Jenifer. Et là - divine surprise - ce n'est pas la cacophonie et le désordre qui caractérisent habituellement les prestations collégiales. Pour une fois, c'est plutôt harmonieux - les élèves chantent sagement les uns après les autres - et, surtout, ça ne dure pas trop longtemps. C'est donc un excellent début.

Et voici qu'apparaît Nikos, le maître de cérémonie. Il ne porte pas de cravate ! On se dit alors que quelque chose est vraiment différent ce soir. Et voilà qu'apparaît Armande Altaï, la directrice baroque. Elle porte d'étranges lunettes noires, qui semblent inspirées à la fois par le carnaval de Venise et le costume de Batman. Là, pour être franc, on se dit qu'elle a peut-être perdu la boule pour de bon mais le spectacle se poursuit sans attendre.

Quentin commence les choses sérieuses en interprétant "La dame de Haute-Savoie" de Francis Cabrel aux côtés de Roch Voisine et de Garou. Même si la façon dont les trois compères font semblant de jouer de la guitare électrique et rivalisent dans les accents rocailleux est vaguement ridicule, il y a quand même une belle énergie et le trio est sympathique. La performance est agrémentée d'un charmant tableau, probablement concocté par Kamel Ouali, le plus grand chorégraphe de France. Des danseurs descendent un plan incliné noir couvert de silhouettes blanches avant d'entamer un twist endiablé. Je suppose que le plan incliné évoque les pentes neigeuses de la Haute-Savoie. Les silhouettes blanches sont peut-être un hommage discret aux Experts, la série vedette de TF1. Quant au fait que danseurs et danseuses portent des tchadors, il s'agit probablement d'une invitation très subtile à la réflexion sur le thème de l'égalité des sexes au Moyen-Orient. Évidemment, cela pourrait aussi être complètement autre chose, voire tout à fait n'importe quoi.

Le spectacle continue dans la bonne humeur. Jenifer, qui chante un de ses derniers titres avec Anissa, a voulu nous faire rire en arborant une superbe robe rouge à peu après aussi ample qu'une toile de cirque. À moins qu'ille n'abrite dessous une famille de réfugiés afghans, l'intention comique est évidente. Quelle blagueuse, cette Jenifer ! Kamel n'est pas en reste, qui lui demande après la chanson : "Jenifer, comment tu fais pour ne pas vieillir ? Tu es toujours aussi belle, aussi fraîche." C'est facile : elle a 25 ans !

On persiste dans le registre humoristique avec Quentin et Gautier, qui jouent les séducteurs sur "Oh les filles" du groupe Au bonheur des dames. La chanson est entrecoupée d'adresses au public féminin. À en juger d'après les cris stridents, Gautier semble avoir un certain succès. En revanche, l'appel de Quentin aux demoiselles - "Vous battez pas !" - est accueilli par un silence de mort. À l'issue de la chanson, Gautier fait un peu de provocation en traitant Nikos de "vieux". Celui-ci lui montre immédiatement "qui est le patron" en entamant avec Garou "Hoochie Coochie Man", un blues emprunté à Muddy Waters. La petite mise en scène n'est pas vraiment spontanée mais amusante.

On rit moins quand Joanna, la bonne élève de la promotion, chante "Bleeding Love" avec Leona Lewis, gagnante de X-Factor, une sorte de Nouvelle Star à l'anglaise, qui a vendu près de cinq millions d'albums depuis sa victoire. Du fait du découpage des paroles, la pauvre Joanna est confinée dans un rôle de choriste face à une Leona plutôt distante. La chanson, qui a pourtant été numéro 1 des charts un peu partout en Europe, fait partie de ces mélodies R&B sans saveur qu'on oublie presque instantanément. Après la démonstration vocale, Nikos arrive évidemment avec la question qui tue : "Leona, est-ce que vous pensez que Joanna a les atouts pour faire une carrière comme la vôtre ?" Que peut-on répondre à ça : "Non, non, elle ferait mieux de reprendre ses études de comptabilité" ? Leona choisit la diplomatie bien sûr : "Oh, elle est incroyable, elle est très professionnelle, elle a beaucoup de talent. C'est une fille formidable et j'ai été très contente de la rencontrer".

On passe vite sur le duo de Maryline avec Louisy Joseph, une autre lauréate de télé-réalité puisqu'elle appartenait au groupe L5, formé après la première saison de Popstars. Elles interprètent ensemble "Assis par terre", un titre qui, pour des raisons obscures, donne à Kamel l'envie irrésistible de se lever pour danser. On retiendra surtout l'appréciation de Rafaël Amargo, le professeur d'expression corporelle espagnol, à propos de Maryline : "Elle est très percussionniste". D'autres que Nikos seraient restés perplexes mais l'animateur effectue la traduction simultanée avec son brio habituel : "Elle est perfectionniste". Bravo Nikos !

Le véritable morceau de bravoure est ce soir pour Solène, qui chante "I'm So Excited" des Pointer Sisters tandis que des danseurs en vestes de treillis à manches bouffantes virevoltent autour d'elle. Elle paraît un peu perdue dans le ballet frénétique qui l'entoure et essaie de suivre les mouvements de son mieux tout en conservant un peu de souffle pour sa chanson. Malgré les imperfections - notamment le porté final en équilibre instable, qui tient plus du transport de pommes de terre -, la prestation est dynamique et sympathique. Comme à son habitude, Kamel couvre son élève de louanges sur le mode "C'est moi que j'aime à travers vous". Ainsi, quand il dit "Solène, tu es géniale, tu recrées l'esthétique", il veut dire "Je suis génial ; je récrée l'esthétique" (je ne sais pas trop ce que ça veut dire mais ça a l'air d'un super-compliment que Kamel se fait à lui-même).

Jusqu'ici tout va bien. D'ailleurs, Jennifer est super-contente. Elle le dit elle-même : "Moi, je vais super-bien. Il y a une super ambiance. C'est juste mortel, je suis super-contente." Il faut dire que Nikos la couvre littéralement de louanges : "Jenifer, plus belle que jamais. Jenifer, tout le monde dit en régie, tout le monde dit en coulisses et dans le public : mais qu'est-ce qu'elle est belle, qu'est-ce qu'elle est belle !" Difficile d'en faire plus que ça.

Le meilleur est encore à venir. Le meilleur, c'est, bien sûr, les sémillants Jonas Brothers. Kevin, 20 ans, Joe, 19 ans, et Nick, 16 ans. Ce sont eux que toutes ces adolescentes attendent en poussant des cries d'orfraies et en agitant des panneaux "I love J.B.". Elles aiment les Jonas Brothers et qui pourrait le leur reprocher ? Ils sont jeunes, ils sont beaux, ils chantent de jolies chansons. Ils ne boivent pas, ils ne fument pas, ils ne jurent pas. Ils donnent 10 % de leurs revenus à des œuvres de charité. Les trois frères ont même choisi de rester vierges jusqu'au mariage. À cette fin, ils portent à la main gauche un anneau de pureté afin, je suppose, d'écarter de leur chemin les femmes de mauvaise vie.

Certes, les cyniques parmi vous - il y en a, je le sais - rappelleront qu'à l'époque de son premier tube, "Baby One More Time", Britney Spears aussi portait l'une de ces bagues et formait avec Justin Timberlake le plus charmant et le plus asexué des couples. On apprit plus tard avec effarement, de la bouche même de la mère de Britney, que celle-ci avait perdu sa virginité quatre ans auparavant, à l'âge de 14 ans, et même pas avec Justin. Par chance, le cynisme est une disposition d'esprit qui m'est complètement étrangère et je ne doute pas un instant de la sincérité du vœu de chasteté des frères Jonas. Cela dit, vu leur réaction quand Ariane Massenet les a interrogés à ce sujet durant le Grand journal de Canal +, j'ai l'impression que ça doit commencer à leur peser sérieusement.

Tout ça pour dire que les Jonas Brothers sont "wholesome" comme on dit en anglais, c'est-à-dire que ce n'est pas à un de leurs concerts qu'on risque de se prendre une bouteille de whisky dans la figure ou une fourchette dans l'œil. Et pourtant, les filles les adorent. Dès qu'ils apparaissent sur le plateau, c'est l'hystérie. Et quand ils commencent à chanter leur tube "SOS", elles reprennent spontanément les paroles à l'unisson. Comme vous voyez, ça n'a rien à voir avec ces moments si pénibles, et si fréquents à la Starac, où un artiste essaie d'entraîner la foule - "Avec moi !" - et où il ne se passe strictement rien. Les Jonas Brothers, ils n'ont même pas besoin de demander. Ils sont vraiment très forts.

Quant au malheureux Gautier qui les accompagne, lui dont les adolescentes scandaient le nom à peine quelques minutes auparavant, il a maintenant l'air du vilain petit canard perdu parmi les cygnes. À la fin de la chanson, Nikos vient naturellement poser aux frères Jonas une nouvelle question qui tue : "Comment est-ce que vous vous sentez à Paris avec autant de plaisir ?" Maintenant, il fait les questions et les réponses, ça va beaucoup plus vite. De même, quand les trois frères s'attardent sur scène et que l'attention du public reste focalisée sur eux, Nikos leur adresse un "Hi, guys !", qui sonne étrangement comme "Cassez-vous de mon plateau !".

Après un tel déferlement d'énergie juvénile, difficile de faire mieux. On passera donc rapidement sur la fin du prime. On retiendra quand même la mésaventure de Yaël Naïm, venue chanter son tube interplanétaire "New Soul" avec Julia. À l'issue de la prestation (pas terrible), la malheureuse Yaël tombe lourdement en quittant la scène. Confus, Nikos lui offre cette curieuse explication : "Excusez-nous : il y a un trou dans le studio". La chute n'a l'air de rien à première vue, d'autant plus que Yaël, stoïque, affiche un grand sourire. Mais, en soulevant sa robe, Nikos révèle une méchante balafre sur sa jambe. Elle est évacuée avec l'aide de Gautier et d'Édouard. Pour la consoler de ses blessures, Nikos lui souhaite néanmoins "Shana tova", c'est-à-dire "Bonne année" en hébreu. Comprenne qui pourra.

Sans être flamboyantes, les dernières prestations sont plutôt agréables, en particulier celles d'Édouard et de Mickels. Le prime s'achève avec "Chante", l'hymne de la Starac 8. Je vous ai déjà dit il y a deux semaines tout le mal que j'en pensais, donc pas besoin d'insister. Et vu l'enthousiasme avec lequel les élèves quittent leur banc pour aller l'interpréter, ils semblent être du même avis que moi.

Impossible de conclure sans mentionner les nominés : Ana, Harold et Yvane. Les interventions familiales qui ont agrémenté leur prestations étaient particulièrement gonflantes (le papa d'Ana, la femme d'Harold, la nièce d'Yvane). Yvane est sauvé par le public avec 37 % des suffrages contre 36 % à Harold et 27 % à Ana. Le vote des élèves est partagé et c'est finalement Yvane, le rebelle de la semaine dernière, qui tranche et renvoie la douce Ana en Belgique (ça tombe bien : son papa la raccompagnera).

C'est déjà fini ! À la semaine prochaine.


http://fr.tv.yahoo.com/blog/article/12173/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13815
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: C R PRIMES - MORCEAUX CHOISIS   Sam 11 Oct - 17:51

STAR ACADEMY 8 : « Extension du domaine de la lutte » ? Ben non ! 11 Octobre 2008

C'est la crise, la dépression, la débâcle, l’angoisse… les temps sont durs…le marché s’effondre, les ménagères fuient…Eh oui : la Starac s’écroule à l’audimat ; la brioche-maison Jenifer est donc reçue comme le remède à tous les maux, et c’est avec un medley de la star de nos pénates que nos apprentis engagent la soirée ! Avec les yeux qui supplient : « Pitié, regardez nous ! », le crieur-Nikos annonce les messies du soir : les bucherons du sillon Garou et Rock Voisine, et les chanceux vendeurs mondiaux de galettes (un exploit au temps du téléchargement) Leona Lewis, Louisy Joseph, Jonas Brothers et Yaël Naïm. Et comme dirait brûlanto-Nikos : place au chaud show !

La mafia quebecquoise tombe sur le pauvre Quentin : les graves de la glotte Garou et rock Voisine ravagent la Dame de Haute Savoie, à réanimer le pondéré Cabrel de son roupillon Lot-et-Garonnais ! Telle une molle rondelle de mimolette étouffée par deux tranches trapues de pain de mie, le frelot Quentin suffoque, mais harponne tout de même un 15 ! Inouï !
Le boulot de Dame Armande Altaï, directrice à la télé, est de classer ! Elle débite donc ce soir « le grand classement », toujours très efficace : le dernier se tape la honte, et le premier est haï par ses potes ! Imparable ! Bon, je vous le déroule ce soir, mais c’est bien parce que c’est la crise : 10 Julie ; 9 Alice ; 8 Maryline, 7 Edouard, 6 Anissa, 5 Quentin, 4 Mikels, 3 Solène, 2 Gautier, 1 Joanna. La prod a ainsi zappé son ex-tableau d’honneur, concept trop décati ! Avec le classement, on saute des années 1930 aux années 50 ! Quelle modernité !

La prédominante Jénifer a changé de tenue pour sa litanie post- moderne Y’a comme un hic ; Anissa sourie poliment avec elle : 15.3 pour les dents blanches.
J’aime quand la prod abuse …avouez qu’on regarde aussi pour ça : ce soir, on a gavé les puceaux Quentin et Gautier du viagra de pépé pour qu’ils s’émoustillent sur Oh les filles des cultissimes Grolandais avant l’heure, Au bonheur des Dames ! Pour calmer les ardés gamins, Garou lamine tout d’un vieux blues, de sa voix testiculaire, et même Nikos, à coté, parait émasculé ! ..Bref, le jeune Gautier est bon comédien : 15.5, on y a presque cru !
Leona Lewis est belle, chante bien (et fort !), et a gagné Pop Idol, la Nouvelle Star british ; on s’attend donc à de l’art sonore bien consumériste…et…bingo ! Joanna s’extirpe de ce torrent de notes mondialisées : 15.5.
Nous aussi, on a nos stars de télé crochet ! "Louisy Joseph est une ancienne du groupe L5 "! Clarifie le Quid-Nikos…mais si...rappelez-vous…vous vous êtes éclatés le bikini au camping sur leur tube, en 19….Bref ! Elle chante avec rage Assis par terre, en tête des playlists des Macumbas 2008 ! L’impétrante Maryline suit de loin et n’a pas assez travaillé ses tubes de l’été ! 14.2.

Ana a 16 ans…Ana est nonchalante, timide, un peu feignante, passive, lourde… En bref, Ana a 16 ans et gazouille comme nous, quand on avait 16 ans ! J’ai oui dire que la starac souhaitait « revenir aux fondamentaux », à savoir donner sa chance au péquin moyen ! Je ne suis pas sûre que nous, péquins très moyens, nous ayons envie, toute ces fins de dures semaines, de mater nos doubles à la télé, lesquels chantent avec la finesse du sifflet d’une cocotte-minute ! Ana et son mini-short singent Olivia Ruiz, imitant la petite fille de J’traine les pieds…et comme à la kermesse en cm2, son papa vient lui faire la bise… Les profs notent le short : 14.5 !
Jénifer et sa pupille Maryline attendent l’amour, mais on s’en fout car Nikos vente déjà le prochain tableau du grand stratégaire Ouali ; point de mire dans le cadre, la souple Solène démarre le standard ricain des Pointer Sisters, I’m so exciting, par un saut périlleux arrière tout fessier au vent ! L’apprenti acrobate se réceptionne à l’arrache, dans la lourdeur, et on sent la chorée empotée, et une partie de la robe emportée ! Mais Commandeur Kamel crie au génie de la gamine, et le reste du conseil de classe suit : 15.7 !

Harold, marié et ingénieur, donc intelligent, est incompris à la Starac. Physique de trader et voix de scie égoïne, notre nominé n’a pas à priori le potentiel pour séduire la pubère de 12 ans, laquelle se languit d’amour devant le physique aussi lisse qu’un flageolet des apathiques Jonas Brothers (on y reviendra) ! Le garçon pousse tout en contre-ut un Polnareff sur-aigu, Lettre à France , à en faire péter les lustres en plastiques du plateau ! Et oh ! Surprise : sa cher femme surgit pour le soutenir ; et, oh surprise : elle chante aussi ! Et oh surprise ! Elle fait de la pub pour son propre spectacle ! Et oh surprise : le marié pleure….et oh surprise : 16.7 !
Cette semaine, les atones Jonas Brothers sont préposés au cassage de tire-lire des ados (et nous cassent au passage bien autre chose à nous, les vieux !). Préparés par Disney comme la plupart des ricains chantants boutonneux, ils baladent leur son standart de superette à travers le monde, avant de finir, comme toute star éphèbe, en rehab avec cette bonne vielle Britney ! Simple accompagnant, le candidat Gautier fait figure de vétéran et distille un peu de testostérone dans la cour maternelle ! A signaler l’arrivée intempestive de la sœur du candidat, qui est fière et qui pleure…simple émotion d’audimat !

La Word-Music tient sa nouvelle égérie, Yaël Naïm : celle-ci revient en deuxième année de starac , avec la même offre : sa rangaine New soul ! Si vous aimez les ritournelles redondantes, voire radotantes, ça passe, sinon…c’est le bourdon, comme pour Julia qui baille en chantant : 13.3, aïe ! Et pour fêter ça, la star choit dans un trou de caméra : aïe !
Ce soir, la prod bizute la candidate Alice : oie blanche, l'innocente surnage en bas de classement ; donc pour l’aider, on lui attribue le fanfaronneux et outrancier Parle à ma main de Fatal Bazooka-Mikael Youn ! Logique ! Bonne pioche …dans le navrant ! Peu aidée de son « pinco » Edouard, elle capte un 13.7 sans commentaire des profs, gênés …ah pardon …si : Raphael Amargo, prof d’expressionnisme : « ……. !!!.... ???!!... » : Alors, dans le texte, en espéranto, j’ai pigé « moissonneuse batteuse …Ronald Reagan…et magnifique » ! Bien bizutée !

Yeeppee Yeah ! Le canadien Rock Voisine fait de la country en franglais sur du Joe Dassin ! Et on fait tous la danse du bourrin texan ! 15 pour le cowboy Edouard, peu allergique à la paille !
Dernière animation binaire de Jénifer, bien relevée par la voix de diva de l’étudiante Joanna et le déhanché torride du fougueux Amargo puis, enfin, le Che Yvane, cracheur dans la soupe de son état, va pouvoir mettre le dawa ! Nominé d’office suite à ses actions néo soixante-huitardes, on se pourlèche les babines d’un peu de remous en fin de soirée…et….le révolutionnaire a juste fait péter …la coiffure et nous pond un Bruel atonique, J’te l’dit quand même ! Cruelle désillusion !!! A croire que la prod a distillé du bromure dans son chocolat du matin ! Le scénario : « tu te tais et on te sort ton album illico après la Starac ! » est aussi plausible… ! Le rappeur en herbe ne moufte plus, et s’envoie même un 15.3 ! Prochain prime : un bon Duteil !

Bon : qui n’est pas passé ? L’écolier Mikels ; c’est Garou qui s’y colle et lègue un 15.2 au candidat, avec du Sardou en anglais au milieu de danseurs en peaux de bêtes sous des arbres plein de feuilles…
Surveillant-Nikos nous fait noter rapido le classement de la soirée puis le planning de la quotidienne sur nos cahiers de texte, et c’est « Yvane le terrible que notre cher public a sauvé » criaille Nikos, qui a répété sa vanne toute sa journée avec un coach !
Bon : Harold-le marié ou Ana-le bébé ? Egalité des votes chez les escoulans…..Suspens : le repêché Yvane va décider : un dernier sursaut dans la ligue révolutionnaire ?! …et NON ! Le jeune–vieux larmoie sur… Harold !!

Et Ana, 16 ans et trois semaines de télé intensive, de s’en aller en pleurs chez le pédo-psychiatre….

Par Cathy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13815
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: C R PRIMES - MORCEAUX CHOISIS   Sam 11 Oct - 18:18

Et pour faire court :

http://fr.youtube.com/watch?v=PECpnqry2EI
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13815
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: C R PRIMES - MORCEAUX CHOISIS   Sam 18 Oct - 10:32




Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Margitza-yeah

avatar

Nombre de messages : 275
Age : 35
Date d'inscription : 20/05/2008

MessageSujet: Re: C R PRIMES - MORCEAUX CHOISIS   Sam 18 Oct - 10:39

Très inspiré Kevin pour le prime d'hier, C'est celui où j'ai le plus ri en lisant avec celui du premier prime mort de rire
Revenir en haut Aller en bas
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13815
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: C R PRIMES - MORCEAUX CHOISIS   Sam 18 Oct - 10:43

""Nikos rappelle les enjeux aux élèves : "Parmi vous, chers académiciens, il y a peut-être le ou la gagnante de cette saison." Peut-être en effet... du moins on l'espère parce que si le gagnant n'est pas parmi eux, on se demande un peu où il est.""

rires rires
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13815
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: C R PRIMES - MORCEAUX CHOISIS   Sam 18 Oct - 18:05

STAR ACADEMY 8 : Fait moi mal, Johnny, Johnny, Johnny 18 Octobre 2008

Proverbe télévisuel : autant d’années la Starac tiendra, autant de fois le Johnny reviendra ! Donc, dans le brouet du soir, autour de la grosse mouche Hallyday : le doryphore Lorie, la chikungunyante Sofia Essaidi et sa moustiqueuse troupe kamilienne Cléopâtre, les abeilles-danseuses Bharati, les criquets importés Kate de Luna et Chris Brown, la sauterelle Laurent Wolf et la libellule Julien Doré.

L’écume aux lèvres, les gamins en compet « allument le feu » autour d’un Johnny déifié, celui-ci s’extrayant au passage d’un épais brouillard fabriqué par les frères Rodriiiiguez ! Puis les gosses le finissent à coup de "Viiiiiiiivre pour le meilleeeuuuur" approximatifs dans la tonalité…Et là, d’un coup, l’écoutant égrainer les lapalissades ainsi que la bourse enchainent les effondrements du CAC 40, j’ai pitié ! Il est moulu, notre Johnny, claqué, flapi, échiné, aplati, las des incessantes hurlantes de speedy-Nikos : « Joooohnnnyyy ààà laaa staaaraaaaaaaaaaac… », et courbatu par ses riffs de guitares en play back ! On peine alors à le faire crier avec les voraces Mikels et Quentin la persistante Gabrielle ! L’aïeul somnole déjà mais les petits sont orgasmiques et…jouissent tous seuls : 13.5 et 14 ! Lady Armande, habillée en col vert, sûrement en hommage aux canards médocains (!) fait sa sévère ! Moralité : notes en baisse, coup de pied dans les fesses et audimat en liesse (euh, peut-être …bientôt……) !
Ah ! Le top, le classement, rangement, calibrage des élèves, ou loto starac : on a coché pour la semaine : 9 Gautier, 8 Yvane, 7 Edouard, 6 Mikels, 5 Anissa, 4 Harold, 3 Joanna, 2 Solène, 1 Quentin. Toujours Logique, la prod récompense la…3ème ! Ah bon ! Bravo Solène : tu gagnes 20h de vols en deux jours (!!) et 9h de jet-lag dans la vue pour pister Céline Dion dans les coulisses de son concert, lundi, à …Vancouver ! C’est un concept dans le rapport qualité/quantité !! Comme s’offrir un aller retour à Naples en une après-midi pour une unique léchouille de gelatti !

Quant à la bienheureuse Anissa, elle a tiré la rosette : tektoniquer avec Lorie ! « 7 millions d’albums vendus ! » s’étrangle Nikos : prodige ! La vedette peut donc faire n’importe quoi….et elle le fait ! Habillée en majorette et armée d’un antique micro vocodeur, elle envoie aussitôt ce qu’il reste de la tektonic au panthéon du ringard ! La fortunée Anissa profite de la timbale : 14.2.
Evénement : master Ouali qui donne dans la comédie musicale bankable, monte prochainement la ptoléméenne Cléopâtre en tout bien tout honneur, avec la starackienne Sofia Essaidi ; alors : si vous kiffez les tubulures sonores bien hurlantes et monocordes genre Roi Lion, les chorées toutes en gracieusetés ondulatoires et costumes pimpants d’Holiday on Nice, et avez tout appris de l’Egypte dans Astérix et Cléopâtre : le pied, réservez ! Mais attention ! Si vous ne supportez que les spectacles corporels de Preljocaj ou Sasha Waltz, sur fond sonore du berçant Abécédaire de Gilles Deleuze, tout en dégustant les joviaux recueils de poèmes de Houllebecq : fuyez ! Bref : après l’extrait offert, on notera, pour leur participation éphémère à la chose, que la candidate Joanna est bonne même dans le mauvais, et l’élève Harold porte beau la jupette à ras de l’entre cuisse !

Chaque année, la prod met en exergue deux gars qui se cherchent : pour la cuvée 2008, ce sont les nommés Gautier et Edouard qui se disputaillent ; autant se prendre la tête en live, et les faire se fighter sur le classique Ma Gueule, sous le nez du mormon Johnny ! Plantés tels deux flageolets prêts à l’explosion sur des plots en érection, ils se postillonnent dessus, l’air aussi mauvais que Brad face à son ennemi Victor dans les Feux de l’amour ! « Heu…c’est intéressant ! » Ponctue Siddhârta-Johnny ! « Qu’est-ce que je peux dire…manque de conviction de vécu, de rage.. ! » Résumons la pensée hallydayenne : c’est à ch.… ! Et dans la g…. pour Gautier : 13.5.
Après le passage, sur la frêle Anissa, de l’ouragan d’outre atlantique Kat DeLuna, clone de Shakira, laquelle a déréglé accessoirement tous les sens du dragouilleur de vedettes Nikos, la nominée Maryline nous inonde d’ 1 minute 30 de Zazie, quant mon œil diverge mollement sur le déroulant au bas de l’écran... Stupeur ! Effarement ! Son fiancé débarque pour la demander en mariage, là, maintenant ! Vite, on matte de tout coté, affolé, pendant que la petite finit de clamer son Zazie et décolle même un 14 des pingres profs ! Eh zou ! Le voilà, à genoux déclamant façe à sa promise avec bague et costard de circonstance …stooop !! Pourquoi pas le lancer de riz et le curé sur le plateau ! On se perd dans Sacré Soirée, Bataille/Fontaine, le Loft, Confessions intimes… Incommodée, la maligne Maryline tourne le dos à la vorace caméra pour dire…un petit oui ; j’ai le riz sur l’estomac, moi…..

Pendant ce temps, quaker Johnny discutaille avec Nikos…et soudain, il passe dans la 4ème dimension ! Même fringues, même brushing, même lifting, mais on est…hier ! Il pond donc un beau pâté musical, (la Bo de Gost en franglais si je ne m’abuse) avec la tous-terrains Joanna, pâté enregistré la vieille, en cas de toux intempestive. Le logo « direct » reflue pour la note, 15.2. Apres 40 ans de carrière, Johnny nous prend encore pour des jambons….
Julien Doré, lui, a bien compris qu’on avait dépassé le temps de l’ORTF et se joue de la Société du spectacle intriguée par Guy Debord, avec son excellentissime tube néo retro les Limites, servant ainsi à la sautillante Solène, un frais 15.2. Mais interrompant l’esthéticien Doré, lequel commençait à subodorer que "la réalité considérée partiellement se déploie dans sa propre unité générale en tant que pseudo-monde à part, objet de sa seule contemplation", le duchampiste Ouali prépare son poulain du soir Édouard à se rouler sensuellement sur des danseuses en chantant les hot-standards souls Fever et Hit the road Jack : 15.2, bien roulé !

La gentille Alice, transparente Alice, commence à donner des sueurs froides à la prod, tel un gremlinz : invirable ! Le public s’est en effet pris d’amour pour la gamine, lequel doit sûrement entre victime comme l’expliquerait le nouvel ami de Tf1 Guy Debord, d' "un abus du monde de la vision , un produit des techniques de diffusion massives des images", ; autrement dit, la gosse est mignonne et pour le reste….quand vous chantez du Madonna en passant l’aspirateur, le samedi matin, et bien c’est pareil ! L’aimable nominée chevauche bien innocemment une grosse moto en susurrant Harley Davidson …même Bardot vielle ferait mieux aujourd’hui ! Oh ! Son gentil copain Gautier lui a écrit une chanson…Oh ! C’est nul…Oh ! Les profs saquent …Oh : 13 !
Eclairé toujours par notre petit Guy Debord illustré, constatons « que la marchandise se contemple elle-même dans un monde qu’elle a créé » : la tutrice Sofia Essaidi revient nous déverser un pré-fabriqué pathos sur les godasses, en jouant à Maurane et Lara Fabian avec son étudiante Anissa : Tu es mon autre ; lugubre ! Un bisou de la famille de la sus-dite plus tard, Nikos lustre le plateau pour Chris Brown tout en capuche et sac à dos, et qui dans le monde du RnB’, est au TGV ce que Pokora est à la Kango ! Le bien élevé Harold, fan de suave pop anglaise et donc en plein contre-emploi, s’est défonce le mollet de hargne et limite la casse par miracle: 14.3 !

Le pasteur Yvane continue son chemin vers la rédemption : fini la harpie irascible qui crachait ses bouffées de colère dans des incompréhensibles monologues déclamés en diction Fifty Cent ! Place désormais à Guy Béart, Bruel, Sardou, Henri Dess, Annie Cordy, Ricé Barrier… et aujourd’hui...Joe Dassin ! On redoute l’effet suppositoire à la camomille, mais il y a un truc en plus : c’est la version indienne de Si tu n'existais pas qui nous est servie, avec la troupe de danse Bharati…hum…Curieux ! On reste dubitatif quant à l’association des deux concepts, valables au demeurant : un peu comme le chocolat au chabichou ou la glace au munster ! Le jury régurgite aussi : 13.8 !
L’habile dj Laurent Wolf lave tout ça au lance flemme ; Joanna, Harold et Solène nous décapent les sens sur les planétaires Wash my world et No stress et ça régénère ! Puis la triste nominée Julia lance un attristé Message personnel puis accueille ses affligés amis….un morose 13, pour le rouge à lèvre.

Professeur Doré revient se balader tout en légèreté et plasticité sur Love de Nat King Cole, aidé des très figuratives fi-filles nominées, et c’est alors que nous réfléchissons sur "l’excessivité du spectacle néo- mythologique" selon Roland Barthes, devant le collégial hymne confus de la promo Sing, puis le nouvel opus de l’encapuchonné Chris Brown (écœurant velouté sirupeux servi à Joanna).
Damned ! L’oreille de Nikos annonce alors la catastrophe industrielle : le public réclame encore … la pâlotte Alice à 60 % ! Et la prod, accablée, de réaliser que « le spectacle est le cœur de l’irréalisme de la société réelle.. »
Dans un sursaut d’intelligence inespérée, la future ex-candidate Julia conçoit alors que « dans ce monde réellement inversé, le vrai est un moment du faux » et prie lucidement ses collègues de la virer illico de sa place de cancre, certifiant la constipée Maryline qui sourit et capter que goutte...
Car la futée Julia avait compris que la télévision « exige par principe une acceptation passive (…) obtenue par sa manière d’apparaitre sans réplique, par son monopole de l’apparence… », du moins, je crois...

Guy Debord, La société du spectacle, Edition Buchet-Chastel, Paris, 1967
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Margitza-yeah

avatar

Nombre de messages : 275
Age : 35
Date d'inscription : 20/05/2008

MessageSujet: Re: C R PRIMES - MORCEAUX CHOISIS   Sam 25 Oct - 10:27

http://fr.tv.yahoo.com/blog/article/12566
Sixième prime :
élimination de Harold

Par Kevin Moulback



Johnny n'est décidément plus ce qu'il était. L'idole fatiguée n'a pas réussi à maintenir la Starac au dessus des cinq millions de téléspectateurs la semaine dernière et l'émission a encore été largement distancée par NCIS. Il y a fort à parier qu'il en sera de même aujourd'hui malgré tous les efforts de Kamel Ouali, le plus grand chorégraphe de France, pour exciter les sens des téléspectateurs avec ses mises en scène subtiles.

Le prime s'ouvre sur une interprétation collégiale de "Stayin' Alive" des Bee Gees. Comme les élèves ne faisaient pas assez de bruit tout seuls, on leur a adjoint non pas une, ni deux, mais trois artistes. Amel Bent, Tina Arena et Shy'm se joignent donc à la joyeuse cacophonie. C'est vraiment très joli, en particulier quand ça s'arrête.

Comme un malheur n'arrive jamais seul, on enchaîne immédiatement avec le duo de Solène et d'Amel Bent sur "Ma philosophie", l'hymne de toute une génération selon Nikos. Tout se passe plutôt bien jusqu'à ce moment puissamment dramatique où Amel écarquille les yeux. C'est quand elle s'aperçoit que Solène commence à chanter le refrain alors qu'elle même n'en est qu'à un petit pont mélodique. Et au lieu de reprendre le rythme normal, l'impertinente élève continue comme si de rien n'était, ce qui fait qu'un peu plus tard, les duettistes chantent la même chose mais à deux moments différents. Un canon, c'est très joli ; ça marche très bien pour Pachelbel. Mais, en général, il faut être plus de deux et surtout répéter un minimum avant, sinon c'est juste n'importe quoi.

Heureusement, Amel est miséricordieuse et pardonne Solène. "C'est pas grave, dit-elle, il y avait l'émotion". La malheureuse élève, explique Nikos, est "jetlaggée". Si le décalage horaire est à l'origine de ce massacre, Solène doit au moins débarquer de la planète Mars. Mais non : elle a simplement passé quelques jours à Vancouver, où elle a rencontré Céline Dion. Celle-ci lui a décrit en détail sa table de maquillage et tout ce qui s'y trouve. C'était vraiment très intéressant. Pour remercier Céline, Solène et ses petits amis décident de reprendre ses tubes "Pour que tu m'aimes encore" et "I'm Alive" mais en remplaçant toutes les notes par d'autres notes. C'est vraiment très joli. Pour remercier Céline encore plus, Nikos débite à nouveau sa promo lourdingue de la semaine dernière. 180 millions d'albums écoulés... tournée mondiale... cinq continents... vingt-cinq pays... compilation... tout y passe. C'est encore plus intéressant la deuxième fois.

Après ce navrant fiasco, on passe au morceau de choix de ce début d'émission, c'est-à-dire la ravissante Alice, ou plutôt le splendide tableau concocté par Kamel Ouali pour la ravissante Alice. Celle que l'on présente maintenant comme l'élève à abattre du fait de son apparente popularité est vêtue d'une ample robe de satin rouge, qui ressemble assez à la yourte mongole que Jenifer portait il y a deux semaines. Ce gros sac n'a évidemment qu'une seule raison d'être : être enlevé au plus vite pour dévoiler... une guêpière noire du meilleur goût. Non, Alice n'est pas toute nue. Évidemment, si l'audience du prime venait à baisser encore...

Alice n'est pas là seulement pour s'exhiber en petite tenue. Elle chuchote "Déshabillez-moi" de Juliette Gréco, ce qui est assez paradoxal puisque, de fait, elle est déjà déshabillée. Elle se frotte contre des danseurs torses nus. Elle se love sur des canapés rouges en forme de bouches (Kamel n'a pas osé les phallus géants). Et pour parachever l'esthétique de film porno, elle échange même quelques caresses furtives avec les danseuses, elles aussi extrêmement dévêtues. Les professeurs adorent, surtout Kamel qui trouve qu'Alice "a pris le pouvoir".

Après cette glorieuse apothéose du féminisme conquérant, le spectacle poursuit son cours. Rappelant les enjeux de la compétition qui se joue sous nos yeux fascinés (ou du moins ouverts), Nikos répète la phrase sibylline déjà prononcée la semaine dernière : "Parmi vous, même si vous êtes nominé ce soir, il y a peut-être le ou la gagnante ?" Peut-être... C'est clair maintenant : le futur gagnant n'est pas parmi les élèves. C'est sûrement l'un des profs. Je parie sur Rafaël Amargo, le professeur d'expression corporelle ibérique à l'accent inimitable.

À noter que Rafaël a enfin retrouvé sa voix. La semaine dernière, un interprète assurait la traduction simultanée, rendant ses propos intelligibles mais leur ôtant aussi toute saveur et, en fait, tout intérêt. Ce soir, il peut à nouveau s'exprimer librement et Nikos se charge de déchiffrer. Ainsi, lorsque Rafaël fait longuement l'éloge d'Anissa dans son mystérieux sabir franco-espagnol, Nikos traduit sobrement : "OK, donc pour vous tout va bien : elle est en train de monter". L'art de la synthèse.

Mais voici qu'arrive le plat de résistance de la soirée, à savoir le duo historique du groupe allemand Scorpions avec Joanna sur "Still Loving You". Nikos multiplie les superlatifs depuis le début de l'émission pour nous faire croire qu'il s'agit d'un événement d'une importance intergalactique. On est certes ravi d'apprendre que les Scorpions sont encore en vie mais il faut bien admettre qu'ils n'ont plus la vigueur de leurs débuts. Leur interprétation de "Still Loving You" manque singulièrement d'énergie, voire carrément de justesse. Bref, c'est mou et c'est morne. Philippe Lelièvre, le professeur de théâtre, semble néanmoins tout émoustillé sur son banc. La chanson lui remet sûrement en mémoire quelque étreinte adolescente sur un slow langoureux.

Toujours délicat, Nikos rappelle à Klaus Meine et Rudolf Schenker, les leaders du groupe, qu'à la sortie de "Still Loving You" en 1984, Joanna n'était pas encore née. C'est vraiment très élégant. Et pourquoi pas leur demander s'ils étaient à l'école avec Sœur Emmanuelle aussi ? Pour réparer son impair, Nikos tombe dans l'excès inverse : "Mais vous ne changez pas. Quel est le secret des Scorpions ? Toujours jeunes et beaux gosses". Klaus, à la rigueur, ne fait pas ses soixante ans mais il y avait dans "Buffy contre les vampires" des morts-vivants en meilleur état que Rudolf. Nikos ne croit d'ailleurs pas à ses propres compliments et prie Joanna de raccompagner les vieux messieurs dans leur loge.

Après ce moment de nostalgie, on a droit à un autre tableau mirobolant de Kamel Ouali, l'homme qui aimait les femmes. Entourées par des marins acrobates, les filles entament un "Boogie Woogie" endiablé à la manière des Andrews Sisters. Sauf que les Andrews Sisters portaient des uniformes et certainement pas des bustiers affriolants et des culottes bouffantes. On retrouve à nouveau à l'œuvre tout le bon goût kamelien.

Les refrains de la chanson ont apparemment été pré-enregistrés pour économiser le souffle des cinq chanteuses, ou du moins des trois qui chantent vraiment, Alice et Solène semblant en effet surtout là pour exhiber leurs appâts charnus. Personne n'a d'ailleurs pensé à dire à Alice que, pendant un playback, il fallait ouvrir un peu la bouchepour être crédible. Même Vanessa Paradis, reine incontestée du playback décomplexé depuis les NRJ Music Awards 2008, ouvre la bouche.

Aprèc cette débauche de chair juvénile, la tension monte un peu. Yvane, nominé aujourd'hui, a choisi de défendre sa place à l'Académie avec une composition originale : "Si tu n'étais pas dans ma vie". Naturellement, je m'attends au pire, c'est-à-dire un nouveau mélange indigeste de rimes de mirliton, de rythme ragga binaire et de poses machos grotesques. Eh bien non... Yvane n'est pas ridicule du tout. Sa chanson est même plutôt agréable, grâce notamment à un phrasé rapide très particulier. C'est nettement plus plaisant que le sempiternel "Mistral gagnant" dont a hérité Gautier, lui aussi nominé.

Armande Altaï, la directrice baroque, ne voit pourtant que faussetés en pagaille et décoche un petit 11, ce qui lui vaut d'être copieusement huée par le public. Anne Ducros, le professeur du chant, n'est "absolument pas d'accord" et décerne un 16, louant les nombreux mérites d'Yvane, notamment la justesse (prends ça, Armande). La directrice réplique en rappelant que, dans un conservatoire, toute fausseté serait notée. Loin de s'incliner devant son ainée, Anne riposte à son tour que, si Yvane était un chanteur francophone connu, on le trouverait professionnel. Pour clore l'échange qui vire à l'aigre, Nikos tranche : "L'idée, c'est pas d'être connu, mais c'est d'être reconnu". Il n'y a pas grand chose à répondre à ça : les deux harpies se taisent donc. Heureusement, Maryline est là pour les réconcilier grâce à son duo avec la nymphette R&B Shy'm. Enfin presque. Les deux professeurs s'accordent à dire que la prestation était nulle à vomir mais Armande reproche un problème de rythme et Anne un problème de tonalité.

Amel Bent, qui n'est pas rancunière, revient pour interpréter avec Joanna "Vivre ma vie", son nouveau titre, extrait de la bande originale du film de Disney "High School Musical 3". Il n'y a pas grand chose à dire sur la chanson, en tout cas pas grand chose d'aimable. On se demande juste pourquoi Disney persiste à traduire les chansons de ses films : c'est beaucoup mieux quand on ne comprend pas les paroles. Pour que l'image soit en parfaite harmonie avec le son, Amel a choisi de s'affubler d'une hideuse robe turquoise à doublure jaune. Inutile de dire qu'on remarque cet accoutrement de loin, d'autant plus, qu'au vu de la coupe, il en manque un morceau, voir deux. Et Amel a choisi d'assortir son fard à paupières à son affreuse robe. À juger la quantité de fard utilisée, on en est réduit à spéculer : Amel a des prix chez un grossiste, sa maquilleuse lui a fait une farce... Personnellement, je pense qu'elle s'est tout simplement trompée de date. Halloween, c'est vendredi prochain.

Bien évidemment, un prime de la Star Academy ne serait pas complet sans un petit problème technique. Ce soir, il se produit durant le duo de Mickels avec Tina Arena. Quand Mickels ouvre la bouche pour chanter, il ne se passe rien, ou plutôt on n'entend rien, si ce n'est les techniciens qui s'agitent en régie. L'un d'eux s'écrie même : "C'est une bonne image, là". Eh oui, le problème, ce n'est pas l'image, c'est le son !

Mais tout ça n'est pas bien grave. Tina n'en est d'ailleurs nullement ébranlée. À la fin de la chanson, elle est même extatique, comme si elle n'avait jamais rien entendu d'aussi beau et d'aussi émouvant de sa vie. Par chance, les professeurs sont plus ou moins d'accord avec elle. Après une démonstration d'enthousiasme aussi délirante, des notes moyennes auraient été un peu gênantes. Toujours gentleman, Nikos raccompagne Tina en la complimentant pour sa parfaite aisance en français. "J'essaie. Je fais mon meilleur," répond Tina.

Le spectacle touche à sa fin et les téléspectateurs ont rendu leur verdict. Gautier est sauvé par le public avec 36 % des suffrages, devançant de peu Harold (33 %) et Yvane (31 %). Le vote des élèves est particulièrement dramatique. Tout semble bien commencer pour Harold, qui recueille les trois premières voix. Et Joanna s'apprête elle aussi à voter pour lui. Mais elle se sent d'abord obligée de débiter le discours traditionnel : "Yvane, je t'apprécie beaucoup et tu as beaucoup de talent, mais je vais voter pour Harold". Le public l'arrête par des acclamations à l'annonce du nom d'Yvane. La malheureuse n'ose pas dissiper la méprise et le vote est donc acquis à Yvane. Quatre votes plus tard, les deux nominés se retrouvent à égalité et c'est Gautier qui tranche finalement en faveur d'Yvane (il y avait entre les deux élèves un lourd contentieux lié à une rencontre inopinée mais violente entre le pied d'Harold et les fesses de Gautier).

Joanna est effondrée, Harold est abasourdi. Quand je vous disais, dès le premier prime, qu'il n'aurait pas dû démissisionner pour faire la Starac.

À la semaine prochaine.
Revenir en haut Aller en bas
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13815
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: C R PRIMES - MORCEAUX CHOISIS   Sam 25 Oct - 14:50

STAR ACADEMY 8 : Drame dans l'Education : les profs notent n’importe comment ! 25 Octobre 2008

Tina Arena, Keziah Jones, Amel Bent, Scorpions, Shym’, Grégoire, et Brick and Lace sont les confirmés en piste pour le karaoké du jour : starac 8, prime 6, c’est parti.
Devant les profs-jurés accrochés à leur calculette, les élèves bien chauffés et les nominés dégelés, le phénix-Nikos nous tombe du ciel pendant la collégiale Stayin’ Alive, au sein de laquelle un contingent de vedettes Amel Bent-Shym’-Tina Aréna, mouillent déjà leur chemise ! Début plaisant pour nos oreilles : par miracle, ça chante ensemble et pas trop faux !
Mais la danse de Saint-Guy des cordes vocales rapplique rapido avec Solène, « jet-laguée » pour cause de voyage plus qu’express au pays de la Céline et des caribous (cf. prime 5) ; malgré l’assistance désespérée d’Amel Bent, la jeunette décalquée lui ravage sa Philosophie en beauté ! Et le sympa Nikos d’appuyer sur le bobo : « elle s’est plantée dans les paroles ! » et dans le rythme, et le tempo, et le phrasé et les pas…et la tête…. 14.5 : déglingué !

Madame Armande, chef de, profite d’avoir la langue levée pour nous introduire une « coach émotionnelle, afin d’appréhender les notions d’autonomie et de responsabilités » : à savoir, ami élève, ne pas ronchonner quand t’es nominé et quand t’es lourdé ! Les petiots apprécient…
La postulante Alice assume pleinement son affranchissement de son habituelle cancritude pour briller dans le tableau Oualique hebdomadaire, popularité oblique : en effet, la galopiote, qui a le talent du chou-fleur perdu dans sa macédoine, est mystérieusement adorée des votants téléphages, lesquels l’ont préservée trois fois de la déroute ! Pour nous remercier, elle nous propulse dans un peep-show de banlieue, et se roule en guêpière sur le canapé-bouche de Dali en ronronnant bien mollement le Déshabillez-moi de Gréco, mais sans la distance dans l’incorrection qu’y mettait la star des années 50. Emporté par l’opulence de lingerie, le jury lâche un amphigourique 15.5 ! Domptant sa cervelle exacerbée, prof Lelièvre dessoule : c’est bien….mais on la cherche encore » ! Tout de même !

Tops et flops cette semaine : 8 Quentin, 7 Maryline, 6 Anissa, 5 Mikels, 4 Edouard, 3 Alice (l’hallu !), 2 Solène, 1 Joanna. Alors que Nikos blablate sur le tri sélectif des candidats, jouons : mais qui vient donc d’Australie ravir nos esgourdes ? Alors…Australie….voyons : les Bee Gees ...Nick Cave…Men at Work….Dead Can Dance….Inxs…. ?? NON !! Tina Arena ! NON ! Si…et comme tout les ans, elle crie Aimer jusqu’à l’impossible : NON ! Si…Et c’est sous boules Quiez que je note un 15.2 pour la duègne Anissa.
Après un aller-retour pour aller taper cinq minutes de causette à la grande Dion, au maquillage, avant son récital de Vancouver, l’éreintée routarde Solène, bien couverte vocalement par ses camarades, nous revient avec un medley de Dame Céline ; puis Gautier, le nominé « à forte sensibilité, qui ne sourit pas inutilement » (!), donc ne glousse que rentablement, débite un phrasé haché dans un laborieux Mistral gagnant de Renaud : 15.2 ! Un petit message au public chéri, cher Gautier ? « Je suis moi ! » Cheftaine Armande, un commentaire ? « Ça note trop haut » ! Ben vrai !

Les Scorpions, Allemands rockeux et grands-pères de Tokio Hotel, ont défié le temps et leur prostate et échouoient à la Starac après 36 ans de carrière ; et c’est tout de cuir vêtus et à peine dé-chevauchés de leur Harley que Klaus et ses copains-Hells déchainent le mythe Still loving you. Joanna s’en arrache magistralement le larynx : 16.3.
Le débutant Grégoire et son camarade Quentin paraissent ensuite bien blafards : une dizaine d’internautes, qui, par bonheur, n’avaient pas placé toutes leur économies à la Caisse d’Epargne, ont décidé de produire la besognante « chanson naïve et un peu bête » (c’est l’auteur qui le dit !) Toi + moi ; et contrairement aux prévisionnels financiers, les neteux ont eu le nez creux : disque d’or ! Et 14.8 pour Quentin : magie !

Suit un boogie-woogie chantée à la va-comme-je-te-pousse par la gente féminine de la promo, en culottes à froufrou, puis Yoda-Yvane, nominé « mais libre, bien qu’il fasse n’importe quoi de sa liberté », selon ses savants enseignants, nous arrose d’une compo tristounette ; son pote Mikels pédale sec au piano derrière le phrasé d’ A380 de l’ affranchi, qui reçoit un discuté 14.5 : Mère Armande et la véhémente vocaliste Anne Ducros s’en défrisent le chignon ! Récréatif !
Attention, je parle aux connaisseurs : vous rappelez-vous K-Maro et son bontempiesque Femme like you ?! Mais si, vous vous en êtes chauffés la glotte à blanc au réveillon en 199…. ! Bref, K-Maro produit la dite Shym’ et ça s’entend, surtout dans le synthé ! Mais le revival Début de soirée/Image indispose le jury : 13.3 pour la choriste Maryline, laquelle a grave savonné sur l’herméneutique des années 80 !

Et la lumière fut : l’élégantissime chanteur-guitariste nigérian Keziah Jones balade son blue-funk unique sur le chanceux Edouard qui en reste est bouche-bée et nous avec : un bijou de rythme et musicalité beaucoup trop court ; le petit suit bravement : 15.2, très sous-noté par rapport à la courgette Alice ! On se réveille, les profs : l’évaluation, ce n’est pas pour rien que ça s’apprend à l’IUFM !
Amel Bent, secondée de Joanna, nous sucre le cerveau avec la Bo de High School Musical, une Disney-iaiserie qui travaille sec la libido latente des ados ainsi que leur argent de poche, puis le nominé Harold râle : « c’est injuste, personne ne voit pas mes progrès, personne ne m’aime »… gna gna gna….L’immodeste à la voix d’eunuque balance alors un Balavoine haut perché Vivre ou survivre, tel un ténor pop rock : 15.5 ! Eh bien voilà !...Pourtant...manque un truc….le mec est bon…mais pour le karaoké !

Allez : pour nous défébriler la gambette, Nikos se déhanche le fessier avec les Brick and Lace, deux bombes Jamaïcaines qui dévergondent l’effarouchée Maryline avec un ragga rafraichissant et bien foutu ; allégresse de courte durée car Tina Arena revient nous sonner les cloches et accessoirement nous gratifier des boules (de Noël avant l’heure), « avec une nouvelle chanson d’amour au message poignant… ». Ah, tiens : le micro du bidasse Mikels est muet, laissant place à la voix du technicien du son qui raconte sa life, en régie ! Petit intermède plaisant, mais çà s’égosille de nouveau en cadence : 15.3 : trop haut !
Un hymne Starac plus tard, les Scorpions reviennent faire peur aux grands-mères avec leurs vestes tatouées de têtes de mort.

Sans transition, le compressé et pressant Nikos déballe l’huissier et son enveloppe : verdict du public : 36% pour Gautier !
Puis les galopins réfléchissent, ce n’est pas si souvent ! Et …Yvane repart d’une voix à l’HP !
Coup de massue pour Caliméro-Harold ! Voyons : la trentaine, marié, informaticien, physique de banquier… mais…c’est un exploit que d’avoir tenu un moi et demi !

Par Cathy

http://www.realtv-fr.net/news_2676_drame_dans_leducation_:_les_profs_notent_nimporte_comment_.htm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13815
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: C R PRIMES - MORCEAUX CHOISIS   Sam 1 Nov - 9:59


Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13815
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: C R PRIMES - MORCEAUX CHOISIS   Lun 3 Nov - 9:15

STAR ACADEMY 8 : « Ca ne s’arrêtera jamais… » 01 Novembre 2008


Oyé ! Criez-le bien autour de vous : Nikos « s’occupe de nos vendredis soirs » ! Mais à croire que la convive ménagère ne kiffe pas trop la soirée, car c’est la bérézina en audience et la loose en parts de marché, nous apprend gourou-Morandini ! Pire : la tournée starac est oubliée et l’édition 2009 menacée !! Pourtant, il nous l’a promis, Johnny, et va même nous le gueuler ce soir : « ça ne s’arreteraaaa jaaamaaaiiiis ! Ben si !
Allez : après une entrée des bien-peignés sur Starmania, Quand on arrive en ville, en habits Renaissance (pourquoi, comment, quel rapport, plaît-il ??!!...), Bozo-Nikos se déchire dans le comique troupier et tire sur les acteurs-jurés Amargo : « Raphael, vous avez mis une coquille ! » et Lelièvre « Philippe, quelle moustache affriolante ! » : un must dans l’animation et la drolitude ! Sur ce, le G.O. du plateau aligne le filet garni du jour : les amuses–bouches Gabriella Cilmi, Miley Cyrus, Zaho, les morceaux du chef Raphael, Dany Brillant, Victoria Abril, l’entremet Akon, et le rince-doigts Hallyday. A table !

Le Fregoli Gautier fait son Américano à l’italiano, entrainé dans un swing exténuant par le dégourdi du jambier Dany brillant : 14.5 pour le crooner stagiaire. Puis Joanna et Quentin, en jupette et bermuda, gambadent et minaudent un lointain Delpech, Pour un flirt : « Mais que c’est bieeeen !» éructe Nikos, devant ce spectacle de mjc digne d’une soirée crêpes en 1973 ! Et de les convier illico pour chanter prochainement à l’Olympia pour une cause caritative ! Faut suivre ! …parfois grossier, le mélange des genres….
Pour les accros et puristes, dégrossissons le top hebdomadaire: 7 Solène, ça coule ; 6 Anissa et 5 Quentin, ça languit ; 4 Mikels et 3 Edouard, ça pulse ; 2 Gautier, ça…???!! ; et 1ere Joanna, c’est normal !
Prem’s en vente de disques et poids lourd du hip hop aux States, l’aérien Akon fait rapper le louveteau Edouard ; ça crisse un peu sur les aigus mais celui-ci encaisse 15 et un happy birthday bien faux de tous ses amis qu’on libère sur scène…..car c’est son anniversaire, au gamin…On s’en fout et Nikos avec, lequel est déjà sur la vaillante Alice, nominée à vie ! La masochiste VEUT RESTER ! Si ! Faut croire qu’elle aime le fouet du débrief et ça va encore faire mal, à l’écoute d’ Evidemment, un très fluet France Gall : 14.2 pour un jeté de cheveux bien placé.

L’invité Raphaël propose alors son univers primesautier qui sied si bien à la crise sociale actuelle et ramène une bonne ambiance, entre le lugubre et le neurasthénique accablé : pesant ! Comblé, le fan Quentin fait ainsi ses vocalises sur Caravane, et contre toute attente s’emballe dans des polyphonies Corses ! Un peu too much dans le morose : 14.7.
Miley Cirus, ado énervée de 15 ans et star mondialisée de sitcom Disney (Hannah Montana, série inutile au plus de 12 ans), a déjà gagné 25 M de dollars ! Quel pédigré ! Et c’est la course à l’échalote pour cette pauvre Joanna, laquelle essaie de suivre la bourriquette ricaine moulinant et nasillant sur son pseudo punk, tel du sous Avril Lavigne (faut le faire…!) 15 , et pourtant, « il ne s’est pas passé grand-chose », plaide la tatillonne de l’harmonie Anne Ducros ; tu l’as dit, b…..

Bigre, ça ne décolle pas ce soir, et le Paradis blanc écrasant de l’amère nominée Maryline nous mène vers un morne 14.3…On est au bord du zapping quand la prof des glottes vibrantes, toujours Anne Ducros, l’œil fievreux et l’index menaçant, nous explique « qu’il n’y a pas de faible à la starac » …voilà voilà... c’est donc terrorisé et au garde à vous qu’on accueille l’actrice Victoria Abril , qui s’ennuie tellement à faire des films (c’est vrai, c’est tellement ennuyeux..), qu’elle a décidé aussi de chanter (euh presque..) pour nous, faible public ! Ah, ces acteurs qui se croient élus de tous les arts…mdr ! La maligne en belle robe en profite donc pour se frotter au petit jeune Mikels en articulant à contre temps une Javanaise au tempo latino, que même Gainsbourg ne reconnaitrait pas ! Seul intérêt : Armago danse à s’en emporter la culotte, et l’escort boy perfectionniste Mikels est bien payé d’un 15.5 !

A sa dernière visite, tonton Johnny avait laissé un pochon avec son ultime galette ; chouette ! On nous la sert ce soir, en différé et (peut-être, hypothétiquement, possiblement …) en play back, avec un Nikos toujours pro, bien raccord du costume trois pièces ! Bientôt Noël, donc nouvel album : Ca ne finira jamais (faut s’y faire…) et livre de photos : Johnny…femme de Johnny…fille de Johnny …amis de Johnny….beurp ! Où est le digedril ?!
Poursuivons les mets klougs : le dj corporel Kamel a gambergé une chorée de défibrillateurs sur le brut Contact des jeunes irrités Kyo pour la candide Anissa, par ailleurs reine des vibes et du vibrato rossignolesque, donc autant concernée par cette chose rockeuse que le faux modeste Mikael Vendetta par la veine agitation de son cervelet ! Habillée en bourgeoise à satisfaire, l’empotée, empêtrée par les danseurs tortueux qui lui relèvent sans cesse la robe, nous fait pitié ; et Kamel de se noter lui-même : 15.3 ! Irréel selon la lucide du jour, Anne Ducros, qui souffle, sceptique …

Bon : pour sortir de cette mélasse audiovisuelle et du plongeon d’audimat qui guette, le gai luron Dany brillant ramasse fissa les nominés et pétarade Quand je vois tes yeux en version latino, et en accéléré ! Ca chante comme ça peut, mais ça s’agite surtout de la rotule jusqu’à virer au dancing show ! Et c’est la langue pendante que l’on débraye devant Zaho et son tube C’est chelou, Rnb bien foutu, tout en rythmiques complexes syncopées : 14.7 pour Solène à la peine.
Ah ! Enfin : Yvane, frère Yvane, si doux ces derniers temps après nous l’avoir joué anarchiste, fait à nouveau du boudin ! Dès l’annonce du thème des évaluations cette semaine, « la provocation », l’éveillé a tombé la robe de bure : « Bon sang, mais c’est bien sûr », et a sorti l’idée du siècle : ne pas chanter ! Et autre blasphème, il a entrainé ses deux collègues Alice et Solène dans son bourbier ! Pour cette vilainie, Commander Armande l’a nominé d’office et lui tire la tronche en sus ! Depuis, maugréant sans cesse l’incompréhension de son génie, l’affranchi rumine sa colère, et la prod n'attend qu’une chose : qu’il la crache sur le prime, pour revigorer l’audimat ! Et Nikos, obséquieux : " ca va, Yvane ? Un petit mot, Yvane ? "Le fripon démarre sec sa stance Gainsbourgrienne apprise par cœur, Je suis venu te dire que je m’en vais, de circonstance ; et bien que « nasillard dans les aigus », la rancunière Armande et ses adjoints lâchent 15.2 ; « un dernier mot, Yvane ? Ben quoi, Yvane ? » On lit juste dans les yeux du malin : Va te faire f….Nikos !

L’autre rebelle du programme va tenter de vendre du Bop à tf1, en prime ! Une gageure ! Prof de chant et technicienne d’impro jazz, Anne Ducros fait profiter la nymphette Solène de son « immense » expérience sur Summertime. Mais le public de la starac est-il prêt pour Gershwin ? Parions qu’il préfère encore ronfler dans Le petit train de Raphael...faut aimer les chansons pleurées, accompagnées au pipeau !
La collégiale Sing poind, ça sent le terminus ! Mais avant : un trésor ; un jeune australienne de 16 ans, Gabriella Cilmi, a pondu un chef d’œuvre de folk, Sweet about me, avec la voix de feu Amy Winehouse : l’élève Anissa en a les dents qui tombent, et nous avec !

C’est encore tout ému qu’on se languit du verdict du public…et zut ! Ca rechante entre candidats : Partir quand même : de l’éploré bien approximatif et bien moite...et...ébahissement ! Alice s’en sort à 49% ! Que dire aux forfaitaires de sms…citons André Gide : "Ce que nous appelons mouvements du cœur n'est que le bousculement irraisonnable de nos pensées". C’est clair, pour la prochaine ?!
Mais arrêtons là le cogité : ça vote entre associés ? Ah non ! Halte-là : Bouddha-Yvane va parler...il parle...en gros : « je conspue ce vote, je m’en vais comme un prince, et je ne suis pas faible, MOI ! Chao ! ».
Et Nikos de parachever, en attrapant la poupée de son Maryline, hagarde mais secourue : « on est bien là, et on va continuer, jusqu’au bout » !
Quelqu’un en doute ?

Par Cathy

http://www.realtv-fr.net/news_2677_«_ca_ne_sarretera_jamais..._».htm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10132
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: C R PRIMES - MORCEAUX CHOISIS   Lun 3 Nov - 10:50

Ces résumes sont d'une excellente qualité vraiment, enfin un regard comme j'aime sur la starac et tout ce qui va avec :816989sw5:

Beaucoup d'humour, un regard sans concession, il y a vraiment du telespectateur conscient et pas dupe de la poudre sucre et paillettes qu' on veut bien nous jeter aux yeux. Après bien sûr ils restent les partisans de la "H" attitude, que je commence à bien connaitre .. à force de pratique etc

Bravo aux auteurs de ces écrits bourrés d'humour, ce qui est du luxe quand on touche a la realtv, qui fabrique du fan "voteur sms" et rarement des ARTISTES si 17 semaines d'exposition mediatique suffisaient ...

Merci pour la lecture coeur
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Margitza-yeah

avatar

Nombre de messages : 275
Age : 35
Date d'inscription : 20/05/2008

MessageSujet: Re: C R PRIMES - MORCEAUX CHOISIS   Sam 8 Nov - 14:27

Huitième prime :
élimination de Maryline
ven nov 07 23:50 Par Kevin Moulback



Le naufrage continue. Malgré les efforts désespérés du capitaine Nikos pour le maintenir à flot, le navire Star Academy poursuit sa lente descente dans les abîmes de l'audience. Le prime de vendredi dernier n'a réuni que 4,7 millions de téléspectateurs, soit 200 000 de moins que la semaine précédente. La part de marché a atteint son plus bas niveau historique : 21,9 %. Pour n'importe quelle autre émission, la direction de TF1 aurait déjà brandi les fourches.
Par chance, Nikos a trouvé une amie secourable en la personne de Laurence Ferrari. Avec son aisance habituelle, la charmante journaliste a trouvé le moyen de faire encore pire que lui. Mardi dernier, TF1 espérait créer l'événement avec un JT présenté en direct de New York à l'occasion de l'élection présidentielle américaine. Eh bien, non ! Contre toute attente, Laurence a réalisé son pire score depuis son arrivée aux commandes du 20 heures, rassemblant à peine 29 % des téléspectateurs. À l'inverse, "Plus belle la vie", le feuilleton-phénomène de France 3, a enregistré sa plus forte audience depuis ses débuts en 2004. On pensait que Laurence Ferrari avait simplement dégoûté les gens de TF1. La preuve est maintenant faite qu'elle est parvenue à les dégoûter de l'information en général. Même Barack Obama n'a rien pu faire.

Malgré la persévérance de Laurence dans son œuvre de destruction, c'est une autre blonde qui peut donner à Nikos de véritables raisons d'espérer. Telle la cavalerie, Britney arrive ! La princesse de la la pop a confirmé sa participation au prime du 28 novembre. Cette divine surprise devrait relancer l'audience, au moins momentanément. Enfin quelqu'un qu'on n'a jamais vu à la Starac...

Malheureusement, on n'en est pas encore là. Aujourd'hui, c'est... comme d'habitude. Patrick Bruel chante "Place des grands hommes"... comme d'habitude. Chimène Badi chante "Je viens du Sud"... comme d'habitude. Andrea Bocelli chante "Vivo per lei"... comme d'habitude. La totale incapacité de l'émission à renouveler sa programmation musicale touche maintenant au grotesque.

Et que dire de cette nouvelle et ridicule habitude d'insérer dans le déroulement du prime des séquences enregistrées depuis longtemps ? La semaine dernière, c'était un titre de Johnny Hallyday enregistré quinze jours auparavant. Aujourd'hui, ce sont deux prestations de Christophe Maé, dont un duo avec Joanna. Pourquoi en rester là ? Je suis convaincu que le public serait ravi de découvrir de nouvelles prestations en direct de Carlos ou d'Henri Salvador. Il suffit de diffuser quelques images d'archives. Ça pourrait même être l'occasion de réunir les Beatles !

Si les téléspectateurs désertent en masse la Starac, c'est tout simplement que l'émission est devenue puissamment soporifique. Pour résumer mes impressions de la soirée, je citerai un des grands esprits de notre époque : Kamel Ouali. Après avoir observé la prestation d'un élève, l'illustre chorégraphe déclarait : "Qu'est-ce que j'ai trouvé ça long". Et lui n'avait vu que quelques minutes. Vous pouvez imaginer après presque trois heures.

Le spectacle d'aujourd'hui s'annonçait d'ailleurs si passionnant qu'Anne Ducros, le professeur de chant, s'est faite porter pâle, officiellement en raison d'un concert qu'elle n'a pu annuler. Si même les profs commencent à sêcher le prime, c'est mauvais signe. À noter que Philippe Lelièvre, qui lui est bien présent, a essayé de mettre fin à son calvaire avec une arme explosive, du moins si l'on peut en juger par son étonnante coiffure.

Au milieu de l'ennui généralisé, on peut néanmoins saluer la bonne humeur de Patrick Bruel, fort aimable avec les élèves et fort empressé à les défendre contre les attaques vipérines de Marine Méchin, la "coach émotionnelle" de l'Académie. Marine, dont les maximes rappellent parfois la philosophie de Jean-Claude Van Damme, semble destinée à tenir le rôle de la méchante prof, que personne n'a rempli depuis l'éviction de Raphaëlle Ricci, la sorcière blonde de sinistre mémoire.

Pourtant, malgré sa bienveillance, Patrick est quand même pris au dépourvu quand Nikos lui demande son avis sur les élèves de cette année : "Cette année ? Je trouve que... Attends, attends... Je trouve que chaque année, il y a... il y a de l'enthousiasme, il y a de l'envie, il y a du désir, il y a cette envie de faire au mieux en tout cas. Évidemment, ça dépend des personnalités..." On a déjà entendu des réponses plus convaincantes.

Que retenir d'autre de ce prime sans grand relief ? Tout d'abord qu'André Bocelli a survécu à la soirée. Ce n'était pas gagné d'avance puisque, comme chacun sait désormais, un trou béant sur le plateau menace d'engouffrer les artistes distraits. Chimène Badi a failli y succomber mais le trou était trop petit. On peut également se réjouir que Quentin ait enfin changé de coiffure : il ressemble beaucoup moins à un Playmobil géant. En revanche, vu que l'adolescent a fortement tendance à vieillir les titres qu'il interprête, l'idée du réalisateur d'ajouter des teintes sépia quand il le filme me paraît assez peu judicieuse.

On peut enfin saluer les efforts méritoires de Joanna et Solène pour interpréter "Hot Stuff" de Donna Summer tout en suivant une chorégraphie très sportive. Le porté final a failli mal se terminer pour Joanna, dont la descente fut assez brutale. En observant le numéro, on se dit qu'il aurait sans doute été mieux exécuté par une seule élève, qui aurait la voix de Joanna et le corps de Solène.

Pour l'anecdote, on notera aussi les go go dancers musculeux en slips kangourous roses qui agrémentent le duo de Solène avec Discobitch sur "Petite bourgeoisie". Cet étalage de chair masculine, dont profite largement Armande Altaï, est en quelque sorte le pendant du prime du 17 octobre, durant lequel Kamel, avec son bon goût coutumier, avait transformé la Starac en académie des poufs.

Ce résumé ne serait pas complet sans un dernier mort sur les nominés (bien que, pour ne rien vous cacher, je me moque de leur sort dans des proportions qui vous donneraient une idée de l'infini). Alice est une nouvelle fois plébiscitée par le public avec 60 % des suffrages contre 30 % à Édouard et 12 % à Maryline. Édouard est ensuite sauvé par les autres élèves. Mention spéciale à Solène pour son charmant discours d'avant vote : "Maryline, je t'apprécie beaucoup, t'as énormément de talent et je veux venir à ton mariage avec tout le monde... et je vote Édouard !" Voilà une explication qui fera sûrement plaisir à Maryline avant son retour programmé au néant.

À la semaine prochaine.

Kevin Moulback
http://fr.tv.yahoo.com/blog/article/13068/
Revenir en haut Aller en bas
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13815
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: C R PRIMES - MORCEAUX CHOISIS   Sam 8 Nov - 18:16





http://www.realtv-fr.net/news_2678_la_routine_bruel_.htm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2490
Age : 66
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: C R PRIMES - MORCEAUX CHOISIS   Mer 12 Nov - 1:00

.
mort de rire Enjoy

Entre deux primes : Débriefing tragique
boulet boulet boulet


"À la Star Academy, vivez des moments intenses." C'est ce que promet la publicité pour Maison du Café avant chaque émission.

Eh bien, hier, pour une fois, la publicité n'a pas menti. Pour être intense, c'était intense dans l'hôtel particulier de la Starac, rue Charlot à Paris. Anne Ducros, le professeur de chant, se livrait au traditionnel débriefing du prime du vendredi soir. Elle était sans aucun doute la mieux placée pour le faire puisqu'elle n'a même pas pris la peine d'y assister en direct. Elle était retenue par un événement musical de la plus haute importance à Saint-Ouen-l'Aumône.

Le débriefing commence comme d'habitude, c'est-à-dire mollement. Anne Ducros commente chaque prestation avec bienveillance. Elle trouve même qu'Alice chante juste, c'est vous dire à quel point elle est bienveillante. On est loin des débriefings homériques de jadis, sous la houlette impitoyable de Raphaëlle Ricci. La sorcière blonde n'était pas satisfaite avant d'avoir fait pleurer au moins deux ou trois élèves, sautant à pieds joints sur leur ego fragile et leurs rêves d'adolescent. Scolaire, surjoué, trafiqué : ses jugements lapidaires tombaient comme le couperet d'une guillotine bien aiguisée.

Du sang et des larmes, ce n'est pas du tout le genre d'Anne Ducros. Elle aime tout ou presque. Elle trouve que chaque prime est plus génial que le précédent. Et bien sûr, les académiciens sont tous d'accord avec elle. Tout au plus concèdent-ils parfois, l'air pénétré et le sourcil froncé : "Je crois que j'aurais pu donner encore plus..."

D'ordinaire, le débriefing n'est donc qu'un pénible exercice d'autocongratulation et celui d'aujourd'hui ne semblait pas devoir faire exception. Tout le monde était d'ailleurs d'excellente humeur jusqu'au moment où, contrairement à ses habitudes, Anne Ducros invite les élèves à commenter la prestation de Gautier. Et là... c'est le drame.

Joanna hasarde un reproche : elle trouve que Gautier en a fait beaucoup trop. En effet, l'adolescent chevelu a interprété "Dis-moi" des BB Brunes avec la subtilité qui le caractérise, façon Rock attitude avec supplément de testostérone et glissade sur les genoux. Abandonnant sa bonhomie habituelle, Anne accuse Joanna de ne pas être objective dans ses critiques et de laisser des émotions négatives affecter son jugement artistique. Rappelant un incident vieux de dix jours, elle reproche aussi à Joanna d'avoir utilisé le terme de "parasite" pour désigner Gautier. Toujours secourable, la production de l'émission diffuse alors un petit flashback montrant la méchante Joanna confiant à d'autres élèves, ses complices dans l'odieux complot qu'elle a ourdi : "Moi, j'irai bien quand on se débarrassera du parasite." La séquence est diffusée en noir et blanc pour bien en souligner le caractère dramatique. Pour un peu, on croirait que Joanna a dénoncé Jean Moulin ou assassiné le soldat inconnu.

Gautier, qui apparemment n'était pas au courant de la diabolique conspiration, interpelle Joanna - "Tu trouves que je suis un parasite, moi ?" - avant de quitter la pièce en hurlant "Allez tous vous faire faire foutre !". Édouard s'élance immédiatement sur ses traces et le trouve en train de faire ses valises à l'étage. Dans un numéro d'acteur digne de la commedia dell'arte, Édouard joue au bon camarade en s'efforçant de le dissuader. Il se prend la tête à deux mains, il agite les bras, il s'écrie : "Mais qu'est-ce que tu fais, Gautieeeer ?!". On peut néanmoins douter de la sincérité de ses efforts, étant donné que les deux garçons en étaient presque venus aux mains à la sortie d'un prime et que leurs relations étaient restées tendues. Pour vous faire une idée de la scène, c'est un peu comme si Ségolène Royal décidait de quitter le parti socialiste et que Bertrand Delanoë et Martine Aubry, soudain éplorés, essayaient désespérément de la retenir : "Mais qu'est-ce que tu fais, Ségolèèèène ?!".

Pendant ce temps, le ton monte en salle de débriefing. Anne Ducros reste campée sur ses positions, stigmatisant ce qu'elle considère comme une cabale contre Gautier. Ulcérée de se voir ainsi réduite au rôle de la méchante de service, Joanna dévoile finalement ses sentiments sans fard : "Je l'aime pas ce mec. Voilà : je l'aime pas. Voilà : je l'aime pas ! Point !" Pour la diva de la promotion, revenir sur ce pénible incident, "c'est pas crever l'abcès, c'est chercher la crotte". Excédée, elle quitte aussi la salle en claquant la porte avant d'aller shooter dans les chaises de la cour intérieure, puis de s'effondrer en larmes dans les bras de Mickels. Elle aussi veut partir maintenant. Révoltée face au sort injuste qui s'acharne sur elle, Joanna hurle sa douleur au ciel noir de Paris : "Pourquoi elle a fait ça ! Pourquoi elle a fait ça !" Des chaises innocentes font à nouveau les frais de sa sainte colère.

Le mélodrame continue à l'étage, où Anne Ducros s'emploie à réconforter Gautier, en l'étreignant sur sa poitrine opulente comme une mère affectueuse et consolante... avant de s'effondrer en larmes à son tour. "Il m'a fait mal, il m'a fait mal, confie-t-elle à la caméra en sanglotant. Ce môme était dans un état de douleuuuur (accentuation grandiloquente de la dernière syllabe : à l'évidence, Anne a eu le même prof d'art dramatique qu'Édouard). J'ai eu l'impression d'avoir en face de moi un gamin dans un état de douleur intense. J'aime pas ça, moi, j'ai horreur de ça. J'aime pas voir les gens souffrir." Une performance toute en sobriété comme vous pouvez le constater.

La tension est à son comble. C'est alors que Joanna s'empare d'un couteau... Non, là, c'est moi qui rêve tout haut. Cela dit, il suffit de faire intervenir d'urgence Marine Méchin, la "coach émotionnelle" de l'académie, qui sait si bien apaiser les esprits avec ses sages maximes, et on peut être sûr qu'il y a des morts avant la fin de la semaine.

Pour conclure, Joanna a sans doute raison : "On aurait dit un sitcom à la télé ; c'était mal joué." C'était quand même de la bonne télé, comme aux plus beaux jours de la Starac d'antan. Il a suffi d'un mot pour mettre les sentiments à nu et le feu à l'hôtel de Brossier.

Vivement la suite.

Kevin Moulback mort de rire
Revenir en haut Aller en bas
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13815
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: C R PRIMES - MORCEAUX CHOISIS   Mer 12 Nov - 8:26

la suite, la suite, la suite rires
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2490
Age : 66
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: C R PRIMES - MORCEAUX CHOISIS   Sam 15 Nov - 12:58

.

Neuvième prime : élimination de Quentin




Cette semaine, Endemol et TF1 ont de la chance (Laurence Ferrari doit être en vacances). Tout d'abord, l'audience remonte. Vendredi dernier, le Starac a repassé la barre symbolique des 5 millions de téléspectateurs. On est certes loin des audiences mirobolantes de l'âge d'or de l'émission, ou même des scores médiocres de la saison 7, mais c'est quand même 400 000 téléspectateurs de plus que le désastreux prime d'Halloween.

Ensuite, il y a eu ce débriefing ébouriffant dont j'ai fait un compte-rendu exceptionnel tellement il était mémorable par son intensité dramatique. Un mélange de vaudeville et de mélodrame avec des portes qui claques, des chaises qui volent, des élèves qui hurlent, des profs qui pleurent. Je n'avais rien vu de pareil depuis la Starac 5 et l'incident dit du violon.

Enfin, la participation de Britney Spears est confirmée. Endemol, qui compte énormément sur Brit Brit pour doper l'audience, a eu très peur quand le plus jeune de ses fils a été hospitalisé d'urgence dans un état semi-comateux suite à une intoxication alimentaire (il était allergique au poulet frit). Par chance, l'enfant est maintenant hors de danger et Britney pourra donc être présente le 28 novembre. Quel soulagement ! Si elle avait dû se décommander, la perspective n'était guère réjouissante : chacun se rappelle l'épouvantable prime "bouche-trou" de l'année dernière avec Sylvie Vartan et Pierre Perret.

Britney est en route mais elle n'est pas encore là. Et bien sûr - méchants que vous êtes - vous espérez que je vais accabler le spectacle de ce soir de sarcasmes et d'ironie facile. Eh bien non, parce qu'aujourd'hui, une élève s'est brillamment distinguée et qu'il convient de saluer sa performance comme il convient (l'ironie facile, ce sera pour plus tard, ne vous inquiétez pas).

Cette élève, c'est Joanna, celle-là même qui faisait voler les chaises et qui maudissait le ciel lors du dernier débriefing. Elle se surpasse lors de chacune de ses prestations. Pourtant, Kamel Ouali, le plus grand chorégraphe de France, lui avait concocté un tableau de derrière les fagots pour illustrer "Highway to Hell" d'AC/DC, avec un ballet endiablé assorti de jonglage avec des battes de baseball. Joanna est impériale. Elle fait le show à tout point de vue. Non seulement sa voie est assurée et son énergie intacte malgré les acrobaties mais elle danse vraiment. On retrouve un peu l'esprit des grandes chorégraphies de la Starac de jadis, quand les élèves dansaient au lieu de se contenter de bouger vaguement ou d'être transportés par les véritables danseurs.

De même, durant son duo avec Katy Perry sur la "chanson provoc" "I Kissed A Girl" (apparemment, dans le monde de Nikos, un baiser entre filles, ça choque encore quelqu'un), Joanna est parfaitement à l'aise (au niveau look en revanche, la robe moulante avec la ceinture sous les bras, mieux vaut oublier). Il y a une véritable alchimie entre les deux partenaires, à comparer avec l'ambiance glaciale des duos de Patricia Kaas, à peu près aussi cordiale qu'une statue de cire. Même le baiser final, qu'on attendait un peu au tournant, paraît très naturel. De son côté, Katy Perry n'a pas l'air de se prendre au sérieux, ni Nikos d'ailleurs. Lorsque celui-ci lui demande avec sa sagacité habituelle où elle trouve son énergie débordante, elle répond simplement : "Vous savez, j'ai 24 ans, je suis jeune, je prends des vitamines tous les matins."

Bref, bravo Joanna. Maintenant, le reste...

Tout se passe plutôt bien jusqu'à ce que Gautier, qui affecte d'ordinaire une posture "Rock attitude", s'essaie au reggae aux côtés de Shaggy. Il s'agit d'un medley de deux chansons, ce qui permet à l'adolescent chevelu de faire la démonstration de tout l'éventail de son talent : c'est affreux au début et abominable à la fin. Fidèle à ses racines rock, Gautier hurle dès qu'il en a l'occasion, ce qui est assez peu adapté au rythme chaloupé du reggae. Pour vous faire une idée, Gautier est un peu comme ce cousin demeuré ou aviné ou les deux à la fois qui pousse la chansonnette à la fin d'un banquet de mariage et que tout le monde essaie d'ignorer. Heureusement, Shaggy est d'excellente composition. Au lieu de s'offusquer de l'odieux massacre de ses chansons, il gratifie Gautier d'un salut étrange, qui consiste d'une poignée de main et d'un coup d'épaule. Trois fois d'affilée. Ça doit être comme ça qu'on maudit ses ennemis à la Jamaïque. Toujours friand d'expériences nouvelles, Nikos se précipite pour recevoir lui aussi quelques coups d'épaule. Il en est ravi : "Oh, c'est bon ça, il faut revenir, mec."

Après les aboiements de Gautier, c'est le tour des murmures d'Alice, qui sussure en souriant à Étienne Daho. Pour des raisons obscures, on a cru bon de noyer le plateau dans un épais brouillard. On se croirait dans un sauna finlandais et, ne voyant plus ses pieds, la malheureuse Alice manque s'étaler en descendant un escalier. Arrivée saine et sauve devant le jury à l'issue de sa prestation, elle se fait tacler par son ennemie jurée, la cruelle Marine Méchin, coach émotionnel de la promotion. Mais voici que, contre toute attente, les autres professeurs prennent la défense d'Alice et trouvent charmantes ses minauderies. Le ton monte entre Marine Méchin et Anne Ducros, le professeur de chant. Le public, qui déteste les deux, ne sait plus qui huer.

C'est alors qu'intervient Christophe Pinna, professeur de sport et coach mental (à ne pas confondre avec un coach émotionnel, bien sûr). On se demandait un peu ce qu'il faisait là depuis le début du prime, sagement assis à côté des élèves. Il attendait simplement le moment d'exprimer sa vertueuse indignation face aux honteux agissements de Marine Méchin. Sa réaction est complètement disproportionnée. Il y a donc deux possibilités : soit l'ancien champion de karaté a reçu un Mawashi-Geri de trop dans la face, soit c'est une nouvelle mise en scène lourdingue avec des ficelles grosses comme des câbles d'amarrage. Le sieur Pinna n'a peur de rien (et surtout pas du ridicule). Il est déterminé à dire ses quatre vérités à Marine Méchin, une personne avec laquelle "il n'a rien à partager", et ce quoi qu'il puisse lui en coûter : "J'assume mes paroles et la production assumera mon cas après. Je ne connais pas ma destinée après cette émission". Cette année, même les professeurs jouent les rebelles. Comme chacun sait, TF1 est un grand foyer révolutionnaire, où les consciences s'éveillent et se révoltent.

Dans la catégorie "Mise en scène lourdingue", il faut également ranger la réconciliation de Joanna et de Gautier à l'occasion d'un duo sur "Regarde-moi bien en face" de Gérald de Palmas. Joanna explique que le différend qui les opposait n'était qu'un grain de sable dont on a fait un himalaya. "Ce qui compte, lui répond Nikos,
c'est que vous puissiez respirer même tout en haut de l'himalaya." Mais bien sûr... On croit moyennement à cette réconciliation de façade, alors qu'il y a peu encore, Joanna hurlait sur tous les tons "Moi, je l'aime pas ce mec". Toutefois, elle est très crédible quand elle entonne au début de la chanson "Rien ne doit jamais te forcer à rester...".

À lourdingue, lourdingue et demi. À l'issue d'un duo très romantique entre Solène et Édouard - lui aussi noyé dans les fumigènes, c'est tellement plus romantique quand on ne voit rien -, Kamel demande à brule-pourpoint : "Une question : est-ce que vous êtes amoureux ?" Les duettistes répondent par la négative en s'esclaffant, ce qui n'empêche pas Nikos de revenir à la charge quelques instants plus tard : "Vous vous aimez ou c'est un jeu ?".

Toujours très à l'aise dans le maniement de la question qui tue, Nikos apostrophe aussi Patricia Kaas après son soporifique duo avec Quentin : "Qu'est-ce qu'on peut vous souhaiter ?" Patricia reste interdite. Nikos adresse alors la question à l'auditoire en hurlant : "Qu'est-ce qu'on peut vous souhaiter ?!" Naturellement, le public répond par des vagissements inintelligibles. Heureusement, Nikos parle toutes les langues et traduit les vagissements : "Que sur scène, le public soit là et qu'il vous accompagne comme il le fait depuis beaucoup de temps." Patricia Kaas appréciera sans doute le très élégant "depuis beaucoup de temps".

Nikos aime bien poser des questions. En revanche, il n'aime pas qu'on s'attarde sur son plateau. Il reste aimable quand Étienne Daho et Patricia Kaas restent curieusement plantés sur scène au début de l'émission : "Je vous libère aussi". Il est un peu plus ferme quand les académiciens traînent un peu trop à son goût après une chanson avec un "Je vous en prie" qui sonne comme un "Cassez-vous". En revanche, quand les élèves déjà éliminés débarquent sur scène et que les retrouvailles s'éternisent, le ton devient nettement moins amène - "Allez, mesdemoiselles, vous êtes en réunion de coiffure ici ?" - et il n'hésite pas à pousser franchement les derniers égarés.

Mais voici qu'arrive le moment fatidique. Et c'est Gautier, le plus rebelle des rebelles de son quartier, qui est sauvé par les téléspectateurs à une écrasante majorité. Il recueille 47,5 % des suffrages, contre 33 % à Quentin et 19,5 % à Anissa. Cette dernière sera ensuite sauvée par les élèves. Joanna, la seule à avoir voté pour Quentin, s'effondre alors en larmes. Il n'y a pas de doute quand à la sincérité de sa réaction, qui contraste cruellement avec les mises en scène ridicules qui ont précédé. La fin du prime en devient même inhabituellement dramatique et émouvante.

Elle est vraiment forte, cette Joanna.

Kevin Moulback
Revenir en haut Aller en bas
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13815
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: C R PRIMES - MORCEAUX CHOISIS   Sam 15 Nov - 14:12

Pour une fois, je ne suis pas du tout d'accord avec Kevin concernant la prestation de Joana sur AC/DC. Je pense que ce monsieur n'a jamais écouté la version originale de ce morceau symbolique du rock and roll.

Voici d'ailleurs une video de cette interprétation :


On constatera qu'elle requiert tout, sauf une VOIX comme celle de Joanna.

Je n'ai pas du tout aimé cette nouvelle tentative de détournement des genres.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13815
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: C R PRIMES - MORCEAUX CHOISIS   Sam 15 Nov - 21:05

STAR ACADEMY 8 : « Tout le monde il est beau, tout le monde il chante bien ! » 15 Novembre 2008
Comme c’est chou : les cinq survivors postulants au titre de « star » accueillent en chansons les convives du jour : Patricia Kaas Mon mec à moi, Etienne Daho Mon manège à moi, et Natasha St-Pier Tu trouveras...et les Katy Perry, Shaggy, et autre Pascale Picard se brossent : bonjour à tous !
Le temps de nous introduire les profs-instituteurs et l' avenante coach-pitbull Marine Méchin, Nikos chante haut la gloire des nominés Gautier, Quentin et Anissa, lesquels seront les derniers poilus de l’année : en effet, tous les bambins passent à la casserole dès la semaine prochaine, et le public, avec de la m..ou pas dans les oreilles (featuring la jurée des jurée tv Marianne James), sera désormais souverain !

Natasha St-Pier, « la quebecquoise préférée des français », selon Nikos qui pommade de la sorte toutes les choristes du grand nord américain, cette chère petite donc, par ailleurs grande interprète d’Obispo (il en faut), nous reflue un revival un peu rance, Mourir demain, que-y’a-des-chansons-qu’on-est-bien-content-quand-la-mode-est-passée ! 15,3 pour le lycéen Edouard, choriste sur l’affaire.
Joanna, tète de gondole des apprentis cette année, est énervée, tourmentée, tracassée : elle a chuchoté à sa copine que le cancre Gautier, en plus de chanter avec autant d’harmonie qu’une fuite de bidet, était « un parasite » ! Ouuuuh ! Et on l’a répété au mou Gautier ! Ouuuuhhhh ! Oui, oui… ca va…je sais…c’est le degré zéro de la langue de p…! Mais les temps sont durs et la prod sème la discorde avec ce qui lui tombe sous la dent ! Kamel a donc tricoté un tableau pour furie pour l’asticotée Joanna sur Highway to hell, des grands métaleux AC/DC. Sur une chorée de matraques, et toute de cuir corsetée, l’élève nous décolle direct de nos banquettes ! Sérieux : si on fait son Dove (Attia) et qu’on ferme les yeux, éliminant ainsi tous les parasitages kameliens, la voix est démente d’intention et de force : 17.3 pour la future championne du programme ! « Et c’est pas comme ces artistes français qui ne bougent pas… » ! Même quand elle complimente, la coriace Marine Méchin insulte quelqu’un d’autre au passage ! Cocasse ! Daho, qui pratique autant la chorée hystérique sur scène qu’un escargot la muscu des deltoïdes, appréciera en coulisse…

Et c’est le rangement de troupe et l’ordonnancement de la semaine : 5 Solène, 4 Alice, 3 Edouard, 2 Michels, 1 Joanna. Passons.
« Solène va chanter un succès mondial de celle qui nous manque depuis 4 ans : Patriciiaaa Kaaas », mugit Nikos ; déjà 4 ans ?! Force est de constater que l’on s’habitue bien à ne plus l’entendre, le succès mondial en question : Mademoiselle chante le blues ! Mais que c’était lent, le blues français, dans les années 80….Une fin fortuite en bop rapide nous sauve du coma et saisit les profs, la bave du sommeil aux bords des lèvres : 15 ! « Et ben, moi j’aurais mis 12…c’était longuet… » ! Clarifie Marine-Vador ; patience, la grogne monte….
La superstar Shaggy vient distiller son nonchalant et voluptueux ragga-dance-macho-sexy avec le nominé Gautier, lequel fait un Mister lova en manque de vécu et un Bombastic de collège surnoté : 15 ! L’acérée Marine n’arrive même pas à l’insulter !

Car elle est là pour ça, la Sith Méchin, pour engendrer zizanie, fâcheries, querelles, et grabuges sur le prime ! Avec pour devise, « la compassion, c’est la passion des cons » (Énorme ! Notez-le !), elle balance, sans ménagement et le sourire aux lèvres, tous leurs carences et tares aux candidats ! Un bonheur de sadisme, au pays merveilleux de la télévision ! Et Nikos est joueur : " et Alice, elle progresse, Alice ?" " Ben….j’ sais pas.. " Attention, Marine, certains ont été brulés au bûcher du jeu de la vérité...
C’est le très classieux Etienne Daho qui offre à la progressante Alice, la merveille de Gainsbourg Boomerang ; bien pâlichonne, Alice, dans le rôle de l’habitée Danny : 14.7 ; et ça ne loupe pas pour la querelleuse Méchin: « ouais…c’était bien, c’était gentil...Mais bon…. ». Et c’est alors la débandade : ça se fritte ! Les professeurs émérites, se sentant offensés dans leur enseignement ( rien que ça !) défendent ardemment la gamine (même s’ils lui ont mis une caisse !). Le pompon arrive par le coach gymnaste Pinna, lequel se prend tout droit le jogging dans le piège de la prod, et s’empoigne avec la Zémour de TF1 : «...on ne doit pas déstabiliser un artiste…la prod réglera mon cas…je n’ai rien à partager avec cette personne…» ! Tout en jetant un Daho interloqué vers les coulisses, Nikos sourit jaune : « et s’il y a polémique, c’est qu’il y a talent » ! Rien que pour ces aphorismes, Nikos, tu nous manqueras l’an prochain…

L’embrouille continue avec Joanna et Gautier : la prod se joue de leurs gamineries et les fait se tourner autour sur Regarde moi bien en face (De Palmas) ; Gautier, « qui n’accepte pas la critique et ne comprend pas toujours ce qu’il chante » dixit les sous-titres, pirouette encore…
Le poucet Quentin a toujours l’air d’avoir tous les fléaux mondiaux écrasés sur ses godillots ! Et ce soir, il touche le gros lot : nominé, il se pèle le tout nouveau tout chaud Patricia Kass qui nous propulse loin…loin…en arrière dans les années 19..50 ; 15.8 pour le voyageur dans le temps, mais plus dure sera la chute…en 2008 !
Sans transition aucune, un tableau africain emporte les compétiteurs en collégiale ; et ça s’agite en peaux de bêtes sur Le lion est mort ce soir et Saga Africa (et un titre de Myriam Makéba ...non ?...ben non !) jusqu’à ce que Julie-la( vraie)-tigresse, sous anxiolytiques, sorte de sa cage...pour manger Marine Méchin ? C’est vrai qu’on ne l’entend plus...

Anissa est La bonne élève ; mais tout arrive, même une nomination, et ça se paie cher : la chérie partage une Obispade de fond de tiroir avec Natasha st Pier, préposée à l’Arcachonnais ; un 15.8, en bonne écolière.
« Mais..mais..Raphaël, vous si fringant, d’habitude …vous boudez ce soir ? » S’alarme l’infirmier Nikos ! « Ben cé soirrr, ça fait la guerrila, pas l’amuuur… » Oh, le pauvre….C’est fini, elle est partie la vilaine Marine qui-faisait-que-dire-la vérité ! Maintenant, « tout le monde il est mignifico… » !
Alors que Solène et Edouard jouent les amoureux et fusillent leur vie privée respective sur un J’me sens pas belle, des princiers Ringer/ Lavoine, dans un décor floral très enfumé par le metteur en espace Ouali, la déjantée californienne Katy Perry, prem’s des téléchargements des sonneries de portable (sans rire ?!) et aussi en trempage de culotte dans des gâteaux géants de chantilly (voir les Closer, Voici…pour les curieux lubriques)..) aux States, la presque déculottée, donc, s’exhibe ce soir tout en « moulue-décoltue et court-vétue » et rougit sur « I kissed a girl et I like it » alors que ses parents sont tous deux pasteurs ! Pas vrai ??!! Choqués, nous sommes, dirait Yoda-Méchin ! Ah, il s’en passe de belles à L.A. !! Déchiré par Joanna, le titre calibré au cordeau fonctionne sec, et Nikos part en vrille devant l’impudente Américaine qui embrasse à tout-va : « may I raccompagne you ? » ! Fugace moment de fraicheur…

« Nooon, riiien de riiien , nonn, je ne regrette riiienn ! Ni le biiien, ni le maaal… » : les trois punis Gautier, Anissa et Quentin, nous plombent la soirée avec un Piaf de catacombes, titre qui convient au sieur Gautier autant que lui sied la psychologie…mais…joie ! Les virés (sauf Yvane, qui boude) sont de retour et inondent le plateau de mielleuses et interminables embrassades bien mouillées ! Et l’un de faire sa pub..et l’autre d’ânonner dans le micro ! Et Nikos de choper le bouilli et de jouer les videurs : « Allez ! C’est pas un salon de coiffure ici ! » Ah ! Ces enfants-rois !
Il est vrai que « la quebecquoise préférée des français Natasha St Pier » (lol) polke pour babiller avec toutes les ultimes donzelles de l’Academy l’inchantable Louxor du génie Katerine ! Et ça pulse, surtout grâce à la chorée improbable des inspirées plasticiennes-performeuses belges Les Vedettes, créatures-majorettes particulières de Philippe Katerine !

Juste avant la quille, une certaine canadienne Pascale Picard vient remiser « la quebecquoise préférée des français Natasha St Pier » (oui, j’ai le gag récurrent… ! ) au fin fond du placard de la ringardise avec Gate 22, un folk très frais au texte dense et pensé, aux allures d’un Alanis Morissette de grand cru ; et c’est Mikels qui kiffe : 15.8.
Moins frais, l’hymen Chante est vite hurlé avant que Etienne Daho ne nous baigne d’une ouate sonore bienvenue ; et c’est….Gautier dont le public a entendu la prière pourtant un peu râpeuse à nos esgourdes, avec …non !..Si ! Plus de 47% des votes ! A faire regretter à Quentin (33%) et Anissa (mois de 20%) de chanter juste….
Échouant aux portes de l’enregistrement de l’album starac 2008, Quentin, chassé par ses camarades, va frapper tristement à celles des Assedic. Vendredi prochain, deux autres le rejoindront avec leur feuillet jaune….

Par Cathy
http://www.realtvfr.net/news_2679_«_tout_le_monde_il_est_beau_tout_le_monde_il_chante_bien_».htm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: C R PRIMES - MORCEAUX CHOISIS   

Revenir en haut Aller en bas
 
C R PRIMES - MORCEAUX CHOISIS
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» C R PRIMES - MORCEAUX CHOISIS
» Les petits morceaux
» La chasse aux chasseurs de primes est ouvertes
» yaourts avec morceaux de fruits à 0%
» Solde et primes outre mer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: ENTRE MEMBRES :: COIN DETENTE :: LA TELE REALITE :: LA STARAC 8-
Sauter vers: