H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ETIENNE DAHO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2381
Age : 65
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: ETIENNE DAHO   Ven 8 Aoû - 13:08

.

ETIENNE DAHO






Chanteur français, compositeur et producteur, Etienne Daho est né le 14 janvier 1956 à Oran.

Son timbre de voix particulier, très bas, presque dans un murmure, non pas sans rappeler Leonard Cohen ou Chet Baker, et sa musique ont fait de lui une icône pop.
Parmi ses influences, il cite Serge Gainsbourg, the Velvet Underground, The Beach Boys et Syd Barrett.

Tous ces albums ont été disque d'or ou de platine, y compris « Mythomane » en 1981, « La Notte, la Notte » en 1984, « Pop Satori » en 1986, produit avec le jeune William Orbit (producteur du « Ray of Light » de Madonna), « Pour nos Vies Martiennes » en 1988 et le double album de platine « Paris Ailleurs » en 1991, enregistré à New York.


Non seulement Etienne Daho vend des millions de disques dans son pays, la France, mais il est également connu outre Manche depuis son featuring sur le single de Saint Etienne, « He's on the Phone », qui n'est rien d'autre qu'une adaptation en anglais de son tube en français « Weekend à Rome ».


Etienne Daho a aussi collaboré avec Saint Etienne sur l'EP « Reserection », son album « Eden », et son tube « Le Premier Jour »

Etienne Daho a souvent collaboré et produit d'autres artistes pour la scène et en studio. Il a notamment participé aux albums d'Arthur Baker, Air, Working Week, le groupe new wave des années 1980 The Comateens, Jane Birkin, Marianne Faithfull, Françoise Hardy et bien d'autres encore.

Quant à son travail, il a souvent été remixé par des groupes tels que Air, Fischerspooner, Amon Tobin et William Orbit.






« Eden », son album sorti en 1996, est composé d'un panel de chansons électro comprenant des ballades lentes, des morceaux drum'n'bass, et des titres très dance.

On peut entendre son duo avec Astrud Gilberto (« Les Bords de Seine ») et il est accompagné des Swingle Sisters sur « Timide Intimité ».

Les choeurs de nombreux morceaux sont exécutés par Lyn Byrd des Comateens, Sarah Cracknell (qui a co-écrit « Les Passagers ») et Elli Medeiros.

« Eden » a été réédité pour le marché anglophone : l'album d'Etienne Daho a plu à la critique, notamment la chanson « A New World », qui n'est autre que la version anglaise de « Au Commencement ».

Etienne Daho a d'ailleurs donné plusieurs concerts à guichets fermés sur le sol britannique.

Après avoir sorti une compilation de ses meilleurs tubes « Best of Singles » (1998) qui devint double platine, Etienne Daho troquait l'électro contre un son plus orchestral sur le numéro 1 « Corps et Armes » (2000), n'hésitant pas à utiliser toute une batterie d'instruments traditionnels tels que le piano, la guitare acoustique, le cor...


Sur un des titres, « Make Believe », Etienne Daho fait un duo avec Vanessa Daou. L'album comporte également les titres « Le Brasier », « La Baie » et le chef d'oeuvre « Ouverture ».

Etienne Daho change encore une fois d'instruments pour la sortie du très sombre « Réévolution » (2004), sur lequel il utilise des guitares électriques.
Il sort le tube « If » avec Charlotte Gainsbourg, ainsi que « Retour à Toi », un morceau influencé par Phil Spector, et « Les Liens d'Eros » avec Marianne Faithfull.


En 2005, Etienne Daho sort son album live « Sortir ce Soir », qui rassemble quelques uns de ses meilleurs titres en concert : « Duel au Soleil », « Epaule Tatoo », « Comme un Igloo », « Tombé pour la France », « Saudade »...

Il travaille actuellement sur un projet avec David Roback de Mazzy Star et sur un nouvel album.

Pour ses pochettes d'album et ses clips vidéo, Etienne Daho fait toujours appel à ses amis Pierre et Gilles, Michel Gondry, Nick Knight, Jean-Pierre Jeunet, Inez van Lamsweerde et Guy Peellaert.

http://www.web-libre.org/dossiers/etienne-daho,525.html




[center]


BIOGRAPHIE

Etienne Daho a vécu jusqu'à l'âge de 8 ans à Oran (Algérie). Son quotidien est partagé entre l'insouciance de la vie au bord de mer et l'horreur de la guerre d'Algérie. Abandonné par son père, il passe de longs mois sous les tirs d'artillerie avant de regagner la France en septembre 1964.

Il passe son enfance et son adolescence avec sa mère et ses deux sœurs à Rennes où il fait sa scolarité. Sous l'influence musicale de ses sœurs aînées, il découvre alors la Pop anglaise et les artistes de la Motown. La musique devient véritablement sa passion grâce à l'achat de deux disques : The Velvet Underground And Nico (dont la pochette l'intrigue) et le premier album de Pink Floyd (The Piper at the Gates of Dawn), qui lui permettra de découvrir Syd Barrett.

Il s'intéresse alors fortement à la musique et notamment au rock. Ses goûts musicaux vont de Serge Gainsbourg au Velvet Underground, des Beach Boys à Syd Barrett. Il fait des études d'anglais et séjourne très fréquemment à Londres et à Manchester, pour y travailler et assouvir sa passion de la musique. Il y découvre la scène punk en 1976 et commence à écrire des chansons.

Les débuts

Alors qu'il est étudiant, Étienne Daho fait partie de l'entourage d'Hervé Bordier (le futur créateur des Transmusicales de Rennes), qui à l'époque organise des concerts ou des expositions. Il en profite pour créer une association afin d'organiser un concert des Stinky Toys pour son anniversaire. Le concert lui permet de rencontrer Elli Medeiros et Jacno et une solide amitié va se nouer entre eux.

Encouragé par ses amis des groupes Marquis de Sade et Stinky Toys, il fait ses débuts sur scène aux Transmusicales de Rennes avec le groupe Entre les deux fils dénudés de la dynamo en 1979, puis en solo en décembre 1980.

Il enregistre une maquette de 5 titres avec l'aide de Franck Darcel et des musiciens du groupe Marquis de Sade et démarche les maisons de disques.
Il est alors repéré par la maison de disques Virgin et devient la première signature française du label.


L'enregistrement de son premier album, Mythomane (1981), a lieu à Paris avec les musiciens de Marquis de Sade et Jacno à la production.

L'album obtient de bonnes critiques dans la presse spécialisée, mais n'obtient qu'un succès confidentiel (il sera disque d'or quinze ans plus tard).

Étienne Daho enregistre alors un nouveau single Le Grand Sommeil, dont le succès lui permet d'enregistrer un second album. Ce titre sera remixé en 2007 par Sweetlight et refera vibrer les dance floors européens.




Produit par Frank Darcel, La Notte, la notte sort en mars 1984.

Illustré par un portrait de Pierre & Gilles devenu mythique, l'album est certifié disque de platine







Deux singles seront extraits : Sortir ce soir et surtout Week-end à Rome qui sera son premier gros hit de pop électronique/new wave.
Il fait un premier Olympia à guichets fermés le 18 avril 1985 et Les Enfants du rock lui consacrent un portrait où il chante en duo avec Françoise Hardy, avec laquelle il se lie d'amitié.


On lui décerne le Bus d'Acier, qui récompense l'artiste rock de l'année 1985.
Fort de ce succès Étienne Daho réunit son équipe et enregistre les nouveaux titres du single et EP Tombé pour la France en 1985.
Le titre est à nouveau un succès (#13 au Top 50 et 19 semaines classé) et le clip est réalisé par Jean-Pierre Jeunet.


Le troisième album, Pop Satori (1986), est enregistré à Londres avec le groupe Torch Song (dont le leader William Orbit, sera plus tard le réalisateur artistique entre autres de Madonna) et co-réalisé par Daho et Arnold Turboust.
Malheureusement l'enregistrement est conflictuel, William Orbit ne passant que rarement au studio, et envoyant, pour le remplacer, son manager.


Le seul membre du groupe qui participera à la réalisation artistique sera Rico Conning. Etienne et Arnold Turboust décident de rentrer à Paris pour terminer les enregistrements. Les critiques sont élogieuses et l'album, certifié disque de platine, le consacre comme l’acteur principal de la scène pop française.
Les singles Épaule tattoo (clip réalisé par Philippe Gautier) et Duel au soleil (repris par Luz Casal en 2004 et gros succès en Espagne), deviennent très vite des standards. La « dahomania » gagne la France. La presse l'encense et parle de « génération Daho ».
Etienne Daho enchaîne les projets : participation aux films d’Olivier Assayas et Virginie Thevenet (voir filmographie), production d'artistes pour son label…

Le succès



Il confirme son succès avec l'album Pour nos vies martiennes (1988), album de platine, dont la pochette est signée Guy Peellaert.


Pour la première fois, l'album sort simultanément dans huit pays. Il est enregistré à Londres et ouvertement inspiré par les productions noisy pop britanniques comme celles du groupe écossais The Jesus and Mary Chain. Les singles "Bleu comme toi" et "Des heures hindoues" installent définitivement sa marque.


La tournée triomphale (le Tour Martien) qui fait escale au Marquee de Londres, est immortalisée dans l'album Live ED et le film Tant pis pour l'Idaho, où il chante en duo avec Chris Isaak. Arthur Baker et Working Week l'invitent dans leurs albums (la collaboration avec Baker est Paris, sens interdit en 1989). Il produit les disques de Daniel Darc, Bill Pritchard et Lio.







Paris ailleurs est enregistré à New York pendant l'été 1991. Carlos Alomar (guitariste de David Bowie), initialement pressenti pour coproduire l'album, sera remercié au bout de quelques jours. C'est finalement avec Édith Fambuena (des Valentins) qu'Étienne produira l'album.
Illustré par Nick Knight, Paris ailleurs sort en décembre 1991.

Pas moins de cinq singles en seront extraits ("Saudade", "Des attractions désastre" (remixé par PM Dawn), "Comme un igloo" (remixé par Boom Bass et Dimitri From Paris), "Un homme à la mer" et "Les voyages immobiles", clip réalisé par Michel Gondry). [/b]



Les ventes atteignent les 600 000 exemplaires et le succès de l'album le conduit à tourner dans 14 pays. Un album sera enregistré et le concert filmé, lors de son passage à l'Olympia les 13 et 14 décembre, Daholympia (double album d'or).



En 1992, il monte le projet Urgence (compilation de 27 artistes français) pour aider la recherche contre le sida. Les gains (12 millions de francs) seront remis en mains propres par Étienne au Professeur Montagné de L'Institut Pasteur. Il y interprète une chanson de Brigitte Fontaine : "Dommage que tu sois mort". Cette implication lui vaut une rumeur malveillante de maladie, puis de mort du sida.


En 1993, il est numéro un des ventes de 45 tours français (et #4 au Top 50) avec une reprise d'Édith Piaf: Mon manège à moi, enregistrée originellement pour la compilation Piaf-Frehel, ma grand-mère est une rockeuse.



Pour l'anecdote, malgré son énorme notoriété, c'est la première fois qu'en plus de dix ans de carrière, un de ses titres entre dans le Top 10 français.


En 1995, il produit quatre titres de Genre humain, le nouvel album de Brigitte Fontaine qu'il fait signer chez Virgin, produit l'album de Jacno "Faux témoin", chante avec Jacques Dutronc "Tous les goûts sont dans ma nature" (le clip sera interdit sur les chaînes de télé, car jugé provocant). Il s'installe à Londres pour composer son nouvel album.



Source Wikipédia



Dernière édition par Bridget le Mar 2 Nov - 16:14, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2381
Age : 65
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: ETIENNE DAHO   Ven 8 Aoû - 16:25

La « résurrection »




En 1995, il enregistre Reserection (titre ironique par rapport à la rumeur), une parenthèse avec le groupe anglais Saint Etienne, brève incursion trip-hop des plus avant-gardistes.

Brigitte Fontaine co-écrit avec lui le texte de Jungle Pulse, tandis qu'Étienne adapte deux titres de Saint Étienne, Filthy et Paper : ces derniers font un hit en Angleterre avec He's on the Phone (n°11 au Top 40), le remix de leur adaptation du Week-end à Rome de 1984, initialement appelé Accident.
Ce single sera « single of the week » dans le Melody Maker.

Il écrit ensuite l'album Eden certifié album d'or et réalisé à Londres avec Arnold Turboust , emboîtant le pas à la French touch alors balbutiante avec des artistes français tels que Daft Punk , Air… qui impressionneront le monde entier.

Pour Daho qui travaille avec Zdar depuis huit ans, c'est l'occasion de créer le successeur de Pop Satori. On y retrouve entre autres Elli Medeiros, The Comateens, The Swingle Singers et surtout Astrud Gilberto pour un duo très réussi, Les Bords de Seine.

Déroutant à sa sortie, cet album mixé par Mark Stent est considéré aujourd'hui comme un de ses meilleurs enregistrements, il alterne titres « classiques » (Soudain, Me manquer) et électroniques (L'Enfer enfin). La couleur très électro de l'album amène Etienne Daho à relever le défi technique et artistique de la transposition sur scène des univers d'Eden.
C'est à Jean-Louis Hennequin, déjà connu pour ses collaborations avec Barbara, qu'Étienne Daho confie la responsabilité de cette transposition qui amène à l'une des premières expériences de live informatique de l'ère MAO (musique assistée par ordinateur). Le Kaléidoscope tour s'arrête à L'ICA de Londres, après avoir été enregistré aux Transmusicales de Rennes dans la salle de la Cité, lieu de la première prestation live d'Étienne Daho, mais cet enregistrement reste toujours inédit, à l'exception de la version live de Sur mon cou, sur un texte de Jean Genet. Le single Le premier jour, extrait de sa première compilation Best of singles (1998), devient un succès et sera vendu à 600 000 exemplaires.

Il écrit L'autre moi pour Jane Birkin, chante en duo Dis-lui toi que je t'aime avec Vanessa Paradis à la soirée des Enfoirés et Eucalyptus avec Zazie sur la compilation Ensemble. Il a écrit "Le premier de nous deux" pour Sylvie Vartan; cette dernière a repris "On s'ressemble" qu'elle a interprété en show télé avec Daho lui-même et Françoise Hardy.


Il faudra attendre 2000 pour que le lumineux Corps et Armes voie le jour.
Réalisé à Londres avec le duo Les Valentins, l'album est n° 1 des ventes à sa sortie et certifié disque d'or. Ode à la passion, Daho revient avec ce qui fait sa griffe : des textes et des musiques d'une très grande poésie fiévreuse et passionnée.
L’Ouverture de l'album est franchement wagnérienne par sa puissance esthétique et Daho montre qu'il brûle encore dans Le Brasier et dans le très réussi La Baie. Sa longue tournée « Le tour de l'été sans fin », immortalisée dans le vibrant témoignage Daho Live (disque d'or), s'arrête une semaine à l'Olympia (où il partage la scène avec Vanessa Daou) et au Rex Club de Paris en version acoustique.

En 2001, il ramène Dani sur le devant de la scène en produisant et en chantant en duo Comme un boomerang écrit par Serge Gainsbourg cheers cheers cheers

Ce single sera certifié or et devient un classique instantané. La même année Étienne Daho est décoré et devient chevalier de l'Ordre du Mérite.


En 2003, Daho signe Réévolution (disque d'or), un album rock, sombre et énigmatique, enregistré avec son groupe de scène et qui renoue (comme son nom l'indique) avec ses débuts rennais.

On y remarque le single If, en duo avec Charlotte Gainsbourg, (déjà enregistré en solo pour l'album de Ginger Ale), mais aussi Marianne Faithfull pour la chanson Les Liens d'Éros et surtout le single Retour à toi, un hommage aux productions de Phil Spector que Daho affectionne.

Le très électrique « Révolution tour » enregistré et filmé et publié dans Sortir ce soir (Best of Live) est certifié album d'or et DVD de platine. En 2006, vingt ans après sa sortie, Capitol publie une version Deluxe de Pop Satori (avec des inédits et des remixes de Fischerspooner entre autres) considéré aujourd'hui comme « L'album fondateur de la pop française ». À cette occasion, Daho rejoue l'intégrale de cet album à l'Olympia le 13 novembre, dans le cadre du festival des Inrockuptibles, dans le même programme que TV on the Radio et remporte un nouveau triomphe.

En 2006, Etienne Daho a réalisé le nouvel album d'Elli Medeiros et a été nommé Officier des Arts et Lettres.

En 2007, enregistré entre Londres, Barcelone, Paris et Ibiza, son nouvel album, L'Invitation, réalisé avec Edith Fambuena, reçoit de bonnes critiques de la presse et devient disque d'or lors de sa sortie (numéro 2 des ventes). Daho est nommé 2 fois aux Victoires de la Musique (Chanteur de l'année) et "L'invitation" (Album pop rock de l'année).

Ecrit par Benoit Cachin,"Portraits et entretiens" est le premier ouvrage conséquent et sérieux sur son oeuvre.

En 2008 sort une compilation hommage Tombés pour Daho avec des reprises de ses chansons par Benjamin Biolay, Doriand, Elli Medeiros, Daniel Darc, et Arnold Turboust. Puis il entame au printemps une nouvelle tournée marathon, "Obsession tour 2008" dans toute la France.

Le 8 mars 2008, il reçoit une Victoire de la Musique dans la catégorie Album Pop / Rock de l'année.



http://www.etiennedaho.com/



Bridget / Louly Zik Forum


Dernière édition par Bridget le Ven 8 Aoû - 23:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2381
Age : 65
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: ETIENNE DAHO   Ven 8 Aoû - 17:16


Etienne Daho et les clips :


'Les voyages immobiles' , clip réalisé par Michel Gondry





" Tombé pour la France " clip réalisé par Jean Pierre Jeunet






" Des Heures Hindoues " clip réalisé par le groupe H5

un hommage à Francis Bacon






Bridget / Louly Zik Forum
Revenir en haut Aller en bas
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9609
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ETIENNE DAHO   Dim 10 Aoû - 13:13

AH ETIENNE ETIENNE !! :sunny:

je l'ai découvert "Mort pour la France" quelle belle surprise !
et il m'a emportée en "WEEK EN A ROME" sans oublier d'autres chansons là j 'ai encore dans les oreilles son duo avec DANY merci de l'avoir mis ... dire que cette chanson n'a jamais ete prevue pour voir le jour !!! :suspect:

prévue pour l'EUROVISION d'alors .. elle a ete releguée aux oubliettes, ... comme quoi meme un grand auteur qui s'appelle GAINSBOURG a ete victime des selections et autres passages obligés .. qui n' ont rien à voir avec l'Art ou meme le talent .. et ce meme si la chanson est taxée d'ART MINEUR !

Merci Bridget pour ce reveil de souvenirs .. :malelovies: j 'ai presque honte de parler de DAHO dans la case des souvenirs ..

je viens de prendre un coup de vieux ! mais agreable tout de même. super

souvenir COMME UN BOOMERANG j'en prend plein la tarte
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2381
Age : 65
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: ETIENNE DAHO   Ven 9 Jan - 22:47



Coup de cœur: une histoire d'Étienne Daho




La biographie d'Étienne Daho a l'immense avantage d'ignorer les deux tendances majeures du « marché de la bio » d'artiste : la compilation d'articles de presse glorifiant la carrière naissante du dernier chanteur télégénique; et l'autobiographie déballage, telle celle de Françoise Hardy, qui consiste à étaler les malheurs et frustrations d'une vie, l'exercice éclairant rarement l'oeuvre de l'artiste.

Christophe Conte n'a pas choisi de fouiller l'intime. Sauf quand ce sont les chansons elles-mêmes qui révèlent certaines clés de l'homme Daho. Il s'est avant tout remis en oreille la discographie du Rennais. Puis il a mené son enquête, multipliant les rencontres. Sa solide culture musicale a fait le reste. Indispensable pour dessiner l'itinéraire d'un fou de musique, aux multiples références et au flair redoutable.

On peut certes trouver le journaliste des Inrockuptibles très fan, et son livre trop rythmé par les sorties de disques. Mais on lui sait gré d'éclairer son personnage à travers chacune des trois décennies traversées, très bien rendues. Car cette « histoire » d'Etienne Daho est aussi une histoire de la musique. N'est-ce pas ce qu'on demande avant tout à une biographie de chanteur ?


Dernière édition par Bridget le Dim 12 Sep - 18:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 12971
Age : 66
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: ETIENNE DAHO   Lun 9 Fév - 18:01

Daho et Birkin vont reprendre "Les dessous chics" (vidéo)



Etienne Daho

Publié par Julien Mielcarek
Lundi 9 Fevrier 2009 14h09
C'est en avril que doit sortir l'album et le DVD live d'Etienne Daho que le chanteur a enregistré en décembre à la Salle Pleyel à Paris. L'artiste compte y ajouter des bonus inédits. Selon le site My Daho qui cite plusieurs sources, Etienne Daho a notamment enregistré trois duos inédits pour cet album.

Ainsi, il reprendra le titre "Private Tortures" avec un jeune groupe de la région parisienne, Coming soon. Enfin, le chanteur retrouvera Jane Birkin avec qui il a déjà chanté en duo. Les deux artistes ont décidé de reprendre un titre de Serge Gainsbourg, "Les dessous chics". Ensemble, ils avaient dévoilé cette reprise le 11 janvier dernier sur le plateau de Vivement Dimanche sur France 2.

Ozap.com vous propose de découvrir ce titre :

http://www.ozap.com/actu/daho-enregistre-duos-jane-birkin-camille-video/256330
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2381
Age : 65
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: ETIENNE DAHO   Dim 4 Oct - 22:27




.

Daho Pleyel Paris, nouvel album de Etienne Daho disponible le 5 octobre





« Daho Pleyel Paris », le nouveau DVD live de l'artiste français Etienne Daho sortira le 5 octobre 2009 sur Capitol Music.

Ce nouveau projet discographique est le fruit de sa dernière tournée française en date, « L'Obession Tour », illustration scénique du « meilleur album pop-rock » aux Victoires de la Musique 2008 « L'invitation ».

« Daho Pleyel Paris » comporte 28 titres live issus de sa prestation mémorable le 3 décembre 2008 à « La Salle Pleyel » de Paris, accompagnés d'un nouvel EP de cinq titres bonus studio.
Titré « Pleased To Meet You », celui-ci contient de nouveaux duos avec Coming Soon, Jane Birkin, Camille et Katerine, en plus d'une nouvelle version de la chanson originale « Mythomane » enregistrée en studio.

Enfin, en guise de précision sur les quatre différents formats de « Daho Pleyel Paris », le nouveau projet live du chanteur français Etienne Daho sortira en double CD avec 28 titres live et son nouvel EP de cinq titres bonus studio, mais également en DVD live simple, Blue Ray et dans un packaging deluxe qui contient le nouveau double CD live, le nouvel EP cinq titres « Pleased To Meet You » et deux DVDs avec tout d'abord son concert exceptionnel à « La Salle Pleyel » de Paris, le 3 décembre 2008, et près de deux heures de bonus.


A l'occasion de la sortie le 5 octobre 2009 de son nouveau DVD live, « Daho Pleyel Paris », le chanteur français Etienne Daho crée l'événement autour de son dernier concert parisien enregistré le 3 décembre 2008 à « La Salle Pleyel ».

« Répondez au questionnaire suivant et venez assister en avant-première à la projection de 'Daho Pleyel Paris', dernier concert enregistré d'Etienne Daho », a-t-il été annoncé sur le site officiel du chanteur français de « L'invitation », invitant le grand public à se régaler avec ses toutes dernières images en concert immortalisées à l'automne 2008 sur la scène de « La Salle Pleyel » de Paris. « Les projections auront lieu le 1er octobre simultanément dans cinq villes : Béziers, Bordeaux, Lille, Rennes et Tours ».


http://www.etiennedaho.com/



DISQUE 1



1 L'introvitation

2 Jungle pulse

3 Cet air étrange

4 Rendez-vous à Vedra

5 Les fleurs de l'interdit

6 Un merveilleux été

7 Des attractions désastre

8 Sur mon cou

9 La baie

10 L'enfer enfin

11 Saudade

12 Comme un igloo

13 L'adorer (special guest Édith Fambuena)

14 Des heures hindoues

15 Rendez-vous au jardin des plaisirs




DISQUE 2


1 Épaule tattoo, featuring Marianne Faithfull

2 Boulevard des Capucines

3 Le premier jour (du reste de ta vie)

4 Obsession

5 L'invitation

6 Ouverture

7 Mythomane

8 Promesses

9 Le grand sommeil

10 Comme un boomerang

11 If, featuring Charlotte Gainsbourg

12 Paris Le Flore

13 Cap Falcon

14 Les dessous chics, en duo avec Jane Birkin

15 Le grand sommeil, en duo avec Katerine

16 Rendez-vous au jardin des plaisirs, en duo avec Camille

17 Private tortures, en duo avec Coming Soon Bonus

18 Mythomane (studio version 09).


.


Dernière édition par Bridget le Dim 12 Sep - 18:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2381
Age : 65
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: ETIENNE DAHO   Dim 4 Oct - 23:07

.
En attendant le live , un extrait de l'album précédent L'Invitation Etoile Etoile Etoile








J'me démerde
Ce n'est rien
La pluie dans les yeux
Fermer son coeur
Et s'en remettre à Dieu

Je fais mea culpa
L'Amour ne suffit pas
J'ai fait c'que j'ai pu
Avec c'que t'as pas

Tu t'démerdes plutôt bien
Le glam, le décor
Le goût de l'image
Et du confort

Tu fais mea culpa
Non... Mais tu te fous de moi
A faire ce que tu peux
Avec c'que t'as pas

Mes prières s'ront exaucées
Mes pensées qui ne sont que griefs et rejets
Deviendront indolores dans le bleu des accords
Et la vie continuera
Ca ira, la mer effacera
Toutes traces de combats
Ca ira, ça ira
La vie continuera

Désaccords entre l'âme et le corps
Même si la flamme au coeur brille encore
Tu fais mea culpa
Aimer, tu ne sais pas
T'as fait c'que tas pu
Avec c'que t'as pas


Mes prières s'ront exaucées
Mes pensées qui ne sont que griefs et rejets
Deviendront indolores dans le feu des alcools
Et la vie continuera
Ca ira, la mer effacera
Toutes traces de nos pas
J's'rai plus là, la vie continuera
J's'rai plus là...







http://www.youtube.com/watch?v=Psqr1CzyFlI


Avant que l'infidèle à la beauté assassine,
ne me morde la main,
ne me couronne d'épines,
désadorer l'adorer.
Avant que ses baisers ne deviennent couteaux,
que ses bouquets de fleurs ne me fassent la peau,
désadorer l'adorer,
mais arborer ce chagrin si haut, que je porte,
beau comme un drapeau,
en vainqueur,
dont on admire le sort,
courageux qui sait aimer trop fort,
car comme les dieux qu'on adore adorer j'adorais l'adorer.
J'ai été si vivant,
chaque minute,
chaque seconde,
mais avant d'abhorrer ses humeurs vagabondes,
désadorer l'adorer.
Avant que l'infidèle à nouveau ne sévisse,
qu'inéluctablement,
le destin s'accomplisse,
désadorer l'adorer,
mais arborer ce chagrin si haut, que je porte,
beau comme un drapeau en vainqueur,
dont on admire le sort, courageux,
qui sait aimer trop fort,
car comme les dieux qu'on adore adorer,
j'adorais l'adorer.
Désadorer l'adorer...
Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2381
Age : 65
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: ETIENNE DAHO   Mar 6 Oct - 1:54



.

Une émouvante et bien jolie découverte : pour vous Lili et Nine




Le Daho show 2007






Etienne Daho et Alain Bashung
envoyé par musique-show. - Regardez plus de clips, en HD !



Recorded by hank williams, sr.
Words and music by hank williams, sr.


Ive [c] tried and tried to run and hide
To find a [c7] life thats [g7] new
But [c] where I go, I [f] always [c] know
I cant es-[g7] cape from [c] you.

A jug of wine to numb my mind
But what good does it do
The jug runs dry and still I cry
I cant escape from you.

These wasted tears are souvenirs
Of a love I thought was true
Your memory is chained to me
I cant escape from you.

There is no end, I cant pretend
That dreams will soon come true
A slave too long to a heart of stone
I cant escape from you.


Dernière édition par Bridget le Mar 12 Oct - 1:10, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 12971
Age : 66
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: ETIENNE DAHO   Mar 6 Oct - 8:57

Merci Bridget.

Je ne sais pas pourquoi mais là, je retrouve le Bashung de ses débuts, celui dont j'étais vraiment fan à l'époque.
:flame:
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2381
Age : 65
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: ETIENNE DAHO   Sam 17 Oct - 1:24




.

Etienne Daho: son concert mythique à Pleyel sort en CD et DVD



Par Benoît Cachin






l y a un an, le chanteur donnait un concert exceptionnel à la salle Pleyel, à Paris. Cette prestation déjà culte pour ses fans, qui revisite toute sa carrière, vient de sortir en CD et DVD. TÊTU l'a écouté pour vous.

Il est des artistes qui ne cessent de nous séduire, de nous reconquérir, de nous étonner en se réinventant sans cesse. Etienne Daho en fait partie, et en bonne place. Après un album studio salué de tous, L’Invitation (2007), Daho nous propose le live. Et pas n’importe quel live puisque capté dans la mythique salle Pleyel pour un coffret collector bourré de surprises et d’inédits (2 CD et 2 DVD). Indispensable dans toute discographie qui se respecte…

Alors que du haut de ses 28 ans de carrière, Etienne Daho pourrait se «contenter» d’égrainer ses innombrables tubes une semaine à l’Olympia, sans prendre de gros risques, l’artiste a répondu présent à l’invitation de la salle Pleyel pour un concert exceptionnel le 3 décembre 2008. Pratiquement un an après, le live sort (enfin!) chez Capitol (label de EMI).

Un live rare puisque c'est véritable best of de Daho. Best of au sens du meilleur du meilleur et pas forcément le plus connu du grand public. Bien entendu, Epaule Tattoo, Des heures hindoues, Comme un boomerang, Le Grand sommeil, Des attractions désastres sont au rendez-vous, mais Daho a su mêler à son track listing des titres magnifiques, rares, voire inédits sur scène comme La Baie, Rendez-vous au jardin des plaisirs ou L’enfer enfin. Des titres majeurs et éblouissants dans la carrière du chanteur. Un choix pertinent puisque parfaitement en osmose avec les titres de son dernier album studio en date bien représenté ici avec L’invitation, Obsession, Un merveilleux été, Boulevard des Capucines ou le sublime L’adorer en compagnie d’Edith Fambuena à la guitare. Mais les 2 CDS ne proposent pas «que» le show puisque cinq inédits (dont quatre duos avec Jane Birkin, Camille, Philippe Katerine et Coming Soon) viennent compléter le live.







Le public se lève comme un seul homme

Si le pari est réussi, chanter dans le temple de la musique classique était certainement une gageure pour Daho. Défi relevé haut la main comme le prouve le film du show (le premier DVD) où après 10 minutes de silence respectueux, le public se lève comme un seul homme pour danser et chanter avec l’artiste. Mozart, Haendel et Schubert n’ont pas dû en croire leurs oreilles! Daho embarque le public de Pleyel avec aisance, décontraction et sa voix au timbre si particulier…

Voix objet de bien des commentaires qui font sourire Daho qui, en compagnie d’Elisabeth Quin, revient sur ce show dans un film en noir et blanc très réussi. C’est d’ailleurs près de deux heures de suppléments que propose le second DVD avec des interventions des musiciens et des collaborateurs de Daho.


Dans la peau de Genet

Si ce live est son dernier disque dans sa maison de disque originelle (Virgin devenu EMI), Daho vient de signer chez Naïve. Il retrouve ainsi son premier boss créateur de Virgin France, Patrick Zelnik, pour un disque mettant en musique le recueil de poème de Jean Genet, Le Condamné à mort (1948). Déjà mis en musique par Hélène Martin en 1964, Daho reprend donc la partition en compagnie de Jeanne Moreau le temps d’un disque à sortir au printemps. Une initiative logique du chanteur puisqu’il interprète sur scène un des poèmes de Genet depuis 1998, Sur mon cou. Moreau, Genet, Daho, un trio qui risque fort de faire parler de lui, et espérons sur scène. Quand on vous disait qu’Etienne Daho n’avait pas fini de nous étonner.

Daho Pleyel Paris, 2 CD + 2 DVD, Capitol, 31 € environ.
Daho Pleyel Paris, 2 CD, Capitol, 17 € environ.
Daho Pleyel Paris, 1 DVD, Capitol, 17 € environ.
Daho Pleyel Paris, 2 DVD Blu-Ray, 25 € environ.

Photos: Pierre René Worms.

http://www.tetu.com/actualites/culture/etienne-daho-son-concert-mythique-a-pleyel-sort-en-cd-et-dvd-15617



.


Dernière édition par Bridget le Mar 12 Oct - 1:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2381
Age : 65
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: ETIENNE DAHO   Lun 11 Oct - 21:12




.

DAHO + MOREAU + GENET = Le comdamné à mort







Trois ans après L’Invitation, Etienne Daho revient sur le devant de la scène avec Le Condamné à mort, projet ambitieux - à paraître le 2 novembre - basé sur le poème éponyme de Jean Genet. Un événement auquel participe Jeanne Moreau.


On ne l’avait pas entendu chanter depuis Le Tourbillon de la vie pour Jules et Jim en 1961.


Pour son grand retour à la chanson, Jeanne Moreau évoquera cette fois les dernières heures d’un condamné à mort avec les mots de Jean Genet.
Ce long poème est en effet lu par Moreau, chanté par Daho, mis en musique par Hélène Martin et arrangé par Etienne Daho.


Première sortie de Radical Pop Music, le label de Daho, cette collaborarion est née d’un contrat avec Naïve, qui sort le disque.
L’occasion pour lui de renouer avec son mentor Patrick Zelnik, patron de Naïve, et d’achever un hommage à Genet commencé sur scène avec la reprise de Sur mon cou.

Cette fois c’est la totalité du poème de Genet qui sera rendu sur scène les 23 et 24 novembre au Théâtre du Châtelet à Paris.
Deux autres dates sont également prévues en province.


Écrit en 1942 alors qu’il était incarcéré à Fresnes, Le Condamné à mort est la première œuvre littéraire de Genet.

Ce poème met en scène la dernière nuit au bagne de Maurice Pilorge, jeune assassin de 20 ans incarcéré et guillotiné à St Brieuc en 1939.
L’écrivain nous ouvre ainsi les portes non pas d’un univers oppressant où règne la douleur, mais plutôt celui d’un érotisme homosexuel exacerbé. La violence y côtoie la tendresse, le sacré, le profane, l’écart la norme.


Les arrangements subtils et classieux appuient en finesse la "mise en musique" d’Hélène Martin.
Le timbre chaud et envoutant de Daho, celui plus rocailleux de Moreau forment un duo unique rendant toute sa force au texte de Genet, flamboyant et théâtral comme peut l’être le rock’n’roll. Un texte cru, fort, véritable hymne à l’amour…à savourer sut scène.



Dates de concerts :

19 Novembre – Val de Rueil – Théâtre de Chalanbs

23 Novembre – Paris, Théâtre de l’Odéon

24 Novembre – Paris, Théâtre de l’Odéon

27 Novembre – Brest, Le Quartz

Site d’Etienne Daho

Site MySpace d’Etienne Daho



http://www.qobuz.com/info/MAGAZINE-ACTUALITES/SUR-SCENE/Daho-et-Moreau-chantent-Le48869?page=article
.
Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2381
Age : 65
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: ETIENNE DAHO   Mar 2 Nov - 16:31





.

CD LE CONDAMNE A MORT de Jean Genet par Jeanne Moreau et Etinne Daho NAIVE

Sortie le 2 Novembre 2010



Genet à deux voix






L'une le dit, l'autre le chante : Jeanne Moreau et Etienne Daho ont enregistré « le Condamné à mort», de Jean Genet, et vont l'interpréter ensemble au Théâtre de l'Odéon. Dialogue

Ecrivain et dramaturge majeur, Jean Genet aurait 100 ans.

L'une l'a connu, l'autre pas : Jeanne Moreau et Etienne Daho reprennent ensemble son tout premier chef-d'oeuvre dans un disque et sur scène.
Ce texte, la comédienne le dit et le pape de la pop française le chante.
Le tout est volontairement dépouillé, arrangements compris.
Pour mieux laisser entendre les alexandrins flamboyants du sulfureux Genet.


Le Nouvel Observateur. - «Le Condamné à mort» fut le premier recueil de poèmes écrits par Jean Genet, en 1942...

Jeanne Moreau. - Il l'a écrit en prison...
Etienne Daho. - ... sur des bouts de papier, sur des vieux cartons.
J. Moreau. - Il a tout de suite été publié en 1947, à sa sortie de prison. Il avait 37 ans.



N. O. - Avant, c'était une sorte de voyou...


J. Moreau. - Il n'a jamais cessé de l'être.
E. Daho. - C'était un aventurier.
J. Moreau. - Au début du disque, nous avons ajouté - surtout que c'est merveilleusement écrit - des fragments biographiques parce qu'il fallait absolument rappeler qu'il a été un enfant de mère inconnue, et que très vite on l'a mis en prison. C'était un homme scandaleux, révolutionnaire, politiquement incorrect...
E. Daho. - ... un enfant blessé, humilié. C'est ce que raconte justement ce texte de présentation extrait du livre de Sartre, « Saint Genet, comédien et martyr ». On y voit Genet, devenu un petit voleur, pris la main dans le sac. Il dit qu'à cet instant - et c'est très beau - tout s'est mis à carillonner autour de lui, comme si une alarme s'était déclenchée. Dès lors, ce petit garçon devenu délinquant va aller d'humiliation en humiliation, de fugue en fugue.



N. O. - Par moments, c'est sexuellement hard, en particulier « Rocher de granit noir»...



J. Moreau. - Oui, c'est hard.
E. Daho. - C'est intense...


N. O. - Etienne Daho, vous avez découvert Jean Genet par une chanson de David Bowie («The Jean Genie»), mais est-on sûr qu'il s'agit bien de Genet ?



E. Daho. - Je l'ai longtemps cru. J'étais bluffé d'entendre parler d'un auteur français par un artiste de rock international. Quelle déception (rires) d'apprendre que ce n'est pas de lui qu'il s'agissait. Ensuite, j'ai découvert «le Condamné à mort» mis en musique par Hélène Martin et chanté par Marc Ogeret. C'est ainsi que tout a commencé.



N. O. - On ignorait qu'Hélène Martin fût une de vos inspirations musicales...



E. Daho. - J'ai une espèce de double culture. J'adore autant la pop anglo-saxonne que la pure chanson française. Les albums absolument magnifiques de Jeanne, mais aussi certains disques de Léo Ferré ou de Barbara. Cet album du « Condamné à mort » fait partie de mon panthéon personnel, aux côtés du Velvet Underground ou de Bowie.
J. Moreau. - L'interprétation d'Hélène Martin allait avec son époque...
E. Daho. - Certainement, mais son intensité et sa puissance sont intemporelles. Il y a une incroyable liberté dans ce disque.



N. O. - Depuis 1997, vous reprenez déjà en concert « Sur mon cou », une chanson extraite de cet album...


E. Daho. - En concert, il s'agit toujours d'un moment particulier. C'est un peu grâce à cette chanson que nous nous sommes connus avec Jeanne.
J. Moreau. - J'avais l'impression de connaître Etienne avant de le rencontrer à cause de son amitié avec Hedi Slimane [le photographe et styliste, NDLR], que j'aime tendrement. Et puis j'avais entendu ses chansons. J'ai eu envie de le voir sur scène. Quand j'ai découvert qu'il chantait « Sur mon cou », j'ai vraiment été secouée. On s'est vus après, et c'est là qu'est né le projet.
E. Daho. - Quand Jeanne m'a parlé de « Sur mon cou », j'ai eu l'idée de lui proposer d'enregistrer l'intégrale du disque ensemble. Elle a dit « oui » tout de suite...
J. Moreau. - ... tout de suite.
E. Daho. - Après, ce fut un long processus pour déterminer qui dirait quoi et trouver une harmonie entre nous.
J. Moreau. - Immédiatement, nous avons décidé qu'Etienne serait la voix chantée. Il n'a jamais été question que je chante.



N. O. - Vous n'en avez plus envie ?


J. Moreau. - Ma voix a changé. Il faudrait que je reprenne des cours, que j'arrête de fumer, que je travaille beaucoup. A mon âge, les mois et les années prennent un autre sens. Or mon emploi du temps est complet jusqu'en 2012. Je m'apprête à tourner un film avec Josée Dayan, un autre avec un jeune réalisateur de nationalité hollandaise... Et si Hortense Archambault et Vincent Baudriller restent à la direction du Festival d'Avignon, nous irons, Etienne et moi, y présenter « le Condamné à mort ».



N. O. - Deux représentations sont prévues en novembre au Théâtre de l'Odéon. Comment cela va s'organiser sur scène ?


J. Moreau. - C'est Etienne qui décide de tout.


N. O. - Seriez-vous devenue brutalement soumise ?



J. Moreau. - Oui, quand je choisis à qui me soumettre. Je choisis mon maître. En l'occurrence, Etienne est entouré de musiciens et il est musicien lui-même. Il a une idée très précise des lumières, de l'espace.
E. Daho. - Nous allons donner l'intégrale du « Condamné à mort ». Mais comme ça ferait un spectacle trop court, autour de 49 minutes, nous avons ajouté deux textes de Sartre, dont l'extrait qui replace vraiment Genet dans son contexte et amène au « Condamné ». C'est-à-dire au moment où le petit Genet devient un génie de la littérature.
J. Moreau. - A notre époque, il n'aurait jamais trouvé un éditeur assez courageux pour publier son livre.
E. Daho. - C'est Marc Barbezat, le fondateur de la revue «l'Arbalète», qui l'a édité le premier...
J. Moreau. - ...et après Gallimard a pris le relais.



N. O. - Que verrons-nous sur scène ?


J. Moreau. - Ce sera noir et blanc.
E. Daho. - Il n'y aura pas de décors, juste une « luminographie ». Nous sommes là pour servir ce texte, pas pour le noyer dans des effets. Quand on a la chance d'avoir un écrit de cette puissance, on a l'humilité de le mettre en avant.
J. Moreau. - On ne distrait personne. D'ailleurs, quand tu chantes « Sur mon cou » dans tes concerts, c'est toujours un moment très dépouillé.



N. O. - Dans un texte, Jean Genet clamait son admiration pour les nazis. Comment le prenez-vous ?


J. Moreau. - Il s'en est expliqué par la suite au cours d'interviews. Ce n'était qu'une provocation. Genet a toujours été engagé, et c'est le sexe et la poésie qui l'ont amené vers les révolutionnaires allemands...
E. Daho. - ...la bande à Baader et les Palestiniens. Il était toujours dans le camp adverse, c'était sa manière de fonctionner.
J. Moreau. - Toujours ! Il s'en est très bien expliqué avec Jean-Paul Sartre. Jean Genet a été tellement frappé par le livre que ce dernier lui avait consacré qu'après il n'a plus rien écrit pendant dix ans. Sartre l'avait dévoilé. Il s'est alors tourné vers l'écriture de pièces de théâtre.



N. O. - Si vous deviez faire son portrait...


J. Moreau. - Ce serait celui d'un provocateur, charmant, menteur, séduisant, manipulateur et cruel.
E. Daho. - Pour moi, il a deux visages. Quand il a la trentaine, il est relativement ingrat, ensuite il devient excessivement beau.
J. Moreau. - Il irradie.
E. Daho. - Il existe justement un livre de correspondances entre lui et Marc Barbezat où il fait des portraits de lui somptueux parce que très clairs, où il porte sur lui un regard à la fois dur et enfantin.
J. Moreau. - Il avait des rires enfantins, tu ne peux pas imaginer ! Dans le très beau livre dont tu parles, on découvre à quel point il était tyrannique avec son éditeur. Un cauchemar !

E. Daho. - Oui, et en même temps, à la fin de ses lettres, il a des expressions très enfantines et étonnantes de sa part, du genre : «Je vous serre bien la main. »



N.O.- Et la musicalité du texte ?



E. Daho. - Comme c'est écrit en alexandrins, il y a déjà de la musique dedans. Hélène Martin a fait un très beau travail, et je ne peux pas imaginer une autre musique que la sienne.
J. Moreau. - Je suis d'accord. D'ailleurs, que Jean Genet ait accepté qu'on mélange ainsi chant et voix parlée confirme ce que tu viens de dire. Nous n'avons donc rien inventé, cher Etienne !



N. O. - Vous vous intéressez toujours à la chanson ?



J. Moreau. - En ce moment, je suis plongée dans la musique classique, dans Gustav Mahler en particulier.
E. Daho. - Moi aussi depuis que j'ai revu « Mort à Venise ».



N. O. - Quels sont vos derniers coups de coeur en chanson ?



J. Moreau. - Récemment, je n'ai écouté qu'Etienne : pour ce disque, j'ai eu besoin de rester dans le même univers.
E. Daho. - Il faut dire que ce projet est très prenant, obsédant.
J. Moreau. - J'en rêve la nuit.
E. Daho. - Chaque détail est une obsession. Ecrire autour de la musique d'Hélène Martin des arrangements très simples a été compliqué. J'étais tenté d'en « rajouter ».
J. Moreau. - Je ne sais plus qui a dit : « Plus on découvre, plus le mystère s'épaissit. » C'est toujours le cas quand on a affaire à un grand artiste.
E. Daho. - Il a plusieurs phases. En fait, on est d'abord surpris, choqué, bousculé, repoussé, puis attiré.
J. Moreau. - Emu, très souvent. Au départ, Etienne avait des réticences, parce qu'il n'était pas acteur. Je lui ai cité ce que Klaus Michael Grüber avait dit à Ludmila Mikaël pendant les répétitions de « Bérénice ». Comme il trouvait qu'elle jouait trop l'émotion, il lui avait suggéré d'avoir «la parole froide, le coeur brûlant».
E. Daho. - J'ai tout de suite compris ce que ça voulait dire.



CD : « le Condamné à mort », de Jean Genet, par Jeanne Moreau et Etienne Daho (Naïve). Sortie le 2 novembre.

En concert : les 23 et 24 novembre, Théâtre de l'Odéon.

Sophie Delassein

Le Nouvel Observateur


Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2381
Age : 65
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: ETIENNE DAHO   Mar 2 Nov - 16:46


.
LE CONDAMNE A MORT






Sur mon cou sans armure et sans haine, mon cou
Que ma main plus lègère et grave qu'une veuve
Effleure sous mon col, sans que ton cœur s'émeuve,
Laisse tes dents poser leur sourire de loup



Ô viens mon beau soleil, ô viens ma nuit d'Espagne
Arrive dans mes yeux qui seront morts demain
Arrive, ouvre ma porte, apporte-moi ta main
Mène-moi loin d'ici battre notre campagne


Le ciel peut s'éveiller, les étoiles fleurir,
Ni les fleurs soupirer, et des près l'herbe noire
Accueillir la rosée où le matin va boire,
Le clocher peut sonner : moi seul je vais mourir


Ô viens mon ciel de rose, ô ma corbeille blonde !
Visite dans sa nuit ton condamné à mort.
Arrache-toi la chair, tue, escalade, mords,
Mais viens ! Pose ta joue contre ma tête ronde


Nous n'avions pas fini de nous parler d'amour.
Nous n'avions pas fini de fumer nos gitanes.
On peut se demander pourquoi les Cours condamnent
Un assassin si beau qu'il fait pâlir le jour


Amour viens sur ma bouche ! Amour ouvre tes portes !
Traverse les couloirs, descends, marche léger,
Vole dans l'escalier plus souple qu'un berger,
Plus soutenu par l'air qu'un vol de feuilles mortes


Ô traverse les murs, s'il le faut marche au bord
Des toits, des océans, couvre-toi de lumière,
Use de la menace, use de la prière,
Mais viens, ô ma frégate, une heure avant ma mort.



JEAN GENET


Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2381
Age : 65
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: ETIENNE DAHO   Jeu 4 Nov - 21:07





.
Le Condamné à mort, de Jean Genet

Jeanne Moreau et Étienne Daho






Quiconque s'intéresse de près à Etienne Daho ne sera pas étonné : voilà déjà plusieurs années qu'il chante en concert Sur mon cou, extrait du Con­damné à mort de Jean Genet, long poème écrit en 1942 et ode, parfaitement explicite, au désir homosexuel.

Ceux qui connaissent bien l'histoire de la chanson française ne seront pas davantage surpris d'entendre ici non plus un extrait, mais son intégra­lité : cette adaptation existe depuis les années 1960, époque durant laquelle Hélène Martin, figure de la rive gauche et interprète des poètes, l'a mise en musique.


C'est cette version qu'Etienne Daho a choisi de reprendre et d'enregistrer - mais ce n'est pas à Hélène Martin qu'il a fait ­appel pour l'accompagner.

Il a choisi Jeanne Moreau, icône absolue qui, au-­delà de son inattaquable talent, a l'avantage d'avoir côtoyé Genet, personnellement et artistiquement.



Ce disque n'a rien d'une incongruité.

Voilà sans doute pourquoi il est réussi. Car autant le dire, nonobstant son prestigieux casting, le pari était sérieusement casse-gueule.

Pour Daho, surtout : on ne chante pas inopinément un texte aussi cru lorsque l'on a (à tort ou à raison) une image pop, légère et dansante, un brin évanescente.

Or, loin d'être gêné par le langage quasi organique du texte, ses considérations physiques bien plus que sentimentales, le chanteur y paraît au contraire totalement à son aise, comme libéré d'une pudeur qui jusqu'à présent le retenait.

Sa voix n'est plus sous-mixée comme par le passé, elle est très avant ; et les mots ne se fondent plus dans les nappes de synthé, ils se détachent avec une précision d'orfèvre.

En somme, jamais Daho n'a aussi bien chanté.

Il fallait l'audace de Genet pour nous le révéler ; libre ensuite à chacun d'être touché ou pas - le propos érotico-gay sera de toute façon trop segmentant pour plaire à tout le monde.


Quant à Jeanne Moreau, la récitante, elle se montre particulièrement convaincante dans la dédicace qui remet le texte dans sa perspective historique. Et qui fait de l'objet plus qu'un disque, un document.



Valérie Lehoux

Telerama n° 3173 - 06 novembre 2010


Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2381
Age : 65
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: ETIENNE DAHO   Ven 5 Nov - 12:27




.

Jeanne Moreau et Etienne Daho : l'interview croisée

Par Gilles Médioni




"J'avais depuis longtemps l'intention d'adapter Le Condamné à mort dans son intégralité", dit Etienne Daho. "J'avais très envie de partager ton univers et celui de Genet", répond Jeanne Moreau.



La comédienne et le chanteur font revivre Le Condamné à mort, poème culte du sulfureux Jean Genet.
Résultat : un album pop envoûtant, qui témoigne d'une complicité certaine entre les deux artistes.
Interview en duo.





Un après-midi de septembre chez Jeanne Moreau, près de la salle Pleyel, à Paris.
C'est l'été indien et il flotte dans l'air une décontraction et une complicité radieuse.

Jeanne Moreau et Etienne Daho sont assis dans le salon encombré de livres. Une complicité si forte les unit que l'une finit la phrase de l'autre.
Les deux artistes se sont attaqués au Condamné à mort, le long poème écrit par Jean Genet de sa prison de Fresnes, en 1942.
Lu par elle, chanté par lui, le texte s'élève en un chant pop, mystique et épuré, rempli de cendres et de désir brûlant. Jeanne Moreau, Etienne Daho, Jean Genet...

La belle affiche.


Le Condamné à mort est un texte charnel et exalté sur le désir obsédant de Jean Genet pour Maurice Pilorge, un assassin de 25 ans guillotiné en 1939. Qu'est-ce qui vous a poussé à accepter cette aventure ?


Jeanne Moreau : C'est venu naturellement. J'ai assisté à un concert d'Etienne à l'Olympia, il y a deux ans. Nous nous connaissions un peu, nous avons un ami commun, Hedi Slimane, et j'aimais beaucoup ses chansons.
Ce soir-là, Etienne a chanté Sur le cou, un extrait du Condamné à mort. J'étais bouleversée. D'y repenser, j'en ai la chair de poule.


Etienne Daho : Tu es venue dans les coulisses et il y a eu entre nous une familiarité immédiate. On parlait le même langage. Je t'ai confié que j'avais depuis longtemps l'intention d'adapter Le Condamné dans son intégralité.

J. M. : A l'époque, je l'ignorais...

E. D. : Je t'ai demandé : "Et si on le tentait ensemble ?"

J. M. : Et j'ai dit oui tout de suite. Je suis très impulsive, je ne prémédite jamais rien.
Cela m'a paru une incroyable expérience à vivre. J'ai senti qu'Etienne et moi étions de la même race, même si tu es plus méthodique que moi.
J'avais très envie de partager ton univers et celui de Genet.
Je fais ce métier depuis si longtemps que cela me donne la liberté d'aller où je veux.



Comment avez-vous apprivoisé ce très long poème ?

J. M. : Au cours de séances de travail de lecture. J'ai su de suite que je ne chanterais pas. Pour le moment, il n'est pas question que je refasse un disque.
Plus tard peut-être... avec toi, Etienne, si tu le veux bien. Là, c'est lui qui devait chanter et ma voix l'accompagnait. Elles se sont mariées idéalement, je crois.


E. D. : Chacun à notre tour, nous avons enregistré plusieurs fois le poème. Ensuite on a pris le temps de trouver respectivement nos places.


J. M. : Je vis avec ce projet depuis deux ans. J'ai tourné des films, j'ai fait d'autres choses mais je n'ai pas cessé d'être habitée par Jean Genet.
Après avoir relu ses livres, j'ai un autre regard sur lui. Genet, comme Pasolini, était un poète, un philosophe, un homme engagé.
Ce Condamné à mort, il a fallu du courage pour l'éditer. Maintenant, qui s'y risquerait ? J'espère qu'il en bousculera beaucoup.
Je n'ai jamais pensé au fait qu'il était scandaleux de s'attaquer à une telle oeuvre. De toute façon, le goût du scandale, je le porte en moi.


Etait-ce difficile de se glisser dans ce texte aux expressions très crues ?


J. M. : C'est une langue classique avec des mots d'argot. Jean a une richesse de vocabulaire extraordinaire, comme tous les autodidactes d'ailleurs.
L'interprétation a jailli intuitivement. Je me suis laissée entraîner par l'audace incroyable des alexandrins. Toi, Etienne, tu te faisais davantage de souci!


E. D. : Je n'étais pas sûr d'être bon sur les parties parlées et j'étais impressionné de les faire avec toi. Tu m'as dit cette phrase...


J. M. : ... de Klaus Michael Grüber, que je répète tout le temps : "Garde la parole froide et le coeur brûlant." C'est beau.


Racontez-nous, Jeanne Moreau, vos rencontres avec Jean Genet ?


J. M. : C'était dans les années 1960. Je lui ai été présentée par Florence Malraux, Monique Lange et Juan Goytisolo.
J'étais très jeune, je connaissais peu ses livres.
Entre Jean et moi, il y a eu une vraie complicité. Qui a donné ce synopsis de Mademoiselle, un film que j'ai tourné avec Tony Richardson [sur une adaptation de Marguerite Duras]. Il a détesté.
Jean était de mauvaise foi. Il ne supportait pas qu'on touche à son oeuvre. Il contrôlait d'ailleurs les représentations de toutes ses pièces. S'il avait entendu notre version du Condamné, il nous aurait sûrement engueulés.



Etes-vous devenue une héroïne à la Genet comme vous étiez devenue une héroïne durassienne ?


J. M. : C'est différent. A l'époque où je fréquentais Margot [Duras], je vivais un grand chagrin d'amour.
Elle savait que j'allais dans les boîtes de nuit pour essayer de revoir Louis [Malle] après notre séparation et elle me demandait tous les jours : "Comment allez-vous, Jeanne, ce soir ? Vous souffrez beaucoup ? C'est magnifique !"

J'étais effectivement très durassienne. Mais héroïne de Genet, non. Même si je l'intéressais.
A un moment, il venait me chercher le soir à la sortie du théâtre Antoine, où je jouais. On riait, on allait à la Coupole, il me faisait asseoir sur la banquette devant le miroir et je lui servais d'appât pour attirer les garçons.


[Elle se lève.] Vous voulez encore du thé ? Ne bougez pas. Je vous ramène aussi un très bon cake au citron.


Etienne, vous avez découvert Jean Genet par le rock...



E. D. : En effet et j'ai cru longtemps que The Jean Genie, de David Bowie, était une référence directe, car Bowie - et Patti Smith aussi - en parlait beaucoup.
Mais pas du tout. Cela dit, il y a beaucoup de thèmes de Genet dans le rock : le drame, la théâtralité, la poésie, le romantisme, la violence, le danger.
Je me souviens, quand j'étais étudiant à Rennes, que les punks, se reconnaissant en lui, en avaient fait un de leur héros. Pete Doherty le cite souvent.



Jeanne, vous avez interprété le personnage de Lysiane dans Querelle de Brest (1982), d'après Genet, réalisé par Rainer Werner Fassbinder. Parliez-vous de Genet entre vous ?



J. M. : Non, pas du tout. Des discussions avec Fassbinder, je n'en ai jamais eu. Je l'ai souvent comparé à un danseur inconnu comme au tango.
On danse très bien ensemble mais on ignore tout de lui. Rainer me donnait des rendez-vous auxquels il ne venait jamais.
Sur le plateau de Querelle, je lui ai demandé s'il voulait quelque chose de particulier. Il m'a répondu : "Non, Jeanne, fais-le."



Un fil relie-t-il Buñuel, Malle, Fassbinder, Genet et toutes ces grandes figures qui ont marqué votre chemin ?


J. M. : Si je réfléchis bien à ma vie, tout se tient. Buñuel est quelqu'un en marge de tout : Le Journal d'une femme de chambre est un film iconoclaste.
Avec François Truffaut, c'était pareil.
Avec Louis [Malle], aussi. Les Amants : quel scandale !
Même chose avec Eva, de Joseph Losey. Je me suis fait cracher dessus et on m'a traitée de salope. Il est dans ma nature d'être scandaleuse. Je ne l'ai pas fait exprès.
Je suis en révolte depuis l'enfance, depuis que je me suis rendu compte que les adultes menaient une vie de cons. Et, depuis, cette révolte ne s'est jamais calmée ! Mais vous n'avez pas fini votre goûter !...


Le Condamné à mort, de Jean Genet (Radical Pop Music/Naïve). Sur scène, au théâtre de l'Odéon, Paris (Ve), les 23 et 24 novembre. Le spectacle est précédé d'extraits de Saint Genet, comédien et martyr, de Jean-Paul Sartre, lus par Jeanne Moreau.

.
Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2381
Age : 65
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: ETIENNE DAHO   Ven 4 Nov - 12:52


.

MONSIEUR DAHO : la Compilation









La nouvelle compilation d'Etienne Daho ,« Monsieur Daho », est disponible depuis le 31 octobre 2011.

En parallèle à la réédition de quatre albums clés de sa discographie, voici donc « Monsieur Daho », une compilation de 40 chansons qui met en lumière l'ensemble du parcours exceptionnel du chanteur, mélangeant grands succès, titres rares et de nombreuses collaborations artistiques.


Sur cette double compilation ,« Monsieur Daho » nous propose la playlist idéale regroupant ce qu'Etienne Daho a voulu retenir de plus fort et de plus étonnant de ces trente années de carrière.

Etienne Daho a choisi parmi ses dix albums, les tubes qui témoignent de l'incroyable parcours d'un jeune rennais surgi de nulle part à l'aube des années 80 et qui aura bouleversé durablement le paysage de la pop française.



Sur la compilation « Monsieur Daho », nous retrouvons aussi de nouvelles versions, un hommage à son ami Jacno ainsi qu'un bon nombre d'invités qui ont parcouru la carrière d'Etienne Daho. Air, Alain Bashung, Jane Birkin, Dani, Catherine Deneuve, Jacques Dutronc, Marianne Faithfull, Brigitte Fontaine, Charlotte Gainsbourg, Astrud Gilberto, Françoise Hardy, Jeanne Moreau, Vanessa Paradis, le groupe Saint-Etienne et bien d'autres encore.


« Monsieur Daho » propose en plus deux chansons inédites d' Etienne Daho. Un « must-have » avant de pouvoir se procurer un nouveau projet musical attendu impatiemment par tous les admirateurs du chanteur, sans doute pour 2012 !


Voici la liste des chansons du double CD 40 titres (également disponible en version vinyle) :


CD 1:
01. Ouverture
02. Le premier jour (du reste de ta vie)
03. Saudade
04. L'adorer (New version 2011)
05. Comme un boomerang (en duo avec Dani)
06. Le brasier (Live 2001)
07. Retour à Toi (Nouveau mix)
08. Corps et armes
09. Soudain (Live 2001)
10. If (remix single, en duo avec Charlotte Gainsbourg)
11. Boulevard des Capucines
12. Bleu comme toi (Single Edit)
13. Tous les goûts sont dans ma nature (en duo avec Jacques Dutronc)
14. Duel Au Soleil (Live 2001, Edit)
15. Des attractions désastre
16. Des heures hindoues (en duo avec Vanessa Paradis, home démo répétitions)
17. Le grand sommeil (Live 2004)
18. Les pluies chaudes de l'été (Edit)
19. Week End à Rome (Live 2004)
20. La baie (Edit)

CD 2:
01. Au commencement
02. Cet air étrange
03. Il ne dira pas (HF 90 Version 2011)
04. I Can't Escape From You (en duo avec Alain Bashung, Daho Show Live Tv 2007)
05. Soleil de minuit (Sombre romance mix, Edit)
06. L'invitation (Démo 2006)
07. So Sad (en duo avec Françoise Hardy, mix 2)
08. L'enfer enfin (Live 2004)
09. Ô la douceur du bagne (en duo avec Jeanne Moreau)
10. Sur mon cou
11. De bien jolies flammes
12. Les liens d'Eros (avec Marianne Faithfull, new mix)
13. Me manquer (Londres en été – Air Remix)
14. Un serpent sans importance
15. Mon amour baiser (en duo avec Jane Birkin)
16. Mythomane (Version 2009)
17. Les bords de Seine (en duo avec Astrud Gilberto)
18. Amoureux solitaires (Live à la Cité de la musique 2011, feat. Calypso Valois)
19. L'adorer (en duo avec Catherine Deneuve)
20. Cap Falcon



Site officiel de Etienne Daho


http://dahofficial.com/wordpress/2011/10/%c2%ab-monsieur-daho-%c2%bb-et-les-4-albums-reedites-sortis-ce-31-octobre-2011/




Retrouvez dès à présent sur Itunes "Monsieur Daho" ainsi que les rééditions au format Deluxe des albums réédités "Mythomane" , "Pop Satori" , " Corps et Armes " et enfin " L’Invitation "

Il est à noter que les vinyles de "Monsieur Daho" et de "Corps et Armes" ont été décalés au 28 novembre 2011.


Par ailleurs, la Fnac Montparnasse (Paris) organise une rencontre avec Etienne pour la sortie de "MONSIEUR DAHO" le vendredi 4 novembre 17h30









.
Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2381
Age : 65
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: ETIENNE DAHO   Dim 22 Nov - 0:54

.



Étienne Daho

Un itinéraire pop moderne




samedi 21 novembre à 22h20






Comment approcher le mystère Étienne Daho, figure aussi célèbre que secrète, qui a traversé, très vite au premier rang, plus de trente ans de pop française ?


En dépit de son influence, de sa notoriété, de ses succès (quatre disques d'or, six de platine), il a su se préserver d’une forme d’exhibition qui le répugne. Ses paroles et musiques ciselées, éminemment personnelles, sont là pour raconter ce qu'il est.


Alors que son double album best of, L'homme qui marche, est attendu le 6 novembre, Antoine Carlier, qui a notamment réalisé le clip de "En surface", lui consacre un portrait élégant et pudique, à son image.







Liberté


"Ce qui m'importe le plus, dans ce que j'écris, c'est la liberté." Dans les coulisses de sa tournée 2014-2015, le Diskönoir Tour, au gré d’une errance dans les rues de Londres ou sur les rives de la Méditerranée, Étienne Daho livre les clés d'un chemin musical resté toujours intimement lié à sa vie.


En parallèle, à travers les très riches archives de son parcours artistique – répétitions, concerts, interviews, clips… – se dévoilent les contrastes d'une œuvre qui n'a cessé de se renouveler, du "jeune homme moderne" mais déjà romantique de la scène rennaise des années 1980 au chanteur habité du Condamné à mort (de Genet, avec Jeanne Moreau).

Des compagnons de route (Elli Medeiros, l'éditeur musical Patrick Zelnik, Debbie Harry, Jane Birkin, Lou Doillon, les journalistes Jean-Éric Perrin et Gérard Lefort…) complètent ce portrait d'un auteur majeur, qui concilie de façon unique l'avant-gardisme, le rock et la chanson populaire, la noirceur et la légèreté, l'indépendance et le succès, l'ouverture et la solitude.



http://www.arte.tv/guide/fr/058408-000/etienne-daho#arte-header



[/center]



.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ETIENNE DAHO   

Revenir en haut Aller en bas
 
ETIENNE DAHO
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ETIENNE DAHO
» Le Havre - Rue Etienne Peau Rouelles photographe 1877 Niobé océanographe journaliste Kerguelen
» Je suis maintenant en paix avec ma voix - Etienne Cousineau
» st etienne le 24 novembre 1980
» Je me remets souvent en question - Etienne Cousineau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LA MUSIQUE ADOUCIT LES MOEURS :: TOUTE LA MUSIQUE QUE J'AIME.... :: LA CHANSON FRANCAISE :: CHANTEURS FRANCOPHONES-
Sauter vers: