H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LA STAR ACADEMY : PRESSE ET LITTERATURE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9685
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: LA STAR ACADEMY : PRESSE ET LITTERATURE   Jeu 18 Sep - 21:25

Enquête : la Face cachée de la Star ac, de Geneviève Petit, éd. Patrick Robin. Sortie le 14 janvier. Déferlante médiatique autour de la "Star academy"

Tous pour la Une, la une pour tous Rolling Eyes
Jamais émission n'a autant cartonné. Pour entretenir ce succès, TF1 alimente la presse en rebondissements ou rumeurs. Et vice versa. Une super-manne !


Pendant quatre mois, ils ont fait la une : Grégory et « son émouvante histoire », Mathieu et « sa douleur secrète », Sandy et Sofiane « fous amoureux » ou Enrique « le roi du piston ». Pendant quatre mois, les radios des jeunes, la presse télé et people et les sites Internet ont vibré au rythme des péripéties de la Star academy, relayant le moindre micro-événement de cette vie en vase clos, rythmée par les cours et les prime times du vendredi soir. On pouvait penser que pour sa quatrième saison, la recette émotions-paillettes-trémolos-éliminations commencerait à lasser. Au contraire. Soigneusement orchestré par TF1 et le producteur Endemol, le feuilleton Star ac s'impose comme l'événement médiatique de la rentrée, avec cent soixante couvertures de magazines en trois mois, des audiences en hausse (6,9 millions de téléspectateurs en moyenne pour l'émission hebdomadaire du vendredi soir), des produits dérivés à gogo et des tarifs de pub qui explosent. Alimenter sans faiblir cette saga au long cours nécessite une organisation sans faille et une stratégie de communication béton. De l'art et la manière de transformer un simple programme télé en déferlante médiatique et commerciale.



Leçon 1. Toute la France tu fédéreras cheers

Pour rentabiliser un concept en or, il faut d'abord... un concept en or. Et sans aucun doute, la Star ac en est un. « C'est devenu le programme le plus fédérateur de la télé française, constate Philippe Bailly, président de NPA Conseil, spécialisé dans l'étude du PAF. Il réunit devant l'écran les parents et les grands-parents - qui fredonnent les chansons des invités vedettes du prime time - et les jeunes qui suivent la vie des élèves dans le château de Dammarie-les-Lys. » Avec Michel Sardou comme parrain, un élève rappeur pour assurer l'ambiance, des « djeunes » en string et un répertoire ultra-classique, la Star ac brasse large. Et se décline sur tous les modes : téléréalité, feuilleton, variétés, etc.

Pas étonnant que les médias s'emparent massivement d'un phénomène capable d'attirer si vaste public. « Une branche entière de la presse vit désormais de la Star ac et de ses dérivés, se réjouit-on à TF1. Les journaux télé sont devenus l'arrière-cour de l'émission. » Dans les rédactions, le constat est unanime : après la mode des boys bands, ce sont désormais les héros de proximité qui font recette. « L'année dernière, j'avais réussi à décrocher une exclusivité sur Madonna, témoigne Philippe Warrin, photographe de l'agence Sipa. Et à la même période, je couvrais la Star ac.

Lorsque les vendeurs de mon agence se pointaient dans les rédactions avec mes photos, les rédac chefs disaient : "Madonna, c'est bien, mais vous avez quoi sur Michal et Elodie, les deux finalistes ?" »

Il faut dire que « l'effet Star ac » est imparable : grâce à des couvertures comme « Sexe, mensonges et trahisons : tous les potins de la Star ac » ou « Les nouveaux bonheurs de Jenifer », le journal people Gala a rajeuni son lectorat et boosté ses ventes de 12 % en trois ans. L'année dernière, les photos des académyciens ont régulièrement permis aux mastodontes du secteur - Télé 7 jours ou Télé Star - de vendre 30 000 exemplaires de plus en kiosque. TF1 et la presse, c'est donc une grande histoire... d'intérêts bien compris. Car pour la chaîne aussi, la presse est indispensable. A eux seuls les magazines dits « familiaux » (Télé 7 jours - 2,2 millions d'exemplaires -, Télé Star - 1,8 million -, etc.) assurent les trois quarts de sa visibilité médiatique. TF1 a donc tout intérêt à superviser la manière dont son produit est exposé dans cette fameuse vitrine.



Leçon 2. Toute la communication officielle tu verrouilleras :confused0053:

Star academy, c'est avant tout un feuilleton télé qu'il faut entretenir sur la longueur, avec des rebondissements, des amourettes, des trahisons... La manière dont cette aventure en vase clos est présentée, scénarisée, montée, se révèle donc déterminante : « Il y a des candidats plus médiatisés par la production que d'autres, reconnaît-on à TF1. Il faut faire vivre les héros au sein du château. On raconte une histoire, un feuilleton du réel, à partir des défauts et qualités de chacun. Ensuite, aux journaux de suivre. »

Comme chaque année, le « casting » de l'émission offre un panel de personnalités suffisamment variées pour intéresser tous les titres. Francesca, la Corse sexy, correspond pile-poil au lectorat plutôt masculin de VSD. Lucie, la petite fille sage, au public teen-ager de Staracmag, le magazine de TF1... Sans oublier Grégory, le jeune candidat atteint de mucoviscidose qui focalise l'attention de tous : pas une semaine sans qu'un journal se penche sur ce jeune Savoyard « programmé pour gagner », présenté comme le vainqueur potentiel. Une image soigneusement entretenue lors des résumés quotidiens concoctés par TF1 et du prime time hebdomadaire : Greg est un élève exemplaire, toujours félicité par les profs, aimé des autres élèves, déconneur juste ce qu'il faut...

Mais pour alimenter la grande machine médiatique, TF1 et Endemol disposent surtout d'une carte maîtresse : le contrôle de « l'image officielle Star ac ». Dans la presse magazine, la photo, c'est le nerf de la guerre. Sans illustration, les textes ne valent pas grand-chose. Chaque année, TF1 confie l'exclusivité des photos de la Star academy à l'agence Sipa, qui gère les reportages avec chaque titre de presse : 33 % des bénéfices générés par les clichés lui reviennent, le reste étant réparti à égalité entre TF1 et Endemol d'une part, et les candidats d'autre part. En tout, cinq photographes couvrent l'émission, et pour la première fois cette année, un studio a même été aménagé au château. Cette centralisation permet à Sipa et TF1 de « rationaliser » le feuilleton Star ac, de répartir les infos et les clichés en fonction d'un plan média bien étudié. « On organise la concurrence et on maximise la couverture médiatique, explique-t-on à TF1. Il faut que chaque journal soit jaloux de l'autre. »

Dans ce système bien huilé, les journaux ont une marge de manoeuvre réduite : « Il arrive que TF1 ne donne pas suite à l'une de nos demandes. Et la semaine d'après, on retrouve le sujet que l'on voulait traiter en couverture d'un concurrent à plus gros tirage ! », s'énerve une journaliste d'un magazine télé. « L'année dernière, il était évident que Sofia sortait du lot. Mais les vendeurs de Sipa venaient nous voir et disaient : Tu sais, il faut s'occuper d'Elodie ! », raconte un journaliste people.
De manière plutôt paradoxale, la presse contribue à alimenter la surenchère : les journaux payent pour faire réaliser leurs idées, mais n'ont pas toujours la possibilité d'en conserver l'exclusivité. Une fois le sujet réalisé, un simple changement de fond de décor suffit à modifier la prise de vue, qui peut être vendue à un autre magazine... Tout bénef pour l'agence. D'autant que sous l'effet de la surenchère les prix s'envolent. En moyenne, l'ensemble des photos « couverture et quatre pages intérieures » se monnaye entre 7 500 et 20 000 euros (et jusqu'à 45 000 euros au moment de la finale).

Si l'objectif est de rentabiliser au maximum le label Star academy, tous les journaux ne sont pas traités de la même manière. « Sipa va dans le sens de TF1 et ne s'associe pas à ce qui porte tort à l'émission », explique un commercial. Les vendeurs se renseignent ainsi sur le contenu des articles. Les titres jugés crapoteux (Ici Paris, France dimanche) sont exclus. D'autres, comme Voici, sont régulièrement privés du robinet à images : « Jusqu'à l'année dernière, Sipa acceptait de nous vendre des photos, témoigne son rédacteur en chef, Hedi Dahmani. Cette année, elle refuse. Du coup, on a tendance à utiliser des captures d'écran ou des archives. »

Mais la maîtrise de l'image Star ac ne passe pas seulement par la photo. En véritable tour-opérateur de la communication, TF1 organise et balise tout un circuit officiel : dans le château, interviews par téléphone supervisées par un attaché de presse ; à la sortie, passage obligé dans La méthode Cauet sur TF1, sur NRJ ou Europe 1. Les journalistes déjeunent régulièrement avec les attachés de presse de TF1 et Endemol, discutent ensemble des sujets et des angles. Les papiers un tant soit peu critiques (« Les sept péchés capitaux de la Star ac 2004 » dans Télé2semaines, « Star ac : les images censurées par la prod » dans Télé Star...) donnent lieu à un coup de fil énervé de TF1. « Mais dans l'ensemble, la plupart des magazines télé et de la presse des jeunes ont une attitude de fan », analyse Mathias Gurtler, journaliste à VSD. Et si censure il y a, il s'agit avant tout d'une autocensure : « Les journaux savent très bien ce qu'ils doivent traiter, selon leur positionnement, leur lectorat », renchérit Emmanuelle Dufaure, de Gala. Par exemple au magazine people Public, on assume totalement une ligne « premier degré ». « Nous travaillons main dans la main avec TF1, explique Nicolas Pigasse, directeur de Public. Si TF1 nous demande de relire les papiers, pas de problème. On s'est positionné pour bosser avec eux. L'important pour nous est d'avoir des histoires à raconter ! »

.../... cherry
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9685
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: LA STAR ACADEMY : PRESSE ET LITTERATURE   Jeu 18 Sep - 21:26

Leçon 3. De l'influence des médias tu profiteras heureux

Les médias ne se contentent pas d'être des relais, plus ou moins complaisants : ils revendiquent une véritable influence sur l'émission. « Nous sommes devenus des acteurs parallèles de la Star academy », affirme le directeur de Télé 7 jours, Patrick Mahé. Jean-Marc Morandini, animateur d'une émission quotidienne consacrée aux médias sur Europe 1, se dit lui aussi convaincu d'avoir joué un rôle dans nombre des rebondissements, dont « l'affaire Enrique » (l'un des candidats qui se montrait violent envers les filles au château) : « On a reçu des centaines d'appels d'associations de femmes battues et on a fait monter la mayonnaise. Finalement, TF1 a dû réagir. » C'est ainsi qu'on a pu voir Gérard Louvin, le directeur du château, reprendre sévèrement Enrique, avec trois jours de retard sur le dernier incident...

A Télé 7 jours, on ne cache pas non plus sa fierté d'avoir « fait basculer le résultat de l'émission lors de la saison 2, en misant sur Nolwenn, alors qu'elle n'était pas du tout valorisée par TF1. On a fait un sondage et découvert qu'elle écrasait Emma. Endemol nous a appelés, ils ne voulaient pas le croire ! A partir de là, l'émission a changé, Nolwenn a été mise en avant. Et quinze jours après, les photographes de Sipa sont arrivés avec des séries de photos d'elle, qu'ils n'auraient jamais faites avant. » Foutaises, rétorque-t-on à TF1, « c'est Alexia Laroche-Joubert qui a fait gagner Nolwenn en la nominant. Ils se targuent d'être les deus ex machina de la téléréalité, normal, ils ne vont pas scier la branche sur laquelle ils sont assis. »

Mais TF1 a beau dire, le résultat est là. Faire participer tout le monde à la grande famille Star ac : on ne pouvait rêver mieux pour s'assurer une couverture maximale. TF1 et Endemol ont conçu une oeuvre quasi collective, qui se nourrit de toutes les sources et où producteurs et médias s'influencent les uns les autres. Les nombreux sondages, forums et courriers sur Internet et dans la presse fournissent un excellent indicateur de la popularité des candidats... sans que TF1 ait à débourser un seul euro en étude. « La production reprend même, par moments, nos angles dans les résumés quotidiens, constate Emmanuelle Dufaure à Gala. C'est normal, au bout de quatre ans, tout le monde s'épuise... »

« Nous, cette année, on n'a plus besoin d'acheter la presse ! », se moque le cofondateur de bof. Et pour cause, avec deux animateurs postés en continu devant le « live » de la Star ac (vingt-deux heures quotidiennes diffusées sur le câble et le satellite) et assistés d'un bon réseau d'informateurs, ce site Internet est devenu une mine de renseignements pour l'ensemble des médias qui cherchent à contourner la communication « officielle ». « On retrouve nos comptes rendus réinterprétés à la sauce du journal ! On a même reçu des mails d'Endemol nous disant qu'on leur faisait gagner 20 % de leur temps pour construire la quotidienne ! »



Leçon 4. Toute critique tu récupéreras phone

Si TF1 et Endemol ne maîtrisent pas tout, face à la déferlante médiatique, la chaîne a perfectionné l'art de la récupération. Désormais, tout est bon... du moment qu'on alimente le bruit médiatique : les rumeurs comme les fuites, les éloges comme la dénonciation, une couverture dans Télé Loisirs comme six pages dans Télérama... « Quoi qu'on fasse, il nous est impossible de maîtriser la communication négative !, explique la chaîne. Et ce qui compte aujourd'hui, c'est le niveau de couverture par les médias. Ils font office de caisse de résonance et racontent tout ce qu'on ne peut pas dire à l'antenne. Tout le monde a droit à quelque chose, c'est dans notre intérêt. »

Dans le système Star ac, polémiques, indiscrétions et rumeurs abondent. « Il y a souvent des documents qui disparaissent à Endemol », s'étonne la productrice Alexia Laroche-Joubert. Les fuites sont pourtant rarement gênantes : elles permettent d'entretenir la mythologie Star ac dont la presse est si friande : (« Tout ce qu'Endemol vous cache ; Comment les votes sont bidonnés ; Pourquoi TF1 veut que Grégory gagne »). Résultat, les mesures de rétorsion ne durent jamais longtemps. Peu importe qu'on jette les candidats en pâture, qu'on dévoile leurs secrets de famille (cf. l'abondance de couvertures sur « le vrai visage des staracadémyciens »...) ou que ces mêmes élèves dénoncent les procédés de montage d'Endemol. Même VSD, qui s'est fait une spécialité avec ses enquêtes sur les « dessous » de la Star ac, a fini par travailler en harmonie avec TF1 et Endemol. « Sur la saison 2, on avait été interdit de photo à cause d'un papier ("Petits arrangements avec la réalité") qui les avait agacés, se souvient Mathias Gurtler. Maintenant, ils ont intégré ce genre d'article. Ils m'ont même autorisé à passer deux jours au château, avec accès à tout sauf à la salle CSA (la seule exempte de caméras) et à la régie centrale. On a une vraie liberté d'enquête, sauf quand on s'attaque à l'entreprise... Là, ça bloque. »

Même constat du côté de bof, qui pointe du doigt les combines de montage, les exemples de censure et n'hésite pas à dévoiler fiches de casting et autres documents. Le tout dans une relative tranquillité : après avoir été menacée de procès par Endemol en novembre dernier, « pour contrefaçon et parasitisme commercial », l'équipe a aussitôt reçu un coup de fil d'excuses d'Alexia Laroche-Joubert, offrant de les rencontrer... « On leur rend service, reconnaît Didier, cofondateur du site, dans la mesure où on ne se censure pas, ils peuvent à travers nous faire passer des informations qu'ils ne pourraient pas donner dans la quotidienne ou le prime ! »



Leçon 5. ... et du second degré tu te nourriras :043:

Et puis, Star ac surfe à merveille sur l'époque : les concepteurs de l'émission ont compris que les téléspectateurs étaient des enfants du zapping, habitués au décryptage et au second degré. Ils accompagnent le mouvement pour mieux le rendre inoffensif. Après avoir été la risée du 6/9 sur Skyrock, le présentateur vedette de la Star ac, Nikos - « on l'appelait Mykonos, on se moquait de lui... », raconte l'animateur Difool -, a trouvé la parade de choc : participer directement à l'émission. Tout le monde s'y retrouve. Skyrock se réjouit que « ça change du côté lisse habituel : Nikos rentre dans nos délires, déconne sur le prix des SMS, dit des choses qu'il ne dirait jamais pendant l'émission ». Et TF1, bien entendu : « Skyrock a été pour nous une formidable caisse de résonance. »

Même son de cloche du côté de NRJ, qui fait un carton chaque matin avec le classement des « plus grosses bafouilles » de Nikos ou sa caricature de l'hymne officiel de la Star ac 4. Un parfait quadrillage marketing : tandis que les moins de 10 ans achètent les singles des staracadémyciens, les ados se ruent sur les versions parodiques... Traditionnellement, la dénonciation, le second degré représentaient de vrais contre-pouvoirs, capables de faire baisser une audience. Depuis l'explosion de la téléréalité, ils sont devenus « des alliés de la réussite audimétrique et économique de TF1 et d'Endemol, résume la sociologue Valérie Patrin-Leclère. La critique n'est jamais subie, mais accompagne le programme comme une musique orchestrée, aussi dissonante soit-elle... Du point de vue des experts de l'audience, tout est bon, quelle que soit la posture du récepteur, qu'il collabore, dénonce ou négocie le code. » Les animateurs de NRJ peuvent tranquillement continuer à chanter :

« A Dammarie, y a de faux rebelles

Qui chantent comme des pelles

J'voudrais changer d'chaîne

Chaque année, c'est d'pire en pire. » fou



Hélène Marzolf et Weronika Zarachowicz
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9685
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: LA STAR ACADEMY : PRESSE ET LITTERATURE   Jeu 18 Sep - 21:37

1 LIVRE Etoile

L'histoire de ce roman a pour décor un lieu et un format qui pourrait etre celui de la starac .... wink3 son auteur connait bien la musique il s'agit de RICHARD SEFF un auteur compositeur celebre.


Richard Seff ⭐ LA DECADANCE CHEZ FLAMMARION

{mardi 22 février 2005]





Monique Giroux s’entretient avec Richard Seff, auteur-compositeur, auteur du roman La décadanse.

«Je n’ai pas toujours été comme ça, tu sais...» Le roman de Richard Seff débute par la confession de Vincent. Ce jeune Toulousain est devenu une star à la suite de sa participation à une émission de téléréalité. Devant les caméras, il est tombé amoureux de Chloé, musicienne comme lui. Ils ont même enregistré un tube: une reprise de La décadanse de Gainsbourg-Birkin.

Le marketing avant la création
«Il n’y a plus de recherche artistique.» Richard Seff brosse un tableau sarcastique de notre époque, où la chanson est devenue un produit jetable. Richard Seff connaît bien le milieu puisqu’il a travaillé avec Mike Brant Axelle Red et Jean-Jacques Goldman. Avec Francis Cabrel,etc il a créé les Rencontres d’Astaffort en 1994. La décadanse est son premier roman: un brûlot qui décrit comment le marketing est en passe de détruire la création.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13157
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: LA STAR ACADEMY : PRESSE ET LITTERATURE   Lun 20 Oct - 11:56

LE CANDIDAT IDEAL

http://www.tv-grandes-chaines.fr/contenu_editorial/pages/toute-la-tele/907-nikos-dresse-le-portrait-du-candidat-ideal




Il n'y a pas quelqu'un qui a été zappé ? scratch
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2417
Age : 66
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: LA STAR ACADEMY : PRESSE ET LITTERATURE   Mar 18 Nov - 22:34

.
STAR ACADEMY : QUE SONT-ILS DEVENUS ?

http://www.tele7.fr/tv/tout-sur-la-tv/star-academy/star-academy-que-sont-ils-devenus


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LA STAR ACADEMY : PRESSE ET LITTERATURE   

Revenir en haut Aller en bas
 
LA STAR ACADEMY : PRESSE ET LITTERATURE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LA STAR ACADEMY : PRESSE ET LITTERATURE
» Star Academy : Le retour !
» DECES GREGORY LEMARCHAL STAR ACADEMY
» Star academy 9 sur NRJ 12
» l’hôtel de Brossier de la star académy 8

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: ENTRE MEMBRES :: COIN DETENTE :: LA TELE REALITE :: LES EMISSIONS DE TELE REALITE-
Sauter vers: