H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 PRINCE ( Prince Rogers Nelson )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2440
Age : 66
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: PRINCE ( Prince Rogers Nelson )   Sam 2 Aoû - 18:41


.

PRINCE












Un chiffre, pour situer le personnage : depuis son premier album, en 1978, Prince a vendu plus de 100 millions de disques dans le monde entier. Presque autant que Michael Jackson ! De son vrai nom, Prince Rogers Nelson, Prince est né le 7 juin 1958, à Minneapolis.


Considéré comme l'un des artistes les plus novateurs des années 1980, Prince monte son premier groupe, Grand Central, en 1973. Il joue de la guitare et des claviers. Le groupe reprend principalement des succès du Top 40. Ils jouaient dans les cours d'écoles et les maisons de quartier.

Début 1976, Grand Central Corporation enregistre ses propres titres. Au studio Moon Sound, à Minneapolis, Prince rencontre le propriétaire, Chris Moon, avec il va travailler en délaissant son groupe et il commence à produire des maquettes sur lesquelles il joue de tous les instruments - Il est capable d'en jouer plus d'une vingtaine.


Son premier disque sort en 1978. Les tubes s'enchaînent : Purple Rain, Kiss, Cream, Sexy MF, I Wanna Be Your Lover, Controversy, The Most Beautiful Girl In The World, Sign O The Times, Girls & Boys... Le succès ne le désertera jamais.


En 30 ans de carrière, Prince a sorti plus d'une quarantaine d'albums sous son nom ou sous divers pseudonymes. On y compte deux double albums, trois triple albums, et un quadruple album : Crystal Ball, en 1998.


Son style musical oscille principalement entre le rock, le jazz et le funk groovy. Son dernier album en date est Planet Earth, sorti en juillet 2007. L'album a été distribué gratuitement en Grande-Bretagne par l'intermédiaire d'un hebdomadaire, le Mail of sunday. Le journal sera tiré pour l'occasion à trois millions d'exemplaires.

Une méthode de distribution contre laquelle ce sont élevés les distributeurs locaux qui ont retiré l'album des rayons. Le disque était aussi remis à l'entrée des concerts donnés par Prince en août et septembre à Londres. Du jamais vu !


Il faut préciser qu'en 1993, Prince a annoncé son retrait de l'industrie musicale et, par la même occasion, a pris pour nom un symbole. Depuis, il sort ses disques de façon indépendante et confidentielle et devient du coup, moins présent sur la scène médiatique.
En guerre contre les maisons de disques, Prince a largement contribué a modifié, profondément, les rapports entre les artistes et les labels, qu'il s'agisse de « l'auto-production » ou de la distribution directe du musicien aux consommateurs.










BIOGRAPHIE


Prince Rogers Nelson, connu sous le nom d'artiste Prince ou sous la forme d'un symbole imprononçable (communément appelé « love symbol »), est né le 7 juin 1958.

Ce producteur, compositeur, chanteur et musicien de funk et de pop américain, s'est illustré depuis la fin des années 1970 comme un musicien multi-instrumentiste d'une très grande prolixité.

Dans les années 1980 Prince est l'une des stars les plus adulées, pouvant compter sur une solide base de fans appréciant ses qualités novatrices et ses dons de musicien. En 1993, il annonce son retrait de l'industrie musicale et prend pour nom un symbole.
Il sort alors ses disques de façon indépendante et confidentielle, et devient beaucoup moins présent sur la scène médiatique. En 2000, son contrat avec Warner-Chappel se termine et il récupère l'usage du nom de Prince. Il renoue alors avec les maisons de disques ne signant avec elles que des contrats ponctuels de distribution lui laissant une entière autonomie artistique.
Prince est membre du Rock'n'Roll Hall Of Fame depuis 2004.



Prince - kiss sélectionné dans N.C.




Prince est né le 7 juin 1958 à Minneapolis, dans le Minnesota, un état du centre des États-Unis. Il est resté très attaché à cette ville, et l'a mise régulièrement en valeur dans ses chansons, ses clips ou certains de ses films.


Son père, John L. Nelson, était plâtrier. Sa mère venait de finir ses études lorsqu'elle rencontra John dont elle était de 16 ans la cadette. Après avoir été diplômée, elle travailla principalement dans un service d'action sociale. Ils eurent ensemble deux enfants : Prince Rogers, en 1958 et Tyka Evene, en 1960. John a choisi pour son fils le nom du personnage qu'il interprète dans son groupe de jazz: Prince Rogers, c'est donc son véritable prénom. Prince est souvent affublé à tort du nom de Roger Nelson.


Le père de Prince était un musicien de jazz brillant mais méconnu, qui se produisait régulièrement dans les clubs de la ville. Mattie l'accompagnait parfois au chant.
John et Mattie divorcent en 1968 ; Prince sera d'abord hébergé chez diverses personnes de sa famille avant de choisir d'habiter chez un de ses copains de classe, André Anderson. La mère d'André, Bernadette, s'occupait déjà de six enfants et Prince décidera de loger dans la cave des Anderson. Une longue amitié va se développer avec André, qui deviendra plus tard son premier bassiste sous le nom d'Andre Cymone.



Ses débuts de musicien


Prince monte en 1973 son premier groupe Grand Central, dans lequel il joue de la guitare et des claviers. Le groupe reprenait principalement des succès du Top 40 de l'époque.

L'année suivante, Grand Central jouit déjà d'une solide réputation à Minneapolis et Morris Day fut intégré au groupe. Figure charismatique, le nouveau venu deviendra plus tard une star à part entière, notamment pour sa participation au sein du groupe The Time et à son rôle dans le film Purple Rain.


Le groupe fut managé un temps par la mère de Morris Day, qui avait de vagues connaissances dans le milieu artistique. Une Corporation fut créée et les musiciens furent payés par chèque. Le nom du groupe évolua en Grand Central Corporation ou Champagne. une rencontre eut lieu peu après avec un musicien et producteur, Pepe Willie, et ensemble ils commencèrent à travailler pour le groupe.

En décembre 1975, Pepe Willie emploie Prince comme guitariste pour des sessions de son propre groupe, 94 East. Ce fut la première fois que Prince enregistra en studio, il avait 16 ans. Un contrat fut signé peu après avec Polydor, mais 94 East ne sortit jamais de disque (les bandes seront éditées bien plus tard sous le nom de "94 East featuring Prince").

Fort de cette première expérience, Prince embarque son groupe début 1976 dans l'enregistrement d'un album studio. Ils enregistrent notamment au studio Moon Sound, à Minneapolis. Le propriétaire, Chris Moon, fut impressionné par le talent de Prince et lui proposa de travailler sur des publicités en échange de sessions studio gratuites. Au fil des semaines, Prince passait de plus en plus de temps à produire des maquettes sur lesquelles il tenait tous les instruments, au détriment du projet d'album pour Grand Central Corporation, qui disparaît peu après.

En septembre 1976, Prince a complété 14 titres et part tenter sa chance seul à New York, sans succès. Chris Moon rappelle Prince à Minneapolis et lui propose de rencontrer Owen Husney, qui deviendra son premier manager.

Husney élabore avec Prince une stratégie pour conquérir les maisons de disques, notamment en le rajeunissant de deux ans et en le présentant comme le nouveau Stevie Wonder. Les deux hommes exigèrent des conditions jamais vues pour l'époque: permettre à Prince d'être son propre producteur (il a alors 18 ans !), et d'enregistrer trois albums pour lesquels il assurera seul la composition, l'écriture, les arrangements et tous les instruments.
Ils obtiennent finalement un contrat avec Warner Bros assorti d'une avance de 180 000 $ pour 3 albums, et que Prince consommera presque intégralement pour l'enregistrement du premier.







Un contrôle total de son art



Musicien autodidacte, Prince est capable de jouer de plus de 20 instruments et enregistre ses albums entièrement seul.
À l'instar de Stevie Wonder, il enregistre chaque instrument l'un après l'autre pour former la chanson complète. On relate ainsi son processus de création : partant d'un instrument (par exemple le piano), il compose sa mélodie. Puis, il ajoute ou supprime d'autres instruments au fur et à mesure, jusqu'à ce que le résultat lui convienne.


En étant seul dans le studio il peut enregistrer sans aucune limite, les ingénieurs du son faisant un roulement toutes les huit heures à la console. Certaines de ses compositions ont nécessité plus de 24h de travail en continu !

Il passe ensuite derrière la console et enregistre lui-même les voix et s'occupe du mix final. À ce rythme, il indiquait à la fin des années 1990 avoir en réserve plus d'un millier de chansons inédites soit l'équivalent de plus de 60 albums d'avance (si on compte 15 titres par album) !


Sur scène, Prince est aussi considéré comme un artiste majeur. Ses spectacles reposent sur une structure musicale souvent agrémentée de longs passages improvisés. Le set list change ainsi très régulièrement. Bien que certaines tournées aient été très élaborées, Prince n'a jamais eu besoin de recourir à des effets spéciaux ou des chorégraphies millimétrées. Ses talents de danseur, de guitariste, de chanteur et de meneur de revue suffisent à produire un spectacle de grande qualité.



Pour arriver à ce niveau de performance, Prince est un perfectionniste : il filme tous ses concerts puis revisionne les bandes dans la nuit et décide de ce qui est à modifier le lendemain.
Les concerts officiels se prolongent occasionnellement dans des salles plus petites. Ce sont les fameux " aftershows ", des prestations largement improvisées et jouées jusqu'au lever du jour… ou jusqu'à la fermeture de la salle. Ces concerts intimistes permettent de présenter un autre aspect de l'œuvre de Prince, et parfois d'assister à la création en direct de nouvelles œuvres musicales.

"Real music by real musicians" : tel était son mot d'ordre lors de la tournée de 2002, un principe appliqué depuis les débuts de sa carrière. Cet homme a consacré la totalité de sa vie à la musique, et à part sa religion et particulièrement sa nouvelle religion, a rarement communiqué sur d'autres choses.








Discographie : une riche carrière



Le premier disque de Prince est paru en 1978 et depuis cette date, Prince a vendu plus de 100 millions d'albums à travers le monde. Sa carrière est jalonnée par d'innombrables succès avec des tubes comme I Wanna Be Your Lover, Controversy, 1999, Let's Go Crazy, When Doves Cry, Purple Rain, Raspberry Beret, Kiss, Girls & Boys, Sign O The Times, Alphabet St., Batdance, Gett Off, Cream, Sexy MF ou The Most Beautiful Girl In The World.


En 30 ans de carrière, il a sorti plus d'une quarantaine d'albums sous son nom ou sous divers pseudonymes. On y compte deux double albums, trois triple albums, et un quadruple album : "Crystal Ball" (1998), qui existe également en édition limitée avec un disque supplémentaire qui en fait un quintuple album.


Son style musical, inspiré notamment par le funk expérimental de Shuggie Otis, George Clinton ou Sly Stone, oscille principalement entre le rock, le jazz et le funk groovy. Il est considéré comme l'un des artistes les plus novateurs des années 80, de par ses prises de risques musicales et commerciales durant cette période.

La critique comme le public ont acclamé certains de ses albums, comme 1999 (1982), Purple Rain (1984), Sign 'O' The Times (1987) ou Diamonds & Pearls (1991). Ses contemporains lui reconnaissent en outre un sens incontestable de la mélodie (Miles Davis disait de lui qu'il était le nouveau Duke Ellington), une très grande maîtrise technique (Eric Clapton considère Prince comme un des plus grands guitaristes du monde), et tous sans exception considèrent Prince comme l'artiste ayant la plus grande présence scénique.

Dans les années 1990 et 2000, il a également fait paraître des albums thématiques, comme un disque acoustique (The Truth, 1997), un ballet néo classique (Kamasutra, 1997), un disque piano (One Nite Alone..., 2001), un album jazz et violon (Xpectation, 2003 avec Candy Dulfer et Vanessa Mae) ou encore un album instrumental où chaque titre fait exactement 14 minutes (N.E.W.S., 2003).


.


Dernière édition par Bridget le Mar 8 Nov - 0:18, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2440
Age : 66
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: PRINCE ( Prince Rogers Nelson )   Dim 3 Aoû - 15:17



.










Un artiste déterminé et avant-gardiste


Dès le départ, Prince a souhaité imposer aux maisons de disques sa vision personnelle de l'industrie musicale.

En étant son propre producteur et en jouant de tous les instruments, il crée ainsi exactement le son qu'il souhaite sur ses disques. La signature "Produced, Composed, Arranged and Performed by Prince" devint une marque de fabrique constante sur les pochettes.

Cette responsabilité, portée par une seule personne, est pratiquement unique dans le monde du show-biz à ce niveau de notoriété (rappelons que plusieurs albums de Prince ont obtenu des scores de vente supérieurs à 5 millions d'unités). Le revers de la médaille est que Prince est seul à faire tous les choix artistiques, et certains de ses détracteurs estiment qu'il devrait « s'ouvrir » aux meilleurs producteurs du moment.

Tout au long de sa carrière, Prince a constamment cherché à faire évoluer l'industrie du disque tout en essayant de préserver la qualité intrinsèque de la création musicale.


Dès 1981, il commence à produire et enregistrer pour des groupes "satellites", qui lui permettaient d'engager une compétition complice, notamment avec le groupe The Time dans lequel on retrouve son vieux copain Morris Day. Les premières productions de ce type (The Time, puis Vanity 6, puis Sheila E) obtinrent de très bons scores de ventes.

À tel point qu'en 1985, Prince et Warner forment un label conjoint : Paisley Park. Ce label produira des artistes n'ayant rien à voir avec l'univers de Prince (comme Three O'Clock, Taja Sevelle, Good Question...), ou réhabilitera d'anciens héros du funk et de la soul (Mavis Staples, George Clinton, Larry Graham…).



En 1986, il lance la construction à Minneapolis d'un immense complexe musical, également nommé Paisley Park. Avec ces studios ultra modernes à disposition, Prince n'a plus besoin de définir de budget ou de louer des studios d'enregistrement. Cet ensemble comprend également un atelier de confection, capable de réaliser toutes les excentricités vestimentaires pour Prince et l'ensemble de son groupe. Il y a aussi des ateliers de montage de vidéos, des salles de danse, et une salle de répétition grande comme une arène de hockey. Ces studios sont mondialement connus et de nombreux artistes célèbres viennent également y enregistrer, ou y répéter des tournées.

Cet univers exclusif permet à Prince de délivrer ses prestations "clef en main", sur tous les stades de la production.

D'ailleurs, sa production devient de plus en plus importante. En 1987 il souhaite sortir un triple album, Crystal Ball, un projet qui sera refusé par la maison de disques pour des raisons commerciales. La même année il souhaita publier le Black Album, un disque livré sous une pochette entièrement noire et ne comportant pas le nom de Prince. La sortie fut annulée une semaine avant la date officielle, et le disque devint ainsi l'un des albums les plus piratés au monde.
Depuis cette époque un très grand nombre d'œuvres inédites, parfois même des albums entiers, s'échappent des studios Paisley Park et s'échangent sous le manteau. Pourtant, Prince semble très réfractaire au sujet des "bootlegs" (disques pirates).


Son intense productivité va progressivement nuire aux relations avec sa maison de disques. Prince annonce publiquement en avril 1993 son retrait définitif de l'industrie musicale, alors qu'il avait signé moins d'un an auparavant l'un des plus gros contrats de l'histoire du disque.



Engagé alors dans une longue bataille juridique avec la Warner pour la récupération et l'utilisation de ses oeuvres, Prince se considéra pendant quelques années comme un "esclave" de l'industrie musicale (il inscrit au feutre le mot "slave" sur sa joue lors de ses apparitions en public).

Cette période eut un effet désastreux sur sa notoriété et son public fut déstabilisé. D'autant que le nom de Prince était toujours utilisé pour les albums édités par Warner et délivrés par l'artiste pour remplir ses obligations contractuelles. Dans le même temps, ce dernier avait opté pour un symbole imprononçable et éditait son plus récent matériel sur son nouveau label obscur et mal distribué, NPG Records.


Ce changement de nom, bien que largement répercuté dans les médias, fut souvent l'objet de dérision. Placés devant la nécessité de le nommer malgré tout, les médias l'ont rapidement affublé, entre autres, de l'acronyme TAFKAP pour The artist formerly known as Prince, ou du pseudonyme Love Symbol, qui désigne également le symbole imprononçable dont il est question ci-dessus.


Pour autant, cette décision largement incomprise a l'époque a fait école depuis. Bien que d'autres artistes aient précédemment décidé de quitter leur maison de disques avec retentissement (citons Frank Zappa ou Léo Ferré), Prince fut le premier d'une longue série d'artistes à claquer la porte des majors dans les années 90: Mariah Carey, George Michael, ou Johnny Hallyday entre autres, ont suivi le même chemin.


L'avènement de l'internet grand public et la possibilité pour les fans de télécharger la musique directement en provenance de l'artiste (à l'aide du peer-to-peer, de sites comme MySpace ou de plate formes de téléchargement légales comme iTunes) ont contribué à renforcer les liens entre artistes et consommateurs de musique. Prince annonçait dès 1995 (sur l'intro de l'album Exodus) que sa musique serait ainsi mise à disposition des fans.


Après bien des rebondissements, Prince est libéré de la Warner le 12 novembre 1996. Il en profite immédiatement pour éditer le premier triple album de sa carrière : le bien nommé Emancipation. Il conservera toutefois l'usage du symbole jusqu'au 31 décembre 1999 et le terme de son contrat d'édition avec cette compagnie.


Par la suite il approcha à nouveau les maisons de disques pour signer des contrats de distribution uniquement, considérant que leur travail se limite à la promotion des disques. Il livrera alors ses albums "clefs en main", sans laisser à la maison de disque une quelconque possibilité de négociation sur le contenu, le livret, ou la qualité des chansons.

Lors de cette période, Prince se prépara également à la distribution directe de ses œuvres auprès de son public. Dans un premier temps, il ouvrit des magasins (les NPG Stores, en 1993), puis il proposa un système de vente par catalogue (1993), puis par téléphone (1994), pendant ses concerts (1995), puis par internet (1999), avant de proposer ses nouveaux morceaux sur le Musicology Download Store (2003-2006), un site de téléchargement légal.


En 2004, Prince crée l'évènement en distribuant son CD Musicology à l'entrée de ses concerts. A côté des ventes en magasin, plus de 400 000 exemplaires seront ainsi écoulés ce qui obligea les organismes américains à revoir leur méthode de calcul des ventes de disques. En effet, le CD est bien vendu puisque son prix est inclus dans le prix du billet de concert.

En 2006, Prince débute une série de concerts en résidence à Las Vegas sur le thème de "3121". Après un passage très remarqué lors de la finale du Superbowl en février 2007, ce concept sera prolongé à Los Angeles.





En 2007, il donne une impressionnante série de 21 concerts à Londres à guichets fermés, dans une salle de 18 000 places (l'O2 Arena). Reproduisant la méthode éprouvée en 2004 avec Musicology, l'album Planet Earth sera distribué gratuitement à l'entrée de la salle sur présentation du billet d'entrée.
Au même moment, cet album est distribué en Grande-Bretagne avec l'hebdomadaire Mail of Sunday, tiré pour l'occasion à trois millions d'exemplaires! Ce procédé lui attirera le courroux des disquaires britanniques qui retirèrent immédiatement l'album des rayons.

D'une façon incontestable, Prince a profondément modifié les rapports entre artistes et maisons de disques, créant un nombre important de précédents notamment dans le domaine de l'auto-production et de la distribution directe du musicien vers les consommateurs de musique.




D'une manière générale, on peut considérer Prince comme un artiste " hors-norme ", souhaitant constamment se démarquer de l'industrie du disque traditionnelle. Si cette stratégie a payé dans les années 1980, elle lui a valu une immense baisse de sa popularité dans les années 1990 du fait de son changement de nom pour un symbole.


Il revint cependant au goût du jour dans les années 2000 notamment avec l'album The Rainbow Children (2001) encensé par la critique, ainsi qu'avec le coffret live One Nite Alone (2002). Musicology (2004) lui a permis de retrouver le succès aux USA avec 2 millions d'exemplaires vendus et une tournée qui fut la plus lucrative de l'année, devant Lenny Kravitz et Madonna.


L'album 3121 paru en 2006 a été classé n°1 la semaine de sa sortie. En 2007, l'album Planet Earth a été écoulé à trois millions d'exemplaires avec un hebdomadaire britannique.


En sus de sa propre carrière, Prince a produit et composé de nombreux morceaux pour d'autres artistes (en signant parfois sous des pseudonymes). Les titres les plus connus sont: Nothing Compares 2 U (composé pour le groupe The Family, puis repris par Sinéad O'Connor), I Feel For You (repris par Chaka Khan), Love... Thy Will Be Done et Martika's Kitchen pour Martika, Manic Monday pour The Bangles, On the Way Up pour Elisa Fiorillo, et plusieurs autres pour Lenny Kravitz, Madonna, Céline Dion, Sheena Easton, Joe Cocker, Maceo Parker, Stevie Wonder, ou George Clinton.


Il a d'ailleurs créé un univers musical totalement original en contrôlant des groupes "satellites" pour lesquels il produit, compose, écrit, et arrange intégralement les albums: The Time, Vanity 6, Wendy & Lisa, Sheila E, The Family, Madhouse, Jill Jones, ou Carmen Electra, entrent dans cette catégorie.




Prince - Diamonds and Pearls -




.


Dernière édition par Bridget le Lun 7 Nov - 23:28, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2440
Age : 66
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: PRINCE ( Prince Rogers Nelson )   Lun 5 Jan - 15:31



.
Lundi 5 janvier 2009






Les fans du chanteur Prince se frottent les mains : leur artiste favori prévoit de sortir 3 albums en 2009.

Le chanteur de Minneapolis, qui roule sous ses propres couleurs (entendez par là qu'il distribue désormais ses disques de façon indépendante) a déclaré qu'il avait pratiquement terminé deux albums solo, intitulés MPLSOUND et Lotus Flower, ainsi qu'un autre opus dénommé Elixir.

MPLSOUND met à l'honneur un univers orienté électro tandis que Lotus Flower fait plutôt la part belle aux sonorités acoustiques.

Prince se passera des services d'une grosse maison de disques pour ces nouvelles productions. L'artiste, âgé de 50 ans, aurait dans l'idée de négocier directement avec une chaîne de supermarchés pour écouler ces 3 albums sur le marché américain, d'après le LA Times.

Le dernier album studio de Prince remonte à juillet 2007 avec Planet Earth. Plus récemment, en septembre 2008, le chanteur a livré un live, Indigo Nights, basé sur les concerts réalisés au night club indigO2 à Londres, en 2007.


http://www.ramdam.com/actu/2009/08154.htm



.


Dernière édition par Bridget le Lun 7 Nov - 23:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2440
Age : 66
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: PRINCE ( Prince Rogers Nelson )   Jeu 16 Juil - 14:00

.

Prince doublement à l'affiche au Festival de Montreux
Olivier Nuc
16/07/2009










Institution depuis ses débuts en 1967, le Festival de jazz de Montreux s'est fait fort depuis de longues années de présenter des créations exclusives. On se souvient en particulier d'une des dernières apparitions scéniques de Miles Davis, en 1991, qui acceptait pour la première fois de revisiter son passé en compagnie de Quincy Jones. Ce dernier a lui-même bénéficié d'un hommage tout particulier l'an passé, à l'occasion de son 75 e anniversaire.


Pour cette édition, Claude Nobs, fondateur de la manifestation, a convaincu Prince de se produire à deux reprises au cours de la même soirée. C'est ainsi que, samedi prochain, le musicien foulera la scène d'abord à 19 heures, puis vers 23 heures, pour donner deux sets radicalement différents, qui prouveront qu'il demeure une des figures les plus imprévisibles et les plus actives de la musique américaine.


On veillera par ailleurs à ne pas manquer le guitariste anglais Jeff Beck qui est sorti de sa réserve pour revisiter les plus belles pages de sa carrière. En exclusivité suisse, le pianiste Allen Toussaint viendra régaler les festivaliers du son de la Nouvelle Orléans dont il est l'un des plus brillants ambassadeurs.

Les amateurs de rock sixties seront comblés avec le boogie de Status Quo et la puissance de John Fogerty tandis que les amateurs de jazz vocal ne louperont pas Madeleine Peyroux ainsi que celle qui fait figure de révélation de l'été, la divine Melody Gardot.


http://www.lefigaro.fr/musique/2009/07/16/03006-20090716ARTFIG00309-prince-doublement-a-l-affiche-au-festival-de-montreux-.php



.


Dernière édition par Bridget le Lun 7 Nov - 23:43, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2440
Age : 66
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: PRINCE ( Prince Rogers Nelson )   Dim 26 Juil - 14:04

.

Prince étincelant dans un rare passage européen


20/07/2009








De notre envoyé spécial à Montreux (Suisse) Olivier Nuc

Le chanteur américain a conclu samedi soir le 43e Festival de jazz de Montreux avec deux concerts exceptionnels.

La rumeur bruissait depuis plusieurs mois, mais Claude Nobs, fondateur de l'événement, n'a confirmé l'information qu'aux premiers jours de juillet : Prince avait réservé l'exclusivité de ses apparitions européennes au Festival de Montreux. «Il m'a demandé de revenir jouer ici par un e-mail que j'ai reçu le 7 avril dernier, en promettant de donner un concert encore meilleur qu'en 2007», affirmait ainsi Nobs lors de la conférence de presse de clôture.


Arrivé sur le site dans la journée de jeudi, l'artiste est allé discrètement saluer la ravissante Melody Gardot à l'issue de sa prestation du lendemain, laissant à ses musiciens le soin de parler à la presse à sa place.
«Tout peut arriver au cours de ces deux concerts, expliquait ainsi le pianiste Renato Neto. Nous avons répété plusieurs centaines de chansons, mais c'est lui qui décidera ce que nous allons jouer.»
À la disposition de Prince jusqu'à la fin de l'été, ses trois accompagnateurs ont appris depuis longtemps à obéir au fonctionnement particulier de leur employeur. Son public aussi.


Superstar révélée il y a vingt-cinq ans avec Purple Rain, Prince est désormais perçu par ses fidèles à sa juste valeur : un musicien prolifique et exigeant, énigmatique parfois, déroutant souvent.

«Il est capable de nous appeler au milieu de la nuit pour nous convoquer en studio», explique la bassiste Rhonda Smith, qui joue avec lui depuis 1996. «Ces deux concerts vont être pour nous l'occasion d'expérimenter de nouvelles choses.» En trois heures de musique réparties en deux sets (le premier à 19 h 30, le second vers minuit), Prince aura pleinement l'occasion de le démontrer.




Solos de guitare incandescents


Filmées, les prestations montreront deux facettes également aimables du musicien : à la fois l'homme désireux de revisiter des pièces très rares de sa discographie, dans des arrangements subtils qui tirent vers un jazz un peu naïf, et la bête de scène, qui délivre des solos de guitare incandescents.
Très riche en balades, le premier concert offrit très peu de titres connus. Seuls Little Red Corvette et Nothing Compares 2 U peuvent prétendre à ce statut parmi la douzaine de morceaux exécutés en début de soirée.


Bridé dans des orchestrations qui tirent vers la fusion, Prince ne révélera toute sa dimension qu'en deuxième partie de programme. Notamment en puisant dans le répertoire d'autres artistes : Billy Cobham pour une pétaradante version de Stratus, et Jimi Hendrix avec un Spanish Castle Magic halluciné.
Sourire éclatant, laissant beaucoup d'espace à ses musiciens, Prince s'est amusé à revisiter le All Shook Up d'Elvis, tout comme son propre Purple Rain offert en guise de final lumineux.

Si sa production discographique laisse beaucoup à désirer depuis quelques années, Prince vit une belle deuxième carrière d'homme de scène.




Prince (ici de retour à son hôtel samedi) a terminé la soirée par une version lumineuse de Purple Rain. Crédits photo : AFP


http://www.lefigaro.fr/musique/2009/07/20/03006-20090720ARTFIG00234-prince-etincelant-dans-un-rare-passage-europeen-.php



.


Dernière édition par Bridget le Lun 7 Nov - 23:48, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2440
Age : 66
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: PRINCE ( Prince Rogers Nelson )   Jeu 6 Aoû - 12:27



.


Le chanteur américain Prince va se produire à l'Opéra de Monte-Carlo.








Prince se produira le 13 août à l'Opéra de Monte-Carlo, réalisé par Charles Garnier en 1878, pour lequel le chanteur et musicien américain a eu "un coup de coeur".

"Il a vu les photos et il a dit: c'est là que je veux chanter", a déclaré à l'AFP Jean-René Palacio, le directeur artistique de la Société des Bains de Mer (SBM), qui organise l'événement.

C'est la première fois que Prince se produira dans une salle d'opéra, a indiqué M. Palacio.

Le chanteur américain, qui avait clôturé le mois dernier le festival de Jazz de Montreux, cherchait des "lieux d'exception" pour se produire en Europe: "l'image glamour de Monte-Carlo lui a plu", a-t-il précisé.

Prince donnera deux concerts consécutifs le 13 août, le premier à 20H00 et le second à 23H00, au prix unique de 200 euros.
L'opéra de Monte-Carlo a été réalisé par Charles Garnier sur le modèle de l'opéra Garnier à Paris. Il comprend 500 places.


http://www.lepoint.fr/culture/2009-08-06/le-chanteur-americain-prince-va-se-produire-a-l-opera-de-monte/249/0/367180




.


Dernière édition par Bridget le Mar 8 Nov - 0:12, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2440
Age : 66
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: PRINCE ( Prince Rogers Nelson )   Jeu 6 Aoû - 22:55

.




.


Dernière édition par Bridget le Mar 8 Nov - 0:22, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2440
Age : 66
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: PRINCE ( Prince Rogers Nelson )   Lun 7 Sep - 22:08



.

Prince – Lotusflow3r



Deux ans après Planet Earth qui avait fait sensation en étant distribué en supplément d’un grand quotidien britannique, Prince a usé d’un nouveau moyen de diffusion original en réservant la vente de son nouveau projet au grand magasin Target.

Ce triple album intitulé Lotus Flow3r marque le grand retour du chanteur américain au travers de morceaux que les fans avaient déjà pu entendre sur Internet plusieurs semaines avant leur parution officielle.

Si le premier CD s’oriente vers des sonorités acoustiques, le second volet puise dans la musique électro expérimentale...

Après être sorti aux Etats-Unis au printemps dernier, Lotus Flow3r est disponible en France le 7 septembre 2009, précédé par la commercialisation fin août du single Dance 4 Me.

http://www.evous.fr/musique/Sorties-CD-7-septembre-2009,7937.html


Dernière édition par Bridget le Lun 7 Nov - 23:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9776
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: PRINCE ( Prince Rogers Nelson )   Jeu 8 Oct - 1:51

CONCERTS EXCEPTIONNELS DE PRINCE A PARIS


Watch (Purple Rain)Superbowl Halftime Performance - Prince in Musique  |  View More Free Videos Online at Veoh.com

le chanteur Prince se produira dimanche sous la nef du Grand Palais à Paris
pour deux concerts exceptionnels à quelques heures d'intervalle,
a annoncé mercredi Encore Productions.

Le premier concert est programmé à 17h et le second à 22h.
Les précisions concernant la tarification et les modalités de réservation et d'achat des billets pour le public seront communiquées d'ici jeudi,
a précisé la maison de production à l'Associated Press.

Actuellement en visite à Paris dans le cadre de la Semaine de la mode,
Prince a visité en petit comité le Grand Palais mercredi matin,
et il est "tombé amoureux de l'endroit", a-t-on expliqué chez Encore Productions.

Avec le Grand Palais,
Prince confirme sa préférence pour des lieux originaux ou prestigieux,
après avoir donné deux concerts le 13 août dernier dans la salle Garnier de l'Opéra de Monte-Carlo, à Monaco. AP
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2440
Age : 66
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: PRINCE ( Prince Rogers Nelson )   Dim 11 Oct - 13:39



.

Le Grand Palais, nouvelle folie de Prince







près L'Opéra de Monte-Carlo, le 13 août, dans la principauté de Monaco (Le Monde du 15 août), le Grand Palais, à Paris, dimanche 11 octobre. Les récents concerts du chanteur, guitariste et producteur américain Prince, 51 ans, se doivent d'avoir de l'allure, décidés au dernier moment dans des lieux surprenants. Avec ce "Prince en son Grand Palais" on est servi.


La Nef accueillera un premier concert à la lumière du jour passant par la verrière, à 17 heures, "All Day", et un autre à 22 heures, "All Night". Annoncées mercredi 7 octobre, avec mise en vente essentiellement dans les Fnac, vendredi 9 à partir de 10 heures, les deux fois 5 500 places (99 € debout et 147,50 € assis) sont parties en 77 minutes. Moins bien que les 7 minutes pour 8 000 places (entre 195 et 480 francs suisses), au Jazz Festival de Montreux, le 4 juillet, pour un concert le 18. Mais quand même.


Prince en concert à Paris, c'est une première depuis le Zénith du 28 octobre 2002 et dans la foulée un Bataclan, le 29, deux forts moments musicaux. Pour mémoire sa dernière grande tournée, aux Etats-Unis, remonte au printemps-été 2004. Entre fin 2006 et fin avril 2007 il avait pris résidence au Rio Hotel & Casino de Las Vegas puis du 1er août au 28 septembre 2007 à l'02 Arena, à Londres. Le public du monde entier venant alors à lui.


Pour s'en tenir à la décennie en cours, Prince a aussi joué dans les endroits les plus variés : son studio, Paisley Park, dans la banlieue de sa ville natale Minneapolis, de nombreux clubs, sa résidence à Los Angeles, de rares festivals (Montréal, Montreux, Coachella)... Des concerts dits "one-off". Un lieu pour un, deux concerts, parfois un peu plus.


Jean-Paul Cluzel, président du Grand Palais, revient sur la genèse des deux concerts. "Mardi 6 octobre, Prince assistait, dans la matinée, au défilé Chanel (le chanteur était à Paris depuis samedi 3 pour suivre la Fashion Week). Il a eu un coup de foudre pour le lieu. Mercredi matin, son producteur français, Pascal Bernardin a appelé François Belfort, directeur des manifestations et des événements au Grand Palais, et Prince est revenu avec une équipe technique. On a dit oui, sans réfléchir, même si c'était serré."


Même constat chez Encore Productions dirigé par M. Bernardin, plus de trente ans de métier, habitué des concerts et tournées des stars du rock (U2, Rolling Stones, Prince régulièrement) et des grands spectacles.


"On est dans l'urgence, confirmait, vendredi en début de soirée, Encore Productions, alors que les dernières structures de la Fashion Week étaient démontées pour laisser place à celles des concerts. En capacité de sons et lumières, il y a ce qu'il faut. Du matériel arrive des Etats-Unis. Le lieu est atypique mais pas impossible." Une verrière, un dôme qui culmine à 45 mètres, de l'acier, un temps de réverbération pouvant aller jusqu'à 7 secondes. Et un classement de monument historique. Le son sera donc la partie la plus délicate ici où quelques concerts ont déjà été organisés mais conçus très en amont.


Sur la scénographie, "pensée par Prince", rien ne filtre. Pas plus que sur la nature des concerts - seul en acoustique, avec l'un de ses groupes, "peut-être pas tout à fait celui de Monaco", indique, sans confirmer, la production. Le coût de production, comme souvent, dans l'industrie du spectacle, restera secret. A Montreux, un article du quotidien Le Temps du 16 juillet annonçait 1,5 million d'euros pour les 8 000 personnes.

Alors que la nouvelle folie de Prince est déjà devenue l'"événement" de l'année musicale rock parisienne, pointent déjà des rumeurs d'une apparition à La Cigale, lundi 12 octobre.
Le chanteur participera aussi à l'émission "Le Grand Journal de Canal+", le 14 octobre, des rencontres avec des journalistes sont prévues, une émission sur RTL le jour des concerts...
A la satisfaction de Because, la compagnie phonographique qui distribue, depuis le 7 septembre, une édition spécifique à la France du triple album Lotus Flow3r, paru aux Etats-Unis en avril. "On espère aussi que ces concerts vont être le début d'autres choses, peut-être une résidence", confiait enfin M. Bernardin. Pour l'heure, le Grand Palais devra être rendu net lundi matin, pour d'autres installations. Celles de la 36e Foire internationale d'art contemporain (FIAC) qui ouvrira le 22 octobre.


Sylvain Siclier

http://www.lemonde.fr/culture/article/2009/10/10/le-grand-palais-nouvelle-folie-de-prince_1252202_3246.html#ens_id=1252291


.


Dernière édition par Bridget le Mar 8 Nov - 0:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2440
Age : 66
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: PRINCE ( Prince Rogers Nelson )   Mar 13 Oct - 22:08




.


Comment Prince a pris Paris d'assaut


Venu officiellement suivre la Fashion Week avec sa dernière muse, le Kid de Minneapolis se refait une virginité en s’offrant trois concerts surprises, deux au Grand Palais et un à la Cigale.


[

Avec l’assourdissante machinerie qu’est devenue la mort de Michael Jackson et ces énièmes rebondissements, on en aurait presque oublié celui que l’on a présenté plus d’une fois comme l’éternel rival : Prince Roger Nelson.

Né la même année (1958), il est vrai que l’un comme l’autre auront eu affaire à l’androgynie, au métissage musical, entre héritage noir et rock blanc. Mais là où l’artifice aura eu raison du premier, l’authenticité aura sauvé le second.

Prince n’aura jamais eu recours au scalpel, que ce soit pour modifier son visage ou sa musique. Musicien avant tout, guitare en main comme arme ultime, Prince vit dans sa forteresse sonique de Minneapolis et n’en sort que rarement. Et si l’enfance et l’adolescence sont au cœur de leurs univers respectifs, chez Prince c’est l’image de la mère qui prédomine, et de le voir régulièrement avec de grandes métisses élancées et généreuses, aux seins lourds et aux hanches larges.
Ce n’est pas un hasard si l’on retrouve souvent une femme dans toute sa puissance, derrière la batterie lors de ses concerts (et encore une fois ce fut le cas lors de ces trois derniers concerts parisiens).

Ce qui également aura peut-être sauvé Prince, c’est sa propre mise à mort, il y a quelques années, suite aux brouilles avec sa maison de disque, devenant pendant quelques années un symbole d’amour (son logo, unifiant les signes masculin et féminin). L’orage passé, Prince ressort donc sous son prénom. Si Jackson est un mort-vivant, Prince est un zombie.

Et, comme dans la description originelle haïtienne, il ne parle pas mais émet des gémissements – son espèce de coït guttural, signature de ses arrivées scéniques - il se nourrit de chair humaine et boite fréquemment d’une jambe : Prince, arrivant à la conférence de presse improvisée hier, avec une canne.

Intéressant de voir qu’aujourd’hui, au moment où l’industrie musicale est à terre, ses nouveaux prétendants deviennent au fil des saisons les accessoires favoris du monstre mode, dévorant tout sur son passage tel un siphon sans fin. Rihanna, Kanye West, Pharrell Williams, Lily Allen, Beth Ditto, Charlotte Gainsbourg…

Ainsi Prince, sûrement avisé par quelques spin doctors bien placés, a-t-il lui aussi succomber à l’attraction des podiums, s’invitant chez Chanel ou Galliano en compagnie de Bria Valente, sa dernière recrue, bombe latine dont le visage orne un des derniers albums princiers. Mais là où la plupart se seraient fondus dans le paysage, Prince lui, détonne.

Ses tenues vestimentaires en viendraient presque à voler la vedette aux shows auxquels il assiste. Costume et bottines rouge vif au premier rang de Galliano, costume satiné violet à la soirée Fendi, et l’on remarque également un énorme collier, sorte de plastron cuivré lui couvrant le sternum et un bijou serti de diamants lui cerclant l’oreille.
Au jeu du mauvais goût et du décalage, le style Prince surpasse ses petits camarades, et Galliano lui-même apparaît pathétique, comme un ersatz du chanteur poudré. Prince poursuit son offensive, sortant du défilé Chanel au Grand Palais, en lançant l’idée qu’il va lui aussi y planter son étendard. Ce sera dimanche, c’est-à-dire quatre jour plus tard. Prince ne croit pas en la mode, il croit au style. Et il va nous en donner une leçon, en deux temps, et trois mouvements.

Prince est gémeaux, il a toujours aimé et manié la dualité avec perfection. Entre noir et blanc, entre jour et nuit, il s’installe donc au Grand Palais pour deux shows d’exception intitulés « All Day / All Night », à 17 et 22 heures. « All Day / All Night », gimmick qu’il va répéter à satiété, est en fait en référence à un morceau composé en 1984 (que l’on a retrouvé sur l’album d’une protégée, Jill Jones, en 1987).
Mis en vente vendredi matin, les onze mille places, à 99 et 149 euros, s’évaporent en quelques minutes. La lumière du jour passe encore à travers les verrières lorsque résonnent les premières notes de l’inépuisable 1999.

Vêtu intégralement de noir à 17 heures, il est en blanc à 22 heures. Pour le reste, les deux concerts se ressemblent, même si le second, plus assuré, durera quelques minutes de plus…

Véritable juke box vivant, la première partie est dévolue à un medley sidérant, réunissant aussi bien ses propres morceaux ( I Feel for You, Little Red Corvette, Cream) que des classiques tels Le Freak de Chic, Play That Funky Music de Wild Cherry, plusieurs hits de Sly Stone ou encore un étonnant Shake Your Body des Jacksons.

Ce faisant, Prince assume son statut de garant du funk, formidable machine à faire danser les foules, il puise sa force dans ces vibrations-là, et la transmet à un public ébahi qui hésite un instant à entrer dans la danse. Il enchaîne en revisitant plusieurs tubes de son répertoire, reprenant ça et là les perles du joyaux électro qu’est l’album Parade (1986) - Mountains, Anotherloverholenyohead, Sometimes it snows in April - et un Kiss saupoudré d’un clin d’œil Stonien ( le fameux hululement de Miss You).

À travers ces micro références, plus qu’un simple geste vers les maintenant fameux mash ups façon 2 Many Dj's, Prince fait vivre sa musique - la musique – lui donne corps. Après une longue version de Purple Rain qui porte aux larmes tous les quarantenaires de la salle, il renvoie encore une fois la nostalgie au placard en s’accaparant ce Love Bizarre fascinant, composé à l’époque pour Sheila-E.

Il est minuit passé de quelques minutes, Prince traverse le Grand Palais, monte dans une Mercedes garée au fond de l’aile gauche et disparaît dans la nuit. Echappée belle qui ne laisse rien au hasard : Mercedez-Benz est partenaire des shows…

Retour en mode zombie ce lundi soir, tard, dans la petite salle de la Cigale. Il est presque 22 heures, Emmanuel de Buretel, patron du label Because qui s’occupe du dernier album, Lotus Flow3r, est tendu, il court dans tous les sens.
Y a du monde au balcon : De Bernard-Henri Lévy à l’artiste Xavier Veilhan, de Frédéric Beigbeder à Pedro Winter en passant par Jean Michel Jarre, Vahina Giocante ou Emma de Caunes, ça se bouscule pour apercevoir le génie. Le show débute, Prince arrive, chapeau noir espagnol vissé sur la tête, costume noir avec col lamé argent, à l’instar de ces bottines ( manque le masque et l’épée).

Il entre tout de suite dans le vif du sujet : Prince joue, s’amuse, n’est plus là pour rassasier les fans en attente de tubes, mais pour laisser place à son inspiration du moment. On peut alors parler de jazz, plus que de funk ou de pop. Il déclare, fier : « Voici de la vraie musique, jouée par de vrais musiciens… ». Se laissant aller à de grandes plages instrumentales où l’on reconnaît de temps à autre un morceau du patrimoine, Forever In My Life, Glamourous Life, ou le nouveau Dance 4 M …

Après plusieurs rappels, d’un Come Together des Beatles gentiment funkisé, à un Purple Rain un tantinet forcé, le kid ne se rend pas, invite, comme il l’a fait la veille, une quinzaine de fans transis à monter et danser sur scène à ses côtés… S’accrochant à sa guitare comme à une croix, cherchant un salut mystique au-delà du succès, de l’argent, de son propre mythe, on se rappelle alors cette conférence de presse improvisée, elle aussi, l’après-midi même : « Vous n’avez pas de questions sur Dieu ? » déclare le musicien, l’air grave derrière ses lunettes fumées, « Vous en avez besoin. Nous en avons tous besoin… ».

Prince, Lotus Flow3r, ( NPG / Because).


http://www.lesinrocks.com/musique/musique-article/t/1255458360/article/comment-prince-a-pris-paris-dassaut/


.


Dernière édition par Bridget le Mar 8 Nov - 0:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13305
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: PRINCE ( Prince Rogers Nelson )   Ven 2 Juil - 11:10

20 TEN

Après avoir sorti une quarantaine de disques, le prince du funk récidive avec un nouvel opus à paraître le 10 juillet prochain, distribué gratuitement, uniquement en EUROPE




01. Compassion
02. Endlessly Beginning
03. Future Soul Song
04. Sticky Like Glue
05. Lavaux
06. Act Of God
07. Walk In Sand
08. Sea Of Everything
09. Everybody Loves Me
10. Untitled Bonus Track



C’est une première en France pour l’industrie de la musique. Le CD de Prince (10 titres) ne sera disponible qu’avec Courrier international chez tous les marchands de journaux à son prix habituel de 3,50 € à partir du 8 juillet 2010 et pour une durée limitée. L’album ne sera pas disponible dans les réseaux de distribution habituels.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13305
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: PRINCE ( Prince Rogers Nelson )   Lun 5 Juil - 19:59

Prince retarde la sortie de son album


Le nouvel album de Prince intitulé 20ten, qui devait être distribué gratuitement aux lecteurs de Courrier international le 8 juillet prochain, ne sera pas disponible à la date prévue, indique l'hebdomadaire. Joint par Relaxnews, le service de presse de Courrier
International a indiqué que la sortie de cet album était pour le moment "seulement repoussée". Aucune précision n'a été apportée concernant les raisons de ce report et la nouvelle date de sortie de l'album.

Le Kid de Minneapolis devait sortir cet album à l'occasion de sa venue en Europe où il effectue plusieurs concerts. Il est présent sur le vieux continent lors de festivals qui se sont tenus début juillet, au festival danois Roskilde, au Rock Werchter en Belgique, ou encore en France, le 9 juillet au Main Square Festival d'Arras. La star a ajouté une date supplémentaire dans l'Hexagone, le 26 juillet prochain à Nice.

L'album doit être distribué de façon identique dans de nombreux pays européens, comme en Allemagne avec Rolling Stone Deutschland ou en Belgique avec Het Nieuwblad. Le magazine Courrier international sera commercialisé au tarif habituel, à savoir 3,50 euros.

Le nouvel album de Prince, 20ten comptera 10 nouveaux titres. En 2007, Prince avait déjà supris l'industrie musicale et les fans en distribuant gratuitement en Angleterre l'album Planet Earth avec le journal Mail on Sunday.

http://www.citin.fr/musique/prince-retarde-la-sortie-de-son-album-0507.html
...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: PRINCE ( Prince Rogers Nelson )   

Revenir en haut Aller en bas
 
PRINCE ( Prince Rogers Nelson )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Extrait de texte Nelson Mandela
» NELSON MANDELA AU PLUS MAL, HOSPITALISE EN SOIN INTENSIF POUR INFECTION PULMONAIRE
» L'Art dans la Marine
» retro - Ginger Lotion
» Deux membres du forum à bord du SAMBRE pour 3 jours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LA MUSIQUE ADOUCIT LES MOEURS :: TOUTE LA MUSIQUE QUE J'AIME.... :: ROCK & POP MUSIC :: Pop Music-
Sauter vers: